Appel de l’ARAC pour le 19 mars 2010, 48e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.
lundi 1er mars 2010

Nous commémorons, ce 19 mars 2010, le 48e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.

Les Accords d’Évian, signés le 18 mars 1962 par le gouvernement français et le gouvernement provisoire de la République Algérienne, furent approuvés par 91 % des citoyens Français lors du référendum le 8 avril 1962.

Le 19 mars 1962 a permis la fin de cette guerre qui fit près de 30 000 morts et plus de300 000 blessés, mutilés et psycho-traumatisés du côté français. Le peuple algérien pleurait plus de 800 000 tués.

Cette date est pour l’ARAC la seule date historique et officielle de commémoration de la fin de la guerre d’Algérie.

Aujourd’hui, nous associons dans un même hommage toutes ces victimes d’une guerre qui aurait pu être évitée si le gouvernement de l’époque avait compris que l’ère du colonialisme était terminée et qu’était venue l’ère de l’indépendance de tous les peuples de la Terre. La mémoire de toutes les victimes de la guerre d’Algérie doit nourrir la volonté de paix et de solidarité des citoyens de notre pays. Elle doit aussi éclairer la coopération et l’amitié entre les peuples algérien et français.

C’est avec ces convictions pacifistes et solidaires que l’ARAC s’opposera toujours à toutes les tentatives de réhabilitation de tous ceux qui, par la violence et par le crime, ont tenté de s’opposer à un retour de la paix et à la fin d’un colonialisme condamné par les peuples et l’Histoire. Nous condamnons toutes les manœuvres présentant les auteurs de l’attentat du Petit Clamart contre le Général de Gaulle, tous les crimes de l’OAS et des émeutiers des barricades d’Alger contre la République Française, comme des héros « morts pour la France » à honorer devant les monuments érigés en mémoire des victimes de la guerre d’Algérie.

Nous attendons des élus de la Nation et de la population qu’ils condamnent et ne se prêtent à aucune de ces manifestations révisionnistes, qui entretiennent, encore aujourd’hui, l’esprit de revanche colonialiste, la xénophobie et le racisme. Nous appelons le peuple de France à agir aujourd’hui pour un monde de paix, un monde respectueux de tous les peuples de la Terre, un monde solidaire, gage nécessaire pour la survie de l’humanité.