Déclaration solennelle du Bureau National de l’ARAC du 10 novembre 2007
samedi 24 novembre 2007

Le Bureau National de de l’ARAC, réuni les 8 et 9 novembre 2007, a adopté le texte suivant :


S’il faut résumer, après le vote à l’Assemblée nationale, le budget 2008 consacré aux ACVG, quelques mots suffisent. « Il faut revoir la copie »…

Nous constatons en effet que :

  •  Les deux points d’indice au 1/07/08 « consentis pour la retraite du combattant » sont loin du compte à savoir porter l’indice de la retraite du Combattant de 37 à 48.
  •  D’autre part, s’il y a relèvement du plafond de ressources des veuves d’AC pour l’allocation différentielle de solidarité à 681 euros, toujours sans la déduction des loyers du montant des ressources comme cela est pratiqué pour l’attribution des secours de I’ONAC. C’est une avancée mais, dans ces conditions, les situations intolérables constatées vont perdurer.

    De plus, il n’y a :

  •  Rien pour relever le plafond majorable de la rente mutualiste AC à l’indice 130,
  •  Rien pour l’égalité des droits à réparation pour les orphelins des victimes du nazisme, - Rien pour la « campagne double »,
  •  Rien pour l’attribution équitable de la carte du combattant aux militaires des OPEX et des missions humanitaires,
  •  Rien de concret sur le rapport constant,
  •  Rien pour la décristallisation complète des retraites des AC et des pensions des ayant droits des AC des ex pays coloniaux.

    C’est pourquoi :

  •  « Il y a nécessité de revoir la copie », si l’on considère que ce budget est en diminution de 1,69 %, en euros courants, par rapport à celui de 2007 (moins 57.881.827 €). Un recul accentué par l’inflation.

    Le gouvernement et sa majorité à l’Assemblée nationale ont été contraints – lors du débat budgétaire de 8 novembre 2007 de consentir deux premiers « aménagements »

  •  modestes sur la retraite du combattant et l’allocation du différentielle de solidarité
  •  sous la pression unie du Mouvement Anciens Combattants et des députés de l’opposition.

    C’est un premier pas important, mais encore nettement insuffisant compte tenu de l’ampleur du contentieux et de celle des engagements du Président de la République lors de sa campagne électorale.

    L’action continue.

    Il importe donc que les Sénateurs qui vont avoir à débattre de ce projet de budget le 1 décembre, prennent résolument le relais et s’investissent pour aboutir à une nouvelle amélioration du contenu de ce budget, notamment au plan de la revalorisation de 5 points du plafond des rentes mutualistes AC.

    PAR AILLEURS :

    Compte tenu de l’importance des engagements du Président de la République envers les ACVG d’une part et, d’autre part, du temps limité à 4 ans nous séparant de la fin du quinquennat…

    Le Bureau national de l’ARAC réclame et invite les Parlementaires à réclamer avec lui l’engagement officiel du gouvernement de concrétiser avec précision dans un plan quadriennal et par étapes chacun des engagements du Président de la République d’ici la fin du quinquennat.

    Villejuif, le 10.11.2007