Journal de l’AFMD51, N°1
dimanche 30 décembre 2007

Délégation de la Marne
Présidente : Hélène Lebrec      9 avenue Bonaparte 51430 Tinqueux       Téléphone : 03 26 61 52 16
Vice-président : José Guillemin       Téléphone : 03 26 36 26 76
Bureau 211   Maison de la Vie Associative 51100 Reims

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

Journal de la Délégation Territoriale de la Marne de l’AFMD
Numéro 1
 

----------------

Cet article est la reproduction du numéro 1 du journal de l’Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, que les adhérents ont reçu et qui est téléchargeable à cette adresse http://www.afmd.asso.fr/images/71/Journal_N_1.doc

----------------

Journal de la Délégation Territoriale de la Marne de l'AFMD Numéro 1

« SI L’ECHO DE LEURS VOIX FAIBLIT
NOUS PERIRONS »

Paul Eluard

 

Chers Amis,

Ce petit journal est un projet que nous portions depuis longtemps et que nous allons essayer de continuer si vous êtes intéressés et nous y encouragez.

Transmettre la Mémoire de la Déportation ! Vaste sujet toujours d’actualité.

« Les raisons profondes qui inspirent notre démarche et font qu’il faut poursuivre, interpeller et faire réfléchir, entretenir le souvenir de la Déportation et des crimes qui l’ont accompagnée : crimes de guerre, crime contre l’Humanité, sont notre objectif principal.
Il faut continuer à être vigilants à toute tentative de négationnisme.
Ceux et celles qui ont été déportés, les survivants, ont, à la Libération des camps, prêté des serments comme à Buchenwald ou Mauthausen, pour l’édification de sociétés plus justes et plus libres. Leurs nombreux camarades disparus leur disaient : « il ne faut jamais oublier, faites le savoir ». C’est dans les camps qu’ont été élaborés des projets pour l’avenir, pour l’Europe et pour l’Humanité.
L’essentiel de notre lutte commune pour cette Mémoire est qu’elle porte des valeurs de respect de l’autre, d’attente d’une société de justice et de liberté.
Les témoins et nous, les descendants, nous engageons à transmettre ces valeurs fondamentales aux jeunes générations ».

La présidente 

Les projets de notre association dans la Marne

 

1/ Sortie en car au camp du Struthof

Le camp a été rénové et il comporte un nouveau musée avec une documentation très complète sur la déportation de tous les pays d’Europe.
Nous envisageons un déplacement, au printemps prochain. Si vous êtes intéressé(e)s, signalez-le nous pour que nous vous adressions l’information dès février 2008.
Contacts : Mme Hélène LEBREC (03.26.61.52.16) et Mme Michèle MAZINGUE (03.26.48.26.96).

 

2/ NEUENGAMME : Un camp de concentration trop peu connu !

Si les camps de DACHAU, de BUCHENWALD, STRUTHOF etc… sont bien connus du public, celui de NEUENGAMME l’est beaucoup moins et pourtant il égale les autres dans son ampleur et les difficultés à y survivre.
Ses kommandos ont été particulièrement meurtriers et l’évacuation du camp a donné lieu à une « Marche de la Mort » parmi les plus horribles.
Nous avons la chance de compter dans la Marne au moins quatre rescapés de NEUENGAMME.
Leurs témoignages ainsi que les recherches de professeurs d’histoire, nous permettront de ne pas laisser dans l’oubli ce camp de l’Allemagne du Nord.

Nous préparons une conférence prochaine à ce sujet et nous ne manquerons pas de vous en tenir informés.

 

3/ Qui étaient-ils ?
Reims a honoré des résistants marnais en donnant leur nom à une rue ou une place. Si leurs noms sont connus (Armande Gandon, André Schneiter, Paul Schleiss, etc…) sait-on bien qui ils étaient, pourquoi ils ont donné leur vie à la patrie ? Une historienne rémoise, Jocelyne Husson, nous présentera la vie, souvent brève, et les actions menées par ces résistants. Des personnes les ayant connus pourront apporter leur témoignage.
Mercredi 28 novembre 2007 à 17 h 30 salle 101(1er étage)
à la Maison de la Vie Associative
122 rue du Barbâtre (parking possible au centre des impôts). Entrée libre et gratuite.

4/ Témoignages dans les lycées et collèges et Maisons de Quartiers.
Nous continuons cette année les témoignages scolaires (30 en 2006). Nous sommes prêts à répondre à toute demande d’un groupe d’adultes, ou de jeunes, à une association pour un témoignage d’un ou plusieurs déporté(s) dans la mesure de nos disponibilités.

5/ Voyage à Auschwitz
Nous pouvons vous mettre en liaison avec l’Amicale d’Auschwitz « Mémoire Vive des convois des 31000 et 45000 » pour un voyage pélerinage. Il en existe plusieurs dans l’année. Contact : Mme Lebrec (03.26.61.52.16).

6/ Notre exposition itinérante est à demander à Mme Batteux (03.26.85.84.71). Elle est composée d’une quarantaine de tableaux sur la Déportation issue de France. Une autre exposition est disponible concernant plus particulièrement les déportés et résistants rémois. Renseignements auprès de M. Mauget (03.26.05.10.20).

 

Le concours national de la résistance

Notre association s’implique beaucoup dans ce concours destiné aux élèves des collèges (classes de 3ème) et des lycées. Le thème retenu pour 2008 devrait intéresser beaucoup d’élèves :Un colloque aura lieu le samedi 8 décembre prochain de 14 h à 18 h au Centre des Congrès de Reims.
« L’aide aux personnes persécutées et pourchassées en France pendant la seconde guerre : une forme de résistance ».
Ce thème englobe non seulement l’accueil de familles ou d’enfants juifs mais aussi les réseaux de récupération des pilotes alliés abattus, la mise en sécurité des résistants clandestins et des réfractaires au STO. Les exemples ne manquent pas dans la Marne. Le réseau Possum, implanté à Fismes, Reims et Sillery notamment, a réussi à renvoyer vers Londres plusieurs dizaines de pilotes avant d’être démantelé.
Vous pouvez contribuer au succès du concours en incitant des collégiens ou lycéens de votre entourage à tenter le concours. Il suffit de demander à ses professeurs toute la documentation

 

La déportation des républicains espagnols à partir du sol français

Cette question est très sensible dans la Marne puisqu’en 1945 plusieurs dizaines de survivants se sont installés dans le vignoble, surtout à Aÿ et y ont fait souche. Leurs enfants et petits-enfants y vivent encore et nous avons pu constater, lors d’une conférence de Mme Balny, historienne, combien ils vibraient encore d’émotion de connaître le parcours de leur père ou grand-père.
Monsieur Henri Giraud et le Comte de Vogüé, tous deux résistants déportés, ont beaucoup contribué à l’implantation des Espagnols à Aÿ. Ceux-ci sont unanimes à reconnaître la force de la solidarité des Agéens lors de leur arrivée, eux qui n’avaient plus rien d’autre que leur habit rayé !
Ils furent plus de 8700 a être livrés aux nazis par le régime de Vichy. Dès 1940, certains d’entre eux engagés dans l’armée française (régiments de marche étrangers) ont été envoyés à Mauthausen au mépris des conventions de Genève. Ils seront les premiers déportés partis de France (1er convoi de déportation le 6 août 1940). De ces déportés de la 1ère heure, moins de 10% rentreront en 1945. Jusqu’en 1944, la police de Vichy traquera et livrera les Espagnols, résistants ou non, aux nazis.
Il existe un livre mémorial des déportés expagnols (Le Libro Memorial). A l’issue de son travail dans la Marne, Mme Balny en a déposé un exemplaire à la médiathèque Jean Falala de Reims. Il est consultable par le public soit à la médiathèque soit à la bibliothèque Carrnégie

Nécrologie

N’oublions pas René Lecomte.

Un de nos adhérents, ancien déporté, vient de décéder à l’âge de 84 ans. René s’est impliqué dans la Résistance dès 18 ans, à Neuflize. Comme ses camarades, il est arrêté en 1941 sur dénonciation du maire d’une commune voisine. Il fut condamné à 3 ans de prison puis fut déporté à Buchenwald en 1944. Son frère, dans le même engagement, participa aux combats de la Libération de Paris comme capitaine des FTTP et sera tué au combat.

Tous ceux qui ont connu René ont apprécié sa gentillesse, son courage et son dévouement.
A son épouse et à toute sa famille, l’AFMD présente ses condoléances.

Divers

Nos adhérents ont la plume facile !
Le besoin d’écrire pour témoigner ou pour faire connaître le fruit de ses recherches est toujours vif chez nos adhérents.
Parmi les publications récentes, voici un choix, forcément restrictif :

Francine Christophe « La fête inconnue », un souvenir autobiographique d’une résistance enfantine à Bergen-Belsen. Disponible dans notre association.

Marie-Jo Chombard de Lauwe  « Réhabilitation du nazisme… Attention danger ! », un recueil des articles de la présidente de notre Fondation, montrant comment la pensée nazie ou fascisante refait surface insidieusement. Disponible auprès de la FNIDRP 10 rue Leroux 75116 Paris.

Roger Boulanger « Un fétu de paille dans les bourrasques de l’Histoire », une chronique sur les tribulations d’un jeune Lorrain pendant la seconde guerre mondiale. Un témoignage authentique, spécifique, unique : une œuvre d’auteur. Disponible au CRDP et en librairie à Reims.

Pierre Mauget auteur de 3 brochures récentes (disponibles auprès de l’auteur 03.26.05.10.20.):

  1. Londres 1940 : le Blitz
  2. Les personnalités otages : arrestations et internements des personnalités otages françaises de 1940 à 1945 avec une recherche particulière sur les otages de la ville de Reims.
  3. Les évadés de France.

Vous voulez vous informer avec plus de précision : contactez notre association aux numéros suivants : 03.26.06.25.64 (Mr Jean Constant) - 03.26.36.26.76 (Mr José Guillemin) – 03.26.61.52.16 (Mme Hélène Lebrec) ou connectez-vous sur le site « histoire-memoire@ac-reims.fr. Ce site du CRDP de Reims est alimenté par Jean-Pierre Husson, historien et spécialiste de la période 1933-1945. C’est le site, à notre connaissance, le plus documenté et le plus rigoureux sur la période concernée.
Consultez également le site www.afmd.asso.fr

Vous souhaitez mieux connaître notre association, participer à nos travaux ou adhérer tout simplement pour nous soutenir, contactez nous et nous conviendrons, au besoin, d’une rencontre. Notre bureau est hébergé à la Maison de la Vie Associative de Reims, 122 rue du Barbâtre. Téléphonez aux numéros ci-dessus pour prendre rendez-vous.

Nous avons besoin de toutes les bonnes volontés. Nous travaillons dans un esprit d’ouverture sans discrimination. Aucun aspect de la mémoire de la déportation ne nous est étranger, aucun risque de faire oublier les autres.

Vous désirez consulter le « Livre Mémorial des Déportés de France » ? Nous en possédons les 5 tomes et, à quelques exceptions près, vous pourrez trouver les renseignements concernant un membre de votre famille, un proche, un habitant de votre village….Contact direct : Pierre Mauget (03.26.05.10.20).