Evo rend visite à Fidel
samedi 9 septembre 2006

La Havane. 7 septembre 2006

Evo rend visite à Fidel

DANS un beau geste de solidarité et d’humanité, le président bolivien Evo Morales Ayama est arrivé dans la matinée de mercredi à Cuba pour rendre visite au camarade Fidel. Il a été reçu à l’aéroport international José Marti par le Général d’Armée Raul Castro et d’autres dirigeants du Parti et du Gouvernement.

Dès les premiers moments de la maladie du Commandant en Chef, Evo avait exprimé son désir de lui rendre visite et il a pu à cette occasion atteindre son objectif, à une date très symbolique pour les latino-américains, celle du 191e anniversaire de la signature par Bolivar de sa Lettre de la Jamaïque, un appel précurseur à l’unité de nos peuples.

Durant presque deux heures, les leaders de Cuba et de Bolivie se sont entretenus dans une atmosphère d’amitié extraordinaire. Evo a transmis à Fidel l’affection du peuple bolivien envers lui et lui a indiqué que dans son pays les gens disent que « Fidel n’est pas tombé malade, il reprend seulement des forces ».

Durant la conversation, le président bolivien a jugé très positive la présence médicale cubaine dans son pays et les bienfaits apportés pour ce peuple frère par l’Opération Miracle.

En Bolivie une brigade médicale de 1 661 membres travaille là-bas, dont 27 jeunes boliviens nouveaux diplômés de l’ELAM, laquelle donne des consultations dans les 9 départements du pays et dans 109 des 112 provinces. Plus d’un million 400 milles patients ont été soignés et 2 088 vies sauvées.

19 des 20 Centres de diagnostic intégral offerts par Cuba à la nation sœur bolivarienne fonctionnent déjà ainsi que 7 Centres ophtalmologiques avec 14 postes chirurgicaux, où plus de 30 000 patients boliviens ont été opérés de la vue.

Evo et Fidel se sont aussi entretenus sur les progrès de la Campagne d’alphabétisation en Bolivie avec la méthode cubaine Yo si puedo, grâce à laquelle 7 145 citoyens ont déjà reçu leurs diplômes, il y a environ 200 000 inscrits dans les 10 000 points d’alphabétisation et l’alphabétisation en aymara en octobre est en préparation.

Le président bolivien a abordé aussi les transformations qui ont lieu dans son pays et spécialement le travail de l’Assemblée Constituante.

Durant la rencontre fraternelle Evo a offert à Fidel une sculpture en bois qui représente un indien aymara, accompagné du texte : « Au Commandant Fidel Castro pour ses 80 ans de révolution. De la part du peuple et du gouvernement bolivien ». Au terme de sa rencontre émouvante avec le leader cubain, le président bolivien a confirmé sa présence à La Havane, pour participer au Sommet des Pays non alignés.

Ensuite Evo et son ministre de la Présidence ont déjeuné avec Raul, le vice-président Carlos Lage, le ministre des Relations Extérieures Felipe Pérez Roque et l’ambassadeur cubain en Bolivie.

Dans l’après-midi, le président bolivien a rencontré 208 jeunes de l’Ecole formatrice de techniciens de travail social communautaire. A Cuba, en outre, 4 289 Boliviens, en plus des 491 qui étudient à l’Ecole latino-américaine de médecine où des élèves de ce pays assistent à différents cours, poursuivent des études ou se préparent à embrasser la carrière médicale. Les jeunes ont reçu Evo avec un extraordinaire enthousiasme.

Quelques heures plus tard il a rencontré de nouveau Raul dans l’immeuble des FAR, et ils se sont dirigés ensuite vers l’aéroport international José Marti, où à 6 h 48 mn du soir, Raul, Lage et Felipe ont dit au revoir à Evo et à ses accompagnants.

Fidel estime qu’Evo est un leader exceptionnel, très intelligent, qui connaît avec une précision quasi mathématique ce qu’il doit faire en Bolivie.