Message de Fidel au peuple de Cuba et aux amis du monde le 1er août 2006 à 17h30
mercredi 2 août 2006

Message de Fidel au peuple de Cuba et aux amis du monde

L’important, c’est que dans le pays tout marche et marchera parfaitement bien.

Je ne peux inventer de bonnes nouvelles, car ce ne serait pas éthique, et si les nouvelles étaient mauvaises, le seul qui en tirerait profit est l’ennemi. Dans la situation spécifique de Cuba, en raison des plans de l’empire, mon état de santé devient un secret d’État qui ne peut être constamment divulgué, et les compatriotes doivent le comprendre. Je ne peux tomber dans le cercle vicieux des paramètres de santé qui évoluent constamment, tout au long de la journée.

Je peux dire que c’est une situation stable mais l’évolution réelle de l’état de santé requiert le passage du temps.

Le plus que je pourrais dire c’est que la situation demeurera stable durant plusieurs jours avant que puisse être donné un verdict.

Je suis très reconnaissant à nos compatriotes et à de nombreuses personnes dans le monde pour tous les messages reçus.

Je suis désolé d’avoir causé tant de préoccupation et de dérangement aux amis du monde entier.

Au moral, je me sens parfaitement bien.

L’important, c’est que dans le pays tout marche et marchera parfaitement bien.

Le pays est préparé pour sa défense par les Forces armées révolutionnaires et le peuple.

Nos compatriotes sauront tout en temps voulu, comme lors de ma chute à Villa Clara.

Il faut lutter et travailler.

Le 1er août 2006, 17h30.