Déclaration de Marie George Buffet par rapport à la visite de Le Pen à Valmy
samedi 16 septembre 2006

Nous avons appris par le journal « Marne Actualités » que Marie George Buffet avait fait une déclaration sur la venue de Jean-Marie Le Pen à Valmy.

Nous la reproduisons telle qu’elle est parue.

Nous regrettons que cette déclaration soit faite par une personne en son nom propre et non par le Parti Communiste Français ou en son nom.

Cette personnalisation outrancière, également favorisée par la campagne aux élections présidentielles, nous apparait contraire à nos traditionnelles valeurs de collègialité.

…………………………………………………………………………………………………..

Déclaration de Marie George Buffet par rapport à la visite de Le Pen à Valmy

Citoyennes, citoyens,

Le 20 septembre 1792, l’armée des Tyrans, des aristocrates et des privilégiés, a été repoussée par le peuple en armes. De cette victoire, la France est devenue République. Une République pour qui "le but de la société est le bonheur commun". Une République pour qui tout "étranger qui sera jugé avoir bien mérité de l’humanité est admis à l’exercice des Droits de citoyen français".

Ce n’est pas une armée étrangère qui fut battue à Valmy. Mais une armée d’ennemis de la liberté, d’ennemis des droits de l’homme et du citoyen, composée de mercenaires français et étrangers.

Cette armée, elle est de retour cette année à Valmy. Elle se cache cette fois sous les drapeaux de la République. Mais ne nous y trompons pas. Le Pen et ses amis sont les héritiers des adversaires de la Révolution. Ils sont de ceux qui n’aiment pas la France, sinon soumise à leur pouvoir, sinon régimentée par la violence et le rejet de l’autre. La France, comme les soldats de Valmy, nous l’aimons populaire, ouverte, libre et rebelle. La France, nous la rêvons comme les Républicains de 1792 : rayonnante, démocratique et sociale.

Citoyennes, citoyens,

Valmy est le patrimoine de tous les Républicains. Il ne peut être celui de Le Pen. Arrêtons-le au nom de toutes ces valeurs qu’il n’a jamais respectées.

Mais ne nous arrêtons pas non plus en si bon chemin ! Cette République sociale et démocratique, ils l’ont proclamée avec leurs armes. Faisons la vivre, maintenant, avec nos votes. Les Bastilles sont tombées. Mais nous ne sommes toujours pas maîtres de nos destins. Nous subissons la loi des actionnaires dans nos entreprises. Nous subissons des choix politiques que nous n’avons pas voulus, à Bruxelles comme à Paris. Nos services publics, notre école, notre système de santé, ne cessent de se détériorer sous la pression des forces libérales.

Une telle situation doit cesser. Elle cessera, bientôt, si nous nous rassemblons largement pour imposer une autre politique et faire primer les intérêts de notre peuple sur ceux des actionnaires et des puissants. Comme l’ont fait en leur temps les héros de Valmy.

Marie-George Buffet, Secrétaire nationale du PCF, Députée de Seine-Saint-Denis, Ancienne ministre de la Jeunesse et des Sports.