Accueil du siteRevue de presse
   


Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2009 - Premier trimestre.
Publié le vendredi 2 janvier 2009, mis à jour le mardi 31 mars 2009
 

Pour consulter les articles du journal « l’Union » d’une autre période, cliquez sur un de ces liens :
1er trimestre 3007 ; 2ème trimestre 2007 ; 3ème trimestre 2007 ; 4ème trimestre 2007 ; 1er trimestre 2008 ; 2ème trimestre 2008 ; 3ème trimestre 2008 ; 4ème trimestre 2008

***********************************

Union090331a - Marne

EPERNAY : UNC-CATM : une assemblée réussie
 
Les anciens combattants resserrent les liens.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Les trois sections d’anciens combattants CATM Epernay, CATM Saint-Martin-d’Ablois et UNC de Magenta Aÿ Epernay se sont retrouvées pour le résultat de leur assemblée générale commune qui s’est déroulée dans une bonne ambiance. Le bilan est satisfaisant, même si quelques modifications doivent être apportées à cette manifestation.

    En 2010, la CATM Epernay aura l’honneur de l’organiser, à une autre date sans doute, en raison d’un calendrier en mars-avril très chargé. Ce resserrement ne peut être que bénéfique, voire obligatoire d’ici quelques années.

    Les présidents Lepine, Huet et Joffre ont remercié tous ceux qui ont participé à cette assemblée et qui ont apporté leur soutien, en particulier la mairie de Magenta, la musique municipale, les porte-drapeaux, les adhérents et les nombreuses personnalités.

     

    ***********************************

    Union090330a - Marne

    EPERNAY : Les anciens d’Indochine jettent l’éponge
     
    Ils ont dû se résoudre à dissoudre l’association.
  •  Agrandir la photo
  • Le 24 avril 1987, l’association des anciens du Corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient était créée par Guy et Yvonne Picandet, inscrite à la sous-préfecture de Reims et insérée au journal officiel le 20 mai 1987.

    Mise en sommeil lors de l’assemblée générale 2008, après des appels réitérés, le comité a dû se rendre à l’évidence de cesser toutes activités en raison de l’absence de beaucoup d’adhérents due à l’âge et aux décès successifs. Après 22 années d’existence, le président fondateur et son épouse ayant su recevoir de hautes personnalités, le comité s’est réuni au siège de Cumières et a décidé à l’unanimité la dissolution de l’association. Réunion au cours de laquelle il a été décidé de faire don de l’argent en caisse à l’association des porte-drapeaux d’Epernay et sa région.

    Décisions prises à l’unanimité des membres du comité : Robert Cochod, président ; Désiré Gillet, vice-président et secrétaire ; Ghislaine Suisse, secrétaire-adjointe ; Yves Trichet, trésorier ; Françoise Camus, trésorière-adjointe ; Annick Vallier, relations publiques ; Serge Suisse, délégué pour Cumières ; Marcelle Courty, Danielle Rivière et Suzy Cochod, membres.

    ***********************************

    Union090329f - Marne

    LIVRES : Ce que lisait Hitler
     

    Un historien américain nous donne accès à la bibliothèque privée du leader nazi.

    Qui aurait imaginé qu’un individu comme Hitler dispose dans sa bibliothèque de plus de seize mille ouvrages, lui qui donnait l’ordre de brûler tous les ouvrages qui n’étaient pas conformes à son ascension politique ?

    L’historien américain Timothy W. Ryback signe un ouvrage très intéressant dans le lequel il radiographie les lectures du maître du nazisme, qui a mis le monde à feu et à sang et a cautionné non seulement l’extermination des juifs mais la déshumanisation de l’homme pour mieux asseoir son pouvoir autoritaire.

    Un intérêt pour les héros mégalos

    Hitler lisait beaucoup. On découvre qu’il annotait ses livres au crayon de papier et opérait sur ses rayonnages de curieux classements. Pour l’auteur, cette boulimie littéraire est un choix destiné à compenser son manque de culture et à puiser chez les autres des idées qu’il interprète à sa manière pour justifier et argumenter ses choix. Il se livre donc à une lecture utile et exclusivement profitable à son action. On observe Qu’il préfère Shakespeare à Goethe ou Schiller et qu’il témoigne toujours d’un intérêt appuyé pour les héros mégalomanes. Ryback note : « Deux bons tiers de sa collection consistent en ouvrages qu’il n’a jamais vus, encore moins lus, mais le troisième tiers se compose de volumes plus personnels qu’il a étudiés et couverts de remarques. » Aujourd’hui, plus de douze cents des livres qui lui ont appartenu sont inventoriés à la bibliothèque du Congrès à Washington. Les meilleurs auteurs qui avaient leur place aussi bien dans son appartement de Munich qu’à Berlin ou à Berchtesgaden ne doivent pas laisser croire que l’homme avait une passion authentique pour la culture. Cette voracité dont il témoigne est destinée à lui donner une façade. Hitler est effroyable et demeure l’une des taches de l’histoire des hommes.

    Hervé Chabaud

    Timothy W. Ryback, « Dans la bibliothèque privée de Hitler », Le Cherche Midi,416 p.,21 euros.

    ***********************************

    Union090329e - Marne

    VRAUX : Le musée de l’aviation perd son dernier pilote
     
    Lors d’une visite en Champagne, Red Eames (à gauche) et Hugues George devant une bombe de 14-18.
  •  Agrandir la photo
  • « Red » Eames, 93 ans, dernier pilote du XVe Squadron de la Royal Air Force présent à Vraux sur le terrain d’aviation en 1939-40 vient de s’éteindre en Angleterre. Il était arrivé d’abord à Bétheniville le 1er sept 1939 avec son bombardier moyen Ferrey Battle puis à Condé-Vraux.

    Surnommé « Red » à cause de ses cheveux roux, il préférait qu’on l’appelle « White » depuis quelques années. C’était un solide gaillard, lorsqu’il fut abattu en juin 40 au-dessus de la mer du Nord par les Allemands. Resté accroché à son avion en feu, il avait eu la force de couper la jugulaire de son casque qui le retenait à une pièce de son avion. Ce jour-là, il a vu ses deux coéquipiers se noyer empêtrés dans leur parachute. Après avoir réussi à nager dans une eau glaciale pendant plusieurs heures, il fut hissé par les marins allemands à bord de leur bateau de sauvetage. Mais en ôtant ses gants, il perdit son alliance… Chagriné (il était marié depuis quelques jours), il en parla aux marins qui fouillèrent le pont du bateau pour retrouver enfin le précieux bijou.

    Il fut interné cinq ans dans le fameux camp de prisonniers Stalagt Luft III de Sasan où eut lieu la Grande Evasion d’où fut tiré le film américain avec Steve Mc Queen. Cinq ans passés à creuser des tunnels alors qu’il était claustrophobe avec son coéquipier Len Trent, présent aussi à Vraux. Libéré en 1945 par les Russes, il avait repris du service au sein de la RAF en Corée sur le gros hydravion Sunderland.

    Red avait une particularité que vous pourrez vérifier au musée : pendant la guerre, il ressemblait à Hitler et en vieillissant à Churchill. Il revenait souvent avec son épouse et son ami pilote du XVe Squadron à Vraux visiter l’endroit où il était logé et la « maison rouge ». Depuis de nombreuses années, il se faisait accompagner par son fils Jon, pour les cérémonies du 14-Juillet à Vraux. Il y a trois ans alors qu’il se déplaçait en fauteuil roulant, il s’est levé lors des hymnes pour chanter la Marseillaise et le Good save the queen ! Avec les anciens et les pilotes actuels de Tornado, il allait régulièrement aux commémorations à Géllic en Belgique.

    Il connaissait deux expressions en français apprises pendant son séjour à Vraux, c’était « en avant Jules » pour demander à Jules, le chauffeur rémois du bus qui les emmenait déjeuner et dîner au restaurant le « Soleil d’or » à Condé-sur-Marne et « c’est la guerre ».

    Son absence se fera sentir lors des prochaines commémorations où il aimait raconter aux jeunes générations ce qu’il avait vécu.

    Vous pourrez dès le mois de juillet visiter gratuitement le musée où son histoire est contée.

    ***********************************

    Union090329d - Marne

    REIMS : La déportation au cœur d’une conférence émouvante
     
    Un auditoire touché par les « Poèmes de Czernovitz ».
  •  Agrandir la photo
  • La Semaine nationale d’éducation contre le racisme avait à son programme rémois une conférence culturelle et historique proposée par l’AFMD (Amis de la fondation pour la mémoire de la Déportation) et la Licra de Reims.

    Elle a eu lieu le mercredi 25 mars à l’hôtel de ville et elle a rassemblé un public nombreux qui a suivi avec intérêt le conférencier François Mathieu, germaniste et écrivain. Il a publié une histoire de Czernovitz et traduit les textes écrits en langue allemande par douze poètes juifs nés entre 1898 et 1924. Quelques œuvres extraites du livre de « Poèmes de Czernovitz » ont été lues par le comédien Gérard Thévenet du Théâtre à pattes.

    Il a été rappelé que le samedi 25 avril aura lieu à Reims, comme partout en France, la veillée de la Déportation : rendez-vous au monument aux morts à 21 heures puis au monument des martyrs de la Résistance à 21 h 15.

    ***********************************

    Union090329c - Marne

    EPERNAY : Monument aux morts déplacé : les Agéens en colère
     
    Le monument aux morts a été démonté pour être remonté place de la Libération.
  •  Agrandir la photo
  • Dominique Lévêque : « Notre monument mérite mieux qu’un emplacement entre deux véhicules. »
  •  Agrandir la photo
  • Démonté cette semaine, le monument aux morts de la place de la Mairie à Aÿ sera remonté place de la Libération. Un déplacement qui suscite colère et incompréhension.

    « C’EST honteux ! Nous sommes outrés ! Comment peut-on faire une chose pareille sans consultation de la population ? » Claude Bugat, « ancien combattant d’Algérie », et Jean-Claude Joly, « citoyen agéen révolté », ont découvert mercredi matin dans l’union que le monument aux morts de la place de la mairie allait être démonté et remonté un peu plus loin, sur la place de la Libération. Ce même jour, à 8 h 30, le monument était démonté par une entreprise rémoise.

    « Les gens qui étaient sur place ont cru que le monument était démonté simplement pour permettre les travaux de la place de la mairie, or ce n’est pas le cas », précise Claude Bugat. « Il va être nettoyé à Reims puis réinstallé ailleurs, tout simplement parce qu’il gênait place de la Mairie. Je suis choqué. Le monument aux morts doit rester sur cette place. Il ne doit pas être déplacé, surtout pour être installé sur une place où personne ne va, à côté des urinoirs en plus ! C’est une honte. »

    En colère, Jean-Claude Joly et Claude Bugat s’étonnent « d’une pareille décision, prise sans concertation avec la population. Les représentants des associations d’anciens combattants ont été invités à donner leur avis sur ce déplacement, mais pas la population ! Moi-même, en tant qu’ancien combattant, on ne m’a pas demandé mon avis », assure Claude Bugat. « Une décision comme celle-ci ne peut pas se prendre sans avoir consulté la population. » Conscient de « l’émotion suscitée par ce déplacement », Dominique Lévêque, maire d’Aÿ, précise que « cette décision a fait l’objet d’un traitement par la société des anciens combattants d’Aÿ. Il y a eu 13 votes pour et 2 votes contre. Nous n’avons pas fait les choses à la légère. Le conseil municipal a été unanime ».

    Un déplacement que le maire justifie par des raisons de sécurité. « Il devenait urgent de trouver un autre emplacement. Le monument gêne dans la mesure où il se trouve au milieu d’un parking. La plupart du temps, il est entouré de véhicules. Le 19 mars, nous avons failli être écrasés par des automobilistes excédés. Il fallait trouver une solution, dans des conditions de respect de ce monument. Le site qui lui est réservé, la place de la Libération, sera mis en valeur. »

    Et d’insister : « Personne n’a le monopole de l’émotion. Moi-même j’ai été ému de voir ce monument démonté. Je dois être l’un de ceux qui s’y recueillent le plus souvent… Mais il faut aussi faire place à la responsabilité. Notre monument aux morts mérite mieux qu’un emplacement entre deux véhicules. Nous serons plus en sécurité pour assurer des manifestations patriotiques place de la Libération… Aÿ, ce n’est pas Clochemerle ».

    Caroline Garnier

    ***********************************

    Union090329b - Marne

    AY : Une décoration pour Jacquy Guérin
     
    Jacquy Guérin a reçu la Reconnaissance de la nation.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    Dimanche dernier, à l’issue de l’assemblée générale de la Fnaca, un cortège emmené par la Champenoise d’Ay, la garde des sapeurs-pompiers et une importante délégation de porte-drapeaux, s’est rendu à la stèle édifiée en mémoire des anciens combattants d’Afrique du Nord.

    Jacquy Guérin a été décoré du titre de Reconnaissance de la nation par le président André Richard, avant l’appel des morts.

     

     

     

    ***********************************

    Union090329a - Marne

    EPERNAY : Le Traité de Versailles au menu de l’IUTL
     
    Un rendez-vous incontournable pour les passionnés d’histoire.
  •  Agrandir la photo
  • L’Institut universitaire du temps libre proposait, ce jeudi, une conférence sur le thème « Les enjeux et les risques du Traité de Versailles », sujet traité par Hervé Chabaud, orfèvre en la matière.

    Ce n’était pas la première fois que le rédacteur en chef de l’union répondait à l’invitation de l’antenne sparnacienne de l’IUTL.

    Au terme d’un conflit qui avait ensanglanté une partie du pays pendant quatre années, il s’agissait de jeter les bases de relations internationales nouvelles, non conflictuelles, sans omettre un volet particulièrement sensible et douloureux consacré à la réparation des dommages de guerre.

    ***********************************

    Union090328a - Marne

    EPERNAY : Fnaca : les anciens combattants entretiennent le souvenir
     
    L’assistance attentive aux différents discours.
  •  Agrandir la photo
  • La Fnaca Epernay-Oiry s’est réunie en assemblée générale au palais des fêtes. A l’ouverture de la séance, le président André Richard faisait observer une minute de silence à la mémoire des camarades décédés avant de remercier les personnalités présentes : Hélène Plaquin, conseillère municipale déléguée aux anciens combattants et Daniel Lemaire, conseiller général.

    Jacky Barré, secrétaire, présentait le rapport moral. André Richard présentait une situation financière positive avec quitus du vérificateur aux comptes.

    Une récompense

    Le bureau est ainsi constitué : André Richard, président et trésorier, Jacky Barré, secrétaire, Jean Catteau, secrétaire adjoint chargé de la communication, André Farget, président de Oiry, Claude Romagny, vice-président de Oiry, Claude Pertois, Gilbert Compos, Claude Duqueroy, Jean Jurado, Bernard Dumont, Edmond Wolak, Henri Parisot, membres.

    A l’issue de l’assemblée générale, un cortège emmené par la Champenoise d’Aÿ, la garde des sapeurs-pompiers, une importante délégation de porte-drapeaux, se rendait à la stèle édifié en mémoire des anciens combattants d’Afrique du Nord où une gerbe était déposée. Jacquy Guérin était décoré du titre de reconnaissance de la nation.

    ***********************************

    Union090327a - Marne

    FISMES : Trois anciens combattants à l’honneur
     

    Maurice Browarnyj, président de l’UNC 51 (Union Nationale des Anciens Combattants), a tenu sa 7e assemblée générale sous la présidence de Jean-Pierre Pinon, le maire et conseiller général de Fismes, et avec la présence de Catherine Vautrin, la député, Alexandre Zentner, président de l’UNC Marne ainsi que le commandant de la BA112 Nathalie Jacquot notamment.

    Après la minute de silence à la mémoire des amis du monde combattant décédés, le vice-président Claude Moreaux a énoncé le rapport moral et en a profité pour rappeler les nombreuses activités de l’année précédente : c’est une des raisons pour laquelle le nombre d’adhérent de l’association est en hausse.

    Le rapport financier a été rapporté par M. Jarlier, le trésorier, avec des résultats très satisfaisants.

    Au cours de cette assemblée, Jeanine Browarny a développé la nouvelle action sociale de l’association qui permettra d’obtenir des aides aux anciens combattants ou veuves.

    Le Président a remercié tous les officiels, les nombreux présidents d’associations patriotiques, les élus, ses adhérents, les membres du bureau et du conseil et tous les bénévoles qui ont fait un travail remarquable et plus spécialement, M. Merlet, le porte-drapeau, et M. Huyer, son suppléant. La délégation s’est ensuite rendue au pied du monument aux morts de Fismes. Le président départemental a remis à Maurice Browarny le nouveau drapeau « Nouvelles Générations- Opérations Extérieures ».

    La cérémonie était accompagnée de vingt portes drapeaux ainsi que de la fanfare municipale de Fismes. Les autorités ont également remis trois médailles pour acte de courage et dévouement à Claude Haye, croix du combattant, à Michel Petit et Emile Pate, la médaille reconnaissance de la Nation.

    ***********************************

    Union090326c - Marne

    L’ÉDITO d’Hervé Chabaud / Les cendres piétinées
     

    Minable et abject ! Bourreau de la mémoire, Le Pen n’est pas seulement un salaud, il est une honte pour la France. Sa bave brune souille les martyres de la tragédie nazie et insulte tous ceux dont les aïeux ont été persécutés par les assassins à la croix gammée. Cette ignominie n’a que trop duré. Qu’il se taise et respecte enfin ceux qui ont été sacrifiés dans les chambres à gaz ! Révisionniste compulsif, négationniste affamé de provocations, il piétine l’histoire et révolte les hommes et les femmes d’honneur indignés par l’inhumanité révélée par de tels propos. Condamné mais entêté, il se vautre dans le mensonge pour mieux éructer le fiel de sa pensée. Il serait commode de passer sous silence ce hoquet d’horreur. Mais peut-on rester muet face à ceux qui travestissent l’histoire et, sans scrupule, ânonnent les mêmes certitudes blessantes sur la Seconde Guerre mondiale ? Que cesse le viol moral de tous ces innocents exterminés ! Il y avait des papas, des mamans, des nourrissons, des bambins qui ne demandaient qu’à vivre ! Qu’on les laisse en paix et qu’on arrête de faire saigner le cœur des hommes libres par autant d’arrogance préméditée. On ne relèverait pas le énième dérapage du leader frontiste s’il n’existait pas l’ardente obligation de dénoncer la barbarie à visage humain.

    On tournerait la page s’il ne fallait pas s’opposer de toute son âme aux suées haineuses des auxiliaires de la bête immonde. Il y aura toujours des gens debout pour dire non à Le Pen. Il n’est pas un vieillard qui a perdu la raison mais un être lucide qui use de tous les stratagèmes pour narguer le Parlement européen et tenter de se refaire une santé politique alors que les intentions de vote pour la droite extrême française sont au plus bas. Aller à la pêche aux suffrages sur le dos des morts relève d’une conscience diabolique. Le Pen doit être puni. Il est des situations où la tolérance zéro est le devoir de la nation.

    Hervé Chabaud

    ***********************************

    Union090326b - Marne

    VILLENEUVE-SAINT-VISTRE-ET-VILLEVOTTE : Cérémonie du souvenir
     
    Une cérémonie en présence de nombreux anciens combattants.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Samedi 21 mars dernier, à Villeneuve-Saint-Vistre, le comité FNACA de Conflans-sur-Seine - Anglure a commémoré le 47e anniversaire du 19 mars 1962, date du cessez-le-feu de la guerre d’Algérie.

    Après une messe en l’église de Villeneuve-saint-Vistre, les anciens combattants ont procédé à un dépôt de gerbe au monument aux morts de la commune puis ont effectué des remises de décorations.

    Cette cérémonie s’est déroulée en présence de Daniel Grosbety, conseiller général du canton d’Anglure, de Bernard Champion, président de la communauté de communes du Pays d’Anglure ainsi que de nombreux élus.

     

     

    ***********************************

    Union090326a - Marne

    VILLERS-MARMERY : Étendard et char B1 bis au cœur d’une cérémonie
     
    Guy Loisillon entouré du maire, Laurent Longis, et du lieutenant-colonel Droguet.
  •  Agrandir la photo
  •  

    En formation initiale depuis janvier, trente-trois jeunes du 501-503e Régiments de chars de combat de Mourmelon-le-Grand, ont respecté la tradition de la présentation à l’étendard dans le village de Villers-Marmery.

    Cérémonie sous le soleil, avec les enfants des écoles, de nombreux Villériots, et familles des engagés sous la direction du lieutenant-colonel Droguet. Ont reçu une médaille d’argent de la défense nationale les brigadiers-chefs Varin et Turgis.

    Un autre événement marquait cette cérémonie, la présence du pilote du char B1 bis de la 2e compagnie du 41e bataillon de char de combat, Guy Loisillon, 92 ans, et fier d’être présent à cette cérémonie, et de raconter la fin tragique du char lors de la bataille le 15 juin 1940 à Montsuzain à 10 km au nord de Troyes et de son équipage sauvé.

    Sur les trois passagers du char deux sont encore de ce monde aujourd’hui. C’est en recherchant des photos pour la réalisation d’un album sur le village, que les habitants ont découvert des clichés du char et des liens d’amitié se sont liés avec la municipalité et Guy Loisillon.

     

    ***********************************

    Union090325f - Marne

    VALMY : Musée de l’histoire de France à Valmy : où en est-on ?
     
    Et Benoist apparut sur le petit écran…
  •  Agrandir la photo
  • Un nouvel épisode pour l’histoire de… Valmy.
  •  Agrandir la photo
  • Valmy peut-il encore espérer accueillir le musée de l’histoire de France voulu par Nicolas Sarkozy ? Le député a interpellé hier la ministre de la Culture à ce sujet.

    BENOIST APPARU a profité qu’il était hier matin à l’Assemblée nationale pour intervenir aux environs de midi lors de la séance des « questions orales sans débat ».

    Le député marnais a ainsi pu interroger directement Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, sur le projet du musée de l’histoire de France.

    On se souvient en effet qu’à la mi-janvier, Benoist Apparu et Bruno Bourg-Broc - en sa qualité de président de l’association pour la promotion du moulin de Valmy - avaient cosigné une lettre adressée à Nicolas Sarkozy. Pour les deux élus marnais, il s’agissait de rebondir sur les propos tenus à peine quelques jours avant par le chef de l’État lors de ses vœux au monde de la culture. Nicolas Sarkozy avait alors annoncé, la création prochaine d’un musée de l’histoire de France. Alors, pourquoi ne pas choisir d’accueillir ce nouveau musée « sur le site de la bataille qui a donné naissance à la République française, non loin de Reims, cité des sacres, à quelques pas de Varennes où fut arrêté Louis XVI, et dans la Marne où se sont déroulés les combats des deux plus grands conflits mondiaux ».

    Mardi, Benoist Apparu est revenu brièvement sur cet argumentaire, n’omettant pas de resituer Valmy sur la carte, à savoir à « 50 km de Reims ». Et l’élu d’affirmer à la ministre : « En faisant le choix de Valmy, l’Etat témoignerait de sa reconnaissance envers la terre qui a vu naître la République ». Dans son intervention, Benoist Apparu a pris soin de replanter le contexte local. C’est-à-dire qu’il a évoqué le projet de centre d’interprétation déjà lancé sur ce site, « très intéressant et très bien mené mais porté par une seule communauté de communes de 8 000 habitants. Un projet qui est donc dimensionné aux faibles moyens de cette petite communauté de communes. Quant à l’investissement de l’Etat sur ce dossier, il est de 200 000 euros. Vous conviendrez avec moi que cette participation de l’Etat n’est pas à la hauteur du symbole qu’est Valmy ». Et le député de demander à la ministre quels sont les critères qui seront pris en compte par l’Etat.

    Réponse le 30

    Avril

    Christine Albanel a alors répondu à l’élu marnais qu’une mission avait été confiée à l’historien français Jean-Pierre Rioux afin de déterminer quel site serait le plus approprié. « Nous devons avoir les conclusions de la commission Rioux le 30 avril prochain ». Elle a en outre précisé que si les Invalides et Vincennes faisaient partie d’une première liste, rien n’était encore décidé. « Les critères sont bien sûr la pertinence historique, […] l’accessibilité pour un public français et étranger ». Quelques minutes après son échange avec la ministre de la Culture, Benoist Apparu semblait plutôt satisfait de la réponse de Christine Albanel. « Elle nous a expliqué grosso modo qu’elle n’était pas en mesure de nous dire si Valmy serait le centre principal puisque c’est la commission qui va le décider. Néanmoins, elle nous laisse clairement entrevoir une chance, au cas où ce ne serait pas nous, de nous intégrer à un réseau.

    Explications. Imaginons que Versailles ou Vincennes soient la tête de pont, deux ou trois entités de province y seraient rattachées. Peut-être Valmy pourrait devenir l’une d’elles… Cela signifie que nous aurions le label « Musée national ». Autant dire des moyens financiers bien plus conséquents. Avec Bruno Bourg-Broc, nous allons donc poursuivre nos efforts jusqu’au bout ».

    Jérôme Gorgeot

    Benoist Apparu : « Il y a tout à gagner, rien à perdre !

    Opiniâtres, Benoist Apparu et Bruno Bourg-Broc ont prévu de rencontrer le directeur de cabinet de Christine Albanel ce jeudi.

    En outre, la semaine prochaine, ils défendront également le dossier argonnais devant trois historiens de la commission Rioux, dont Jean-Pierre Rioux lui-même.

    Stratégie clairement affichée : rendre la candidature de Valmy incontournable. Si ce n’est pas pour le musée de France, au moins pour le réseau qui lui serait rattaché. Le député résume : « Pour l’instant, nous n’avons rien.

    Si cela ne marche pas, nous n’aurons rien perdu. Il y a donc tout à gagner, rien à perdre !  ».

    J.G.

    ***********************************

    Union090325e - Marne

    BETHENY : Trois anciens combattants médaillés
     
    Francis Lecerf.
  •  Agrandir la photo
  • Jean Bak.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

     

    Jeudi 19 mars, le comité Fnaca, fédération nationale des anciens combattants d’Algérie Maroc Tunisie, aux côtés de la municipalité de Bétheny, s’est réuni au monument aux morts pour une cérémonie commémorative. Une gerbe a été déposée.

    Au cours de cette cérémonie, trois anciens combattants AFN résidant à Bétheny ont été décorés de la Croix du combattant AFN : il s’agit de Bernard Legrand, Francis Lecerf et Jean Bak. Tous les trois font partie des 45 adhérents béthnyats au comité Fnaca de Reims.

    Le comité tient une permanence tous les premiers mardis du mois de 9 à 12 heures à la mairie annexe du Petit-Bétheny.

     

     

     

    ***********************************

    Union090325d - Marne

    ECRIENNES : A la mémoire des parachutistes
     
    Recueillement au monument aux morts.
  •  Agrandir la photo
  • Ce dimanche, la messe paroissiale d’Ecriennes a été, en partie, dédiée à la mémoire des parachutistes morts au combat. A l’issue de cette cérémonie, un dépôt de gerbe a eu lieu au monument aux morts de la commune. « Un monument récent, puisqu’érigé il y a quelques années sur une place du village, en remplacement de celui sis dans l’enceinte du cimetière, afin de faciliter les commémorations publiques, comme celle d’aujourd’hui par exemple », explique Michel Delaunay, maire d’Ecriennes et également président du SIVU Ecriennes/Vauclerc.

    « Nous tenons, par cette cérémonie, à rendre hommage aux enfants d’Ecriennes tombés pour la France, aux parachutistes et à leurs familles, mais également aux soldats qui sont morts en Afghanistan. On oublie trop souvent que c’est un pays en guerre », a rappelé René Beaujoin, président de l’Amicale parachutiste de Vitry-le-François et de Champagne.

    Par ailleurs, l’Amicale parachutiste organisera un thé dansant le dimanche 29 mars à la salle des fêtes de Courtisols.

    Renseignements et inscriptions au 03.26.74.53.72.

    ***********************************

    Union090325c - Marne

    AY : Dernière cérémonie au monument aux morts
     
    Lors du dépôt de gerbe au monument aux morts qui va être démonté et réinstallé place de la Libération.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    Les anciens combattants et victimes de guerre (ACVG), les membres de la fédération nationale des anciens combattants d’Afrique du Nord (Fnaca) et la municipalité ont déposé, au soir du jeudi 19 mars, des gerbes à la mémoire des soldats français tombés en Algérie, parmi lesquels, trois Agéens. Leurs noms, Philippe Germain, Robert Rémy et Michel Parent, sont gravés sur le monument aux morts, qui accueillait vraisemblablement, sa dernière cérémonie du souvenir à cet emplacement.

    En effet, dans le cadre des travaux de réfection du centre-ville, il sera démonté et réinstallé sur la place de la Libération.

     

     

    ***********************************

    Union090325b - Marne

    CRAMANT : La croix du combattant remise à trois Cramantais
     
    Roger Rouvroy a décoré Jacques Diebold, Jean-Marie Diebold et Judex David.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

     

     

    Au monument aux morts, à l’issue du dépôt de gerbe effectué dans le cadre du congrès des ACPG-CATM du canton d’Avize, en présence de leur maire, Denis Pinvin, et du président cantonal, René Trubert, le délégué départemental, Roger Rouvroy, a épinglé au revers de Jacques Diebold, Jean-Marie Diebold et Judex David, la croix du combattant.

     

     

     

     

    ***********************************

    Union090325a - Marne

    CUIS : Jacques Assailly à l’honneur
     
    Le Mérite fédéral a été remis à Jacques Assailly.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

     

     

    A l’issue des travaux du congrès des ACPG-CATM du canton d’Avize, qui s’est tenu à Cramant, en présence du conseiller général, de son maire et du président cantonal, Jacques Assailly a reçu des mains du délégué départemental, Roger Rouvroy, le Mérite fédéral pour services rendus à l’association.

     

     

     

     

    ***********************************

    Union090324c - Marne

    CHALONS : Des anciens combattants honorés
     
    Les médaillés (de gauche à droite) Guy Paul, Christian Bidart, Jean-Claude Jacquesson, Robert Chevalier.
  •  Agrandir la photo
  • Fort de quelque 287 adhérents, le Groupement amical des associations patriotiques de Châlons et sa région, présidé par Jean Mondet et qui regroupe les anciens combattants des différentes guerres et conflits, vient de tenir son assemblée générale à la maison Saint-Joseph.

    En présence du colonel Jacques Richon, ancien du 106° R.I, du député Benoist Apparu et de l’adjoint délégué aux affaires militaires, fêtes et cérémonies Serge Helleringer, les anciens combattants ont déposé des gerbes au monument aux morts et au Mémorial départemental.

    L’occasion pour le colonel Amelineau de remettre trois Croix du combattant à Guy Paul, Christian Bidart et Daniel Faulabert ainsi que la médaille de Reconnaissance de la Nation à Jean-Claude Jacquesson. Robert Chevalier a reçu la médaille commémorative « Algérie ».

    Les dates à retenir :

  •  le 8 mai, place Foch, dès 21 heures, représentation historique avec Marne Mémory 44 ;
  •  les 9-10 et 11 juin, voyage aux plages du débarquement ;
  •  le congrès départemental : le 10 mai à Epernay.
    ***********************************

    Union090324b - Marne

    VITRY-EN-PERTHOIS : L’assemblée des anciens combattants
     

    L’assemblée générale annuelle des anciens combattants et prisonniers de guerre - combattants d’Algérie Tunisie et Maroc (ACPG-CATM), section de Givry- en Argonne- Vanault-les-Dames, se tiendra cette année à Heiltz-le-Maurupt, chef lieu de canton, le dimanche 29 mars prochain à partir de 9 h 15.

    Au programme : 9 heures, accueil des participants, 9 h 15, début de la réunion, 11 heures office religieux en l’église Saint-Maurice.

    Vers midi, dépôt de gerbe au monument aux morts, suivi du vin d’honneur offert par la commune de Heiltz-le-Maurupt.

    12 h 45, repas des participants inscrits, à la salle des fêtes.

    ***********************************

    Union090324a - Marne

    GAUCHY – ARAC : Des étoiles d’or récompensent le civisme de trois citoyens
     

    « Ces étoiles sont un engagement pour moi de faire mieux et de rester un bon citoyen… » a souligné Joseph Leroux.

    Pour sa part, Serge Monfourny a mis en avant le travail accompli : « Durant ces décennies, nous avons été des visionnaires, des bâtisseurs, avec, notamment la construction de l’hôtel de ville […] Les zones industrielles créées ont généré 2.000 emplois […] »

    Au sein de la Maison de la culture et des loisirs, Joseph Leroux et Serge Monfourny venaient de recevoir, des mains de Raphaël Vahé, les étoiles d’or de l’ORCM, l’Office républicain des mérites civiques (civils et militaires).

    « Pour une France moins égoïste »

    Marcel Mondot, ancien combattant et porte-drapeau, souffrant depuis quelques jours, n’a pu recevoir cette distinction « amplement méritée », a souligné Josette Henry, premier magistrat de la commune.

    Ces étoiles récompensent des parcours exemplaires. Joseph Leroux (conseiller général et maire-adjoint honoraires) et Serge Monfourny - qui a œuvré dans l’intérêt général de Gauchy pendant plus de trente-cinq ans en qualité de maire, de conseiller général et de président du Sissad - n’ont eu de cesse de penser au bien de leurs concitoyens dans leurs différents mandats respectifs.

    Antoine Crestani, président départemental de l’Association républicaine des anciens combattants (Arac), a souligné : « Dès leur plus jeune âge, ils sont de tous les combats, pour plus de justice sociale, pour plus d’égalité, de solidarité, pour la paix, pour une France moins égoïste, plus juste… »

    Raphaël Vahé, président national de l’Arac, était très ému en remettant aux deux hommes leurs étoiles de l’ORMC.

    ***********************************

    Union090323d - Marne

    FAGNIERES : Ils commémorent le cessez-le-feu
     
    Le maire et son prédécesseur ont fleuri le monument aux morts.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    La commémoration du 47e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie s’est déroulée au monument aux morts de l’ancien cimetière.

    Après lecture de l’ordre du jour du général Ailleret et du message du comité national de la Fnaca, une gerbe a été déposée par l’ancien maire Michel Moreau et l’actuel Alain Biaux.

     

     

    ***********************************

    Union090323c - Marne

    CORMONTREUIL : Le médaillé du 19 mars
     
    La croix du combattant à Daniel Bernard.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    Le comité local de la Fnaca de Cormontreuil a invité, jeudi dernier, les habitants à commémorer le cessez-le-feu en Algérie au monument aux morts.

    Avant que le maire, Jean Marx, et le président Jean Bo déposent une gerbe au pied du monument, M. Bo a remis la croix du combattant à Daniel Bernard, 2e classe au 58e régiment des transmissions en France, en Allemagne et en Tunisie.

    Emmené par la fanfare l’Espérance, le défilé se dirigeait ensuite vers la mairie pour un moment convivial.

     

     

     

    ***********************************

    Union090323b - Marne

    VITRY-EN-PERTHOIS : En mémoire des soldats tombés en Algérie
     
    Les membres de la Fnaca et le maire ont déposé une gerbe.
  •  Agrandir la photo
  •  

    A l’occasion du 47e anniversaire de la signature des accords d’Evian, au lendemain de la fin de la guerre d’Algérie (18 mars 1962), la Fnaca de Vitry (Fédération nationale des anciens combattants d’Algérie) a tenu a marqué cette commémoration en déposant une gerbe au pied du monument aux morts, sis place Joffre.

    Étonnamment, c’est la date du 5 décembre qui a officiellement été retenue pour marquer cet événement, mais la tradition du 19 mars a tout de même été maintenue afin de, selon M. Mathieu, président de l’association, « rendre hommage à nos camarades tombés lors de ce conflit ». Conflit qui aura fait environ 30.000 morts et disparus.

    Le maire s’est joint à cette commémoration.

     

     

    ***********************************

    Union090323a - Marne

    CHALONS : Fin de la guerre d’Algérie : un hommage avec la Fnaca
     
    L’hommage aux disparus a lieu chaque année face au Mémorial AFN.
  •  Agrandir la photo
  • Il y a 47 ans, le cessez-le-feu en Algérie était proclamé.

    Comme chaque année, date anniversaire, le 19 mars est célébré par la Fédération nationale des anciens combattants d’Algérie-Maroc et Tunisie (Fnaca).

    Au Mémorial AFN jeudi, sous la présidence de Claude Fauvet, président départemental, Jean Hendziak, vice-président départemental, Daniel Fritz, président du comité Fnaca de Châlons et Pierre Cornil président de l’Ancac (Cheminots anciens combattants), de la Ville de Châlons représentée par Serge Helleringer, et en présence aussi de près de 90 personnes, de nombreuses personnalités du monde combattant et de 11 porte-drapeaux, un hommage était rendu en mémoire des 30.000 militaires Français tombés en AFN ainsi qu’aux disparus et victimes civiles.

    Plusieurs Marnais qui ont laissé leur vie en Afrique du Nord lors de ces sept ans de guerre ont d’ailleurs leurs noms gravés dans le marbre de ce Mémorial. La lecture des messages de la Fnaca et ordre du jour N° 11 du général Ailleret du 19 mars 1962, ont été lus face au Mémorial, avant que ne soient déposées les gerbes. Seule journée historique et incontournable, comme le clame la Fnaca, cette dernière rappelle « que la mémoire et le souvenir peuvent se perdre très vite ».

    Et d’ajouter, à l’attention des jeunes générations : « Soyons attentifs et aujourd’hui comme demain, il faut bannir les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité ».

    ***********************************

    Union090322b - Marne

    ANGLURE : Un nouveau drapeau
     
    De nombreux élus ont participé à la cérémonie.
  •  Agrandir la photo
  • Comme chaque année, les membres de la Fnaca ont organisé, le 19 mars, la commémoration du cessez-le-feu en Algérie, associant à cet événement les anciens combattants du Maroc et de la Tunisie.

    Cette cérémonie était précédée d’un protocole peu habituel car Kléber Carouge, président du comité cantonal a remis au porte-drapeau une toute nouvelle oriflamme brodée au nom du comité.

    La cérémonie s’est déroulée ensuite selon la coutume, les noms des victimes de ces guerres ont bien sûr été évoqués de même que le devoir qui incombe aux survivants de perpétuer ce souvenir au nom de la paix dans le monde.

    Parmi les participants Daniel Grobety, conseiller général, Bernard Champion, président du comité de communes, Jean Marc Albaut maire d’Anglure ainsi qu’une large majorité des maires du canton et un détachement de sapeurs-pompiers du centre de secours. Un vin d’honneur était ensuite offert par le comité.

    ***********************************

    Union090322a - Marne

    SUIPPES : Le centre d’interprétation de Suippes, Marne 14-18, est présent sur ce salon.
     

     

     

     

    Fier d’avoir obtenu son label« tourisme et handicap », il fait la promotion de sa prochaine animation prévue du 1 avril au 2 mai et dont le thème est « Exposition sur le deuil et les souvenirs de la Grande Guerre ».

    Juste à côté sont présents les Poilus de la Marne en costume d’époque que l’on pourra voir en avril à Saint-Martin-d’Ablois, en mai à Suippes, les 2 et 3 mai à Château-Thierry et de nouveau le 16 mai à Suippes pour la Nuit des musées.

     

     

     

    ***********************************

    Union090321c - Marne

    EPERNAY : 47e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie
     
    Lors du dépôt de gerbe au monument « La Flamme ».
  •  Agrandir la photo
  • Ce jeudi, la Fnaca Epernay-Oiry a célébré le 47e anniversaire du cessez-le-feu en Algérie.

    À 11 heures, un rassemblement a eu lieu au square Clevedon, au monument « La Flamme », avec une délégation de porte-drapeaux, la garde du Centre de secours principal et la Champenoise d’Aÿ. Après la lecture de l’ordre du jour n° 11 du général Ailleret, proclamant le cessez-le-feu le 19 mars 1962, et la lecture du manifeste du président national, ce fut le temps de l’appel des morts et du dépôt de gerbe.

    À cette occasion, le président André Richard a remis la Croix du combattant à Claude Etienne.

    A noter que l’assemblée générale de la Fnaca aura lieu le dimanche 22 mars à 9 h 30, au palais des fêtes.

    À 11 heures, rassemblement devant le Palais de la justice et cortège jusqu’au square Clevedon avec la Champenoise d’Aÿ, la garde du Centre de secours, les porte-drapeaux.

    Cérémonie à 11 h 30 avec la société de musique et la chorale « Interlude », remise de décorations, appel des morts et dépôt de gerbe.

    Vin d’honneur à l’hôtel de ville. Repas à la salle des fêtes d’Oiry.

    ***********************************

    Union090321b - Marne

    VERZENAY : « Djebel » accueille tous les volontaires
     
    Les adhérents étaient nombreux à assister à l’assemblée générale de l’association « Djebel ».
  •  Agrandir la photo
  • Après le traditionnel dépôt de gerbe fleurie au monument aux morts, Gérard Frémaux a ouvert l’assemblée générale du « Djebel » association regroupant les anciens combattants de Mailly, Verzenay, Montbré, Trois-Puits, Rilly, Chigny, Champfleury et Ludes.

    En présence de plusieurs maires, d’Eliane Rigobert, conseillère générale suppléante, M. Frémaux rend un vibrant hommage à Christian Busin et à René Halter, tous deux décédés en 2008.

    M. Fremaux a insisté sur l’ouverture de la section à tous les anciens combattants, soldats du feu, Opex et aussi aux anciens dont la section ne fonctionne plus.

    Sur le plan réglementaire, Micheline Busin est nommée trésorière en remplacement de son époux Christian et est chaleureusement remerciée de son travail.

    Daniel Gaidoz, Daniel Dumont et Gérard Fremaux sont réélus à l’unanimité au sein du bureau. M. Zettner représentant la section départementale de l’Union nationale des combattants a donné plusieurs conseils aux veuves et le maire, Jacques Gragé, se dit très satisfait de voir vivre le souvenir des disparus mais regrette l’absence des porte-drapeaux bouquins lors de cette assemblée.

    ***********************************

    Union090321a - Marne

    EPERNAY : La flamme de la Résistance ne s’éteindra pas
     
    L’assemblée est bien décidée à perpétuer le souvenir.
  •  Agrandir la photo
  • C’est en présence de Rémi Grand, conseiller municipal, et de René Guillepain, ancien résistant-déporté, que l’association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) s’est réunie en assemblée générale le dimanche 15 mars. « La flamme de la Résistance ne s’éteindra pas », c’est le serment qu’ont fait les adhérents, anciens résistants et amis de la Résistance afin de perpétuer les valeurs républicaines qui amenèrent le Conseil national de la Résistance à la naissance d’une constitution sociale et économique, « qui reste le socle des IVe et Ve République », soulignait le président, Alain Galataud, à l’ouverture de la séance. Et de rappeler qu’il fallait rester vigilants et dénoncer les organisations néonazies et les négationnistes en tous genres : « Après le scandale de l’évêque qui nie les chambres à gaz, c’est dans notre région qu’un citoyen qui se dit historien attaque la corporation des cheminots en les traitant de collaborateurs. Cet individu ne mérite que le mépris et des poursuites judiciaires seront engagées ».

    Sur une initiative de l’ANACR, des collégiens du collège Terres-Rouges sont invités à la projection du film « La vie est belle », une comédie sur la Shoah de Roberto Begnini, au cinéma le Palace, les mardi 24 et vendredi 27 mars à 9 heures. Le film sera accompagné de témoignages d’anciens résistants-déportés. À l’issue de l’assemblée, une gerbe a été déposée au monument aux martyrs de la Résistance.

    ***********************************

    Union090320e - Marne

    REIMS : Six anciens d’Algérie médaillés
     
    Les médaillés devant le monument aux morts.
  •  Agrandir la photo
  •  Voir toutes les photos.
  • Beaucoup de monde, hier, au monument aux morts pour célébrer le 47e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.

    Réunis autour de MM. Forget et Choquet, du comité Fnaca de Reims, les personnalités civiles et militaires ont assisté à la remise de plusieurs médailles.

    Quatre croix du combattant à Lucien Bernard, Jacques Beaudière, Robert Chopin et Roger Mathieu et deux médailles commémoratives à Serge Guiborat et Marc Glain.

    Après la lecture du cessez-le-feu, l’appel des 69 noms de Rémois tués au cours de ce conflit, la maire a eu une double pensée.

    Pour tous ceux qui sont morts et qui auront dû attendre 1999 pour que l’on dise que c’était durant la guerre d’Algérie ; pour tous les compatriotes français d’Algérie rapatriés et pour les Harkis qui n’envisageaient pas d’autre avenir que dans la France et qui en ont payé un lourd tribut. La maire a souhaité que Reims où cohabitent comme un peu partout en France, Pieds noirs, Harkis, Algériens et Français d’origine algérienne « soit une ville rassemblée. »

    A.M.

  •  Des photographies de cet événement sont disponibles dans notre galerie d’images
    ***********************************

    Union090320d - Marne

    REIMS : Surprise
     

    Les anciens combattants de la Fnaca ont constaté avec surprise (et satisfaction) que l’ancien maire de Reims qui leur avait rarement fait l’honneur de sa présence lors des cérémonies commémoratives de la fin de la guerre d’Algérie quand était premier magistrat, se trouvait, hier, au milieu d’eux.

    ***********************************

    Union090320c - Marne

    EPERNAY : Les combattants resserrent les liens
     
    Les médaillés ont été décorés à l’espace culturel Pierre-Godbillon de Magenta.
  •  Agrandir la photo
  • Un seul regret : les CATM d’Epernay ont quelque peu boudé cette réunion commune. En effet, à l’appel de leurs présidents respectifs, Henri Hut (CATM Epernay), Bernard Joffre (CATM Saint-Martin d’Ablois) et Serge Lépine (UNC Magenta, Aÿ, Epernay et environs), les anciens combattants ont tenu une assemblée générale commune à Magenta. L’auditoire a approuvé ce resserrement des liens devenu nécessaire. A l’issue des travaux, un important défilé emmené par la Musique municipale de Magenta et de nombreux porte-drapeaux s’est rendu au monument aux morts où une gerbe commune a été déposée.

    Jean Derouineau a reçu la Croix du Combattant des mains de Claude Metzger, président du comité d’entente des associations d’anciens combattants. De retour à l’Espace culturel, en présence de Laurent Madeline, maire de la commune, et Gilbert Curinier, adjoint chargé de l’information, le président de l’UNC Marne a décoré différents récipiendaires, en déclinant leurs états de services respectifs : la médaille Djebel argent à Maurice Martineau et Christian Cunière, la médaille Mérite bronze UNC à Jean-François Marchand, la médaille Mérite argent UNC à Raymond Picquot, la médaille vermeil UNC à Emile Belot.

    ***********************************

    Union090320b - Marne

    CRAMANT : Les anciens combattants du canton d’Avize en congrès
     
    Un dépôt de gerbe au monument aux morts a eu lieu après l’assemblée générale.
  •  Agrandir la photo
  • Chaque année, le congrès des ACPG-CATM-STO-TOE-veuves de guerre du canton d’Avize se tient dans une commune différente.

    En 2009, l’assemblée générale s’est tenue à la cantine des écoles à Cramant.

    Le président cantonal, René Trubert, a demandé une minute de silence à la mémoire des six adhérents disparus en 2008.

    Le secrétaire, Noël Tessier, a retracé les activités et le trésorier, Gaston Bertin, a présenté les comptes (en équilibre) d’une association de 122 membres (en 2009). Les travaux ont porté, entre autres sujets, sur les sympathisants et leurs rôles possibles au sein de l’association, la Carac, l’Udac.

    La commémoration, le 5 décembre, se fera à Cramant et le congrès 2010 à Grauves. Le délégué départemental, Roger Rouvroy, a précisé les actions et priorités départementales, puis a répondu aux questions des participants.

    Le bureau cantonal a été reconduit avec les personnes ci avant nommées et Jean Solor, vice-président.

    Le cortège formé des porte-drapeaux, des pompiers, des trompettes de cavalerie de l’Avenir avizois et des congressistes est descendu vers le monument aux morts.

    ***********************************

    Union090320a - Marne

    FISMES : Nouveau drapeau pour l’UNC
     

    Dimanche 22 mars, à l’occasion de l’assemblée générale de la section fismoise de l’Union nationale des combattants (UNC 51), Maurice Browarny, le président, remettra le nouveau drapeau « Nouvelles générations - opérations extérieures ». La cérémonie sera suivie d’un repas.

    Voici le programme du week-end :

  •  Samedi 21 mars à 11 h 30 : bénédiction du drapeau à l’église de Fismes.
  •  Dimanche 22 à 9 h 45 : ouverture des travaux à la salle des fêtes.
  •  Entre 10 h 30 et 11 heures : arrivée des officiels.
  •  11 h 45 : formation du cortège et défilé vers les deux monuments aux morts avec la fanfare de Fismes. Dépôt de gerbes, décorations des anciens combattants et remise du nouveau drapeau.
  •  12 h 15 : retour à la salle des fêtes, vin d’honneur.
  •  Vers 13 heures : repas avec animation musicale.
    ***********************************

    Union090319f - Marne

    CHALONS : Roger Romagny succède à Jacques Songy
     
    Roger Romagny (2e à droite), nouveau président de l’Adif Marne.
  •  Agrandir la photo
  • L’association des déportés, internés et familles de la Marne, s’est tenue ce lundi 16 mars à l’amphithéâtre du lycée Oehmichen de Châlons, présidée par Roger Romagny, successeur de Jacques Songy décédé en juillet 2008. Auparavant, en présence du maire de Châlons Bruno Bourg-Broc, du député Benoist Apparu, du député de Courson et de nombreuses personnalités et adhérents de l’association et porte-drapeaux, une gerbe fut déposée au monument de la résistance et à la plaque des déportés face à la prison.

    Un hommage, avec dépôt de gerbe fut également rendu sur la tombe de l’ancien président, en présence de sa veuve et présidente d’honneur Denise Songy et de Nicolas Songy.

    En présence de plus de 40 personnes, Roger Romagny a rappelé « C’est pour moi un honneur de prendre la succession de Jacques. On ne peut oublier 65 ans de travail collectif et d’amitié partagées ! »

    Veillée de la Déportation

    Cette année, comme les années précédentes et plus encore, les enfants de Jacques Songy, Jean-Marie et Nicolas seront pour une grande partie les organisateurs de la veillée de la déportation qui aura lieu les 25 et 26 avril. Le dimanche 26 avril, à l’issue de la cérémonie officielle de la déportation, il sera procédé à l’inauguration de la rue Jacques-Songy. La remise des prix du concours national de la résistance et de la déportation aura lieu cette année dans les locaux de la préfecture le mercredi 6 mai à 15 heures, les corrections du concours ayant lieu le mercredi 15 avril au collège Louis-Grignon de Fagnières. Le directeur de l’Onac Jean-Daniel Courot a précisé que le voyage destiné aux 45 premiers lauréats du concours se fera à Compiègne les 16 et 17 mai au nouveau Mémorial de la déportation. Quelques difficultés se greffent par contre au niveau du logement des enfants : éloignement du lieu de visite. Le député Amédée de Courson a approuvé la pérennité du lieu de mémoire siège de la Gestapo à Châlons qui sera désormais chapeauté par l’Office de Tourisme nouveau gestionnaire des locaux. Un accord sera prochainement signé avec la ville de Châlons.

    ***********************************

    Union090319e - Marne

    THILLOIS : L’hommage au soldat Léon Habert
     
    Les enfants ont déposé une fleur et un photophore sur la tombe.
  •  Agrandir la photo
  • La commune de Thillois avait relevé le corps d’un soldat mort pendant la Première Guerre mondiale qui était enterré au cimetière de Thillois dans une tombe abandonnée.

    Sur une suggestion de Marc Christophe, professeur au LEP Croix Cordier de Tinqueux, et en collaboration avec le Souvenir français, son corps a été inhumé dans une tombe consacrée aux morts de cette guerre.

    Il repose désormais près des 42 braves du 39e Régiment d’infanterie, morts à Thillois et que la commune n’a jamais voulu abandonner, et dont l’ossuaire se trouve tout près de la sépulture de Louis-Marie Dumouthier, 20 ans, leur sous-lieutenant. Dernièrement, Jacques Bourgogne, maire de Thillois, et son conseil municipal, en présence de Jean Cienki, président du comité de Reims du Souvenir Français, et de Marc Christophe, ont dévoilé la plaque et déposé des fleurs et des photophores sur la tombe avec quelques enfants du village.

    Un geste citoyen de tous les habitants de la commune pour lesquels la présence de la sépulture du soldat Léon Habert, rappellera à tous, la grandeur de son sacrifice.

    ***********************************

    Union090319d - Marne

    VITRY-LE-FRANCOIS : Les femmes de la Résistance à découvrir jusqu’à demain
     
    Des portraits de grandes résistantes contemporaines à decouvrir.
  •  Agrandir la photo
  • Depuis lundi et jusqu’à la fin de cette semaine se tient, au Centre de documentation et d’information du lycée François-1er, une exposition mettant en scène les grandes figures de la résistance contemporaine. Particularité de ces portraits, il n’est question que de femmes. Une action plébiscitée par le conseil général, sous l’égide de Karine Jarry, conseillère régionale déléguée à l’Egalité, et Jean Paul Bachy, président de région : « dans sa volonté de faire de l’égalité entre les hommes et les femmes une priorité dans ses politiques, la région a souhaité bénéficier de cette expo qui met en valeur des portraits de grandes résistantes contemporaines en abordant les grandes questions de notre temps : l’égalité des droits, le respect de la diversité, les libertés de penser et d’expression, la citoyenneté ou encore la solidarité. Autant de valeurs que nous souhaitons largement diffuser auprès de notre jeunesse et intégrer dans le processus d’apprentissage et d’éducation de chacun. » Au travers plusieurs portraits relatant la vie et les actions menées par ces résistantes, l’objectif est de rendre aux femmes la place qui leur est due. Il ne faut pas confondre féminine et féministe, ces combats, elles ne les ont pas menés contre le sexe opposé, mais contre la guerre, les mines anti-personnel, l’exclusion ou encore l’oppression des minorités. Elles ont lutté en faveur, entre autre, de l’environnement et de la démocratie. Dans tous les combats, toutes les luttes, les femmes ont eu une présence et/ou une action. C’est un voyage sans frontière que propose cette exposition, des « dames en blanc » à Cuba, en passant par la Russie avec l’œuvre de la journaliste Anna Politkovskaïa ou encore l’Inde avec l’emblématique mère Térésa. Il y a bien sûr un large panel de représentantes françaises telles que Lucie Aubrac, Simone Veil ou encore Geneviève de Gaulle-Anthonioz, qui a milité au sein du mouvement ATD Quart Monde (dont elle fut une active présidente de 1964 à 2001). Petit plus du CDI, il met à disposition des élèves, des ouvrages sur les personnalités dépeintes lors de l’expo. Par contre, seul bémol à mettre au crédit de cette action, la durée !

    Une seule petite semaine pour une exposition d’une telle qualité, c’est un peu court…

    ***********************************

    Union090319c - Marne

    EPERNAY : Les poilus fourmillent de projets
     
    Les poilus annoncent de nombreux événements pendant toute l’année.
  •  Agrandir la photo
  • C’est dans leur salle de la maison des associations, les cinquante membres Marnais de l’association du poilu de la Marne ont organisé leur assemblée générale, les membres du bureau ont fait le bilan de l’année passée qui fut chargée de sorties, 90e anniversaire de l’armistice oblige !

    Blanche Maupas sur France 2

    Michel Japin secrétaire a, quant a lui, présenté les prochaines commémorations, une année 2009 qui commence par plusieurs réservations de communes ou villes :

  •  20-21-22 mars : Reims, salon du tourisme Marnais,
  •  19 avril : Saint-Martin d’Ablois, congrès des anciens combattants, un grand défilé dans le village avec une cérémonie au monument aux morts,
  •  22 avril, c’est France 2 qui leur demande de tourner un téléfilm sur l’histoire de Blanche Maupas qui fut l’épouse d’un fusillé pour l’exemple.
  •  Les 2 et 3 mai : Château-Thierry, la nourriture à travers les âges, campement, cuisine du poilu.
  •  16 mai : la nuit des musées à Suippes,
  •  17 mai : Sarry (festival du début du XXe siècle).
  •  30 et 31 mai : carrières de Thiescourt dans l’Oise.
  •  13 et 14 juin, au 43e RI de Lille.
  •  5 juillet : Sézanne, installation d’un campement avec présentation de matériel.
  •  18 et 19 juillet : Boulogne-sur-Mer, festival multi-époques au bord de la mer.
  •  17 et 18 octobre : fort de Seclin et d’autres manifestations qui doivent se greffer au cours de l’année, tel que l’hommage au cimetière américain de Seringes et Nesle ainsi que le 11 novembre.
    ***********************************

    Union090319b - Marne

    REGION : Décorés : Servir toujours
     

    Ils sont membres de l’ordre de la Légion d’honneur décorés au péril de leur vie. Leurs états de service témoignent de leur engagement, de leur courage, de leur sang-froid, de leur audace.

    Aujourd’hui, ils sont les prestigieux gardiens de la tradition, des valeurs du soldat de la République tandis que leur solide esprit de corps les pousse à être auprès de ceux dont les proches sont tombés au feu dans les conflits contemporains comme en Afghanistan. Ils sont quatre-vingts en Champagne-Ardenne et dans l’Aisne et sont regroupés dans une association présidée par Jack Coudert, entouré d’une petite équipe où servir et être disponible sont des principes partagés. En France, ils ne sont que 2.933 membres mais tous les volontaires ont rendez-vous le vendredi 29 mai pour participer à la cérémonie de la Flamme sous l’Arc de Triomphe. Un temps choisi pour rendre un hommage solennel à tous ceux qui sont morts pour la patrie. S’ils ont salué aussi comme il se doit les anciens disparus, s’ils ont fleuri les monuments rémois, les Décorés au péril de leur vie (DPLV) n’ont pas perdu leur sens de l’accueil. Trois nouveaux membres les ont rejoints : le général Drujon, Jean Voisin et Michel Allix. Ils savent aussi témoigner leur reconnaissance. À l’exemple de l’hommage rendu à leur porte-drapeau, Pierre Caillot, un valeureux ancien d’Indochine et d’Algérie, officier de la Légion d’honneur et plusieurs fois cités. Le président Coudert a salué « le choix adapté aux circonstances et au temps présent, du Grand maître de la Légion d’honneur qui a agi avec cœur en remettant la croix de chevalier de l’ordre aux dix soldats morts pour la France en Afghanistan l’été dernier ». Jean-Claude Laval, adjoint au maire de Reims, a évoqué la mémoire du caporal-chef des chasseurs alpins tombé la veille du côté de Kaboul ainsi que celle des trois sapeurs-pompiers morts au cours d’un entraînement et dont la devise est : « Sauver ou périr ». Il a aussi défendu la préservation des drapeaux chargés d’histoire et appelé à une réflexion sur leur présence durable dans les cérémonies patriotiques. Bref, une assemblée générale pour entretenir l’esprit de service et partager un enthousiasme de l’action en présence des représentants des associations des deux grands ordres et du lieutenant-colonel Fournier de la BA 112, délégué par le commandant de la place.

    Hervé Chabaud

    ***********************************

    Union090319a - Marne

    MOURMELON-LE-GRAND : Un médaillé militaire commandeur de la Légion d’honneur
     
    Le major Christian Schwint, commandeur de la Légion d’honneur et l’ancien président Paul Larribe ont été mis à l’honneur par leurs camarades médaillés militaires.
  •  Agrandir la photo
  • Lors de leur assemblée générale, la 145e section des médaillés militaires de Mourmelon-Le-Grand a mis à l’honneur l’un des siens, le major Christian Schwint, commandeur de la légion d’honneur.

    Les 158 membres de l’association comptant 62 médaillés, auxquels s’ajoutent les dames d’entraide, continuent leur soutien auprès des aînés de plus de 80 ans ainsi que des veuves. Ils savent aussi se rencontrer lors de réunions plus festives comme le thé dansant qui rassembla 210 personnes après l’assemblée ou celui qu’ils prévoient pour le 4 octobre prochain. Ils ont même programmé cette année une croisière pour quelques chanceux !

    Après avoir observé une minute de silence à la mémoire des disparus de l’année, Giovanni Guenzy, Henri Dupuis, Gilles Lamy, René Malifaud et Henriette Schroeider, un dépôt de gerbe eut lieu à la stèle des médaillés militaires.

    Puis, ce fut l’heure de l’amical honneur au major Christian Schwint, commandeur de la Légion d’honneur depuis quelques mois.

    La cravate de commandeur

    Si le médaillé habite aujourd’hui Cernay-lès-Reims, il est resté fidèle à la section de Mourmelon depuis 1962. Ses amis ont pu le voir arborer la cravate de commandeur : peu de majors de l’armée ont été élevés à une si haute distinction dans l’Ordre puisqu’ils ne seraient que cinq en France.

    Christian Schwint qui a été décoré le 13 juillet à Reims pour faits exceptionnels durant la guerre d’Algérie y est resté six ans avec le 3e régiment de chasseurs d’Afrique, il y a été blessé et il est titulaire de 7 Croix de guerre.

    Ce fut aussi l’occasion pour les médaillés de remercier celui qui a présidé la section de 2001 à 2008. Paul Larribe pour son dévouement a reçu un écusson présentant les insignes de toutes les unités de la garnison et une médaille du président de l’Union départementale des médaillés, Robert Cochod.

    ***********************************

    Union090318a - Marne

    ANGLURE-LE GAULT-SOIGNY : Les écoliers racontent le destin des combattants marnais
     
    Jean-Luc Brocard a félicité les enfants pour le travail accompli.
  •  Agrandir la photo
  • Les élèves d’Anglure et de Le Gault-Soigny qui étaient en CM1 et CM2 l’année dernière, avec leurs instituteurs Marie-France Leblanc et Jean-Luc Brocard. Tous étaient rassemblés à l’occasion de la présentation officielle de leur travail, samedi dans la salle des fêtes de Le Gault-Soigny.
  •  Agrandir la photo
  • Des élèves d’Anglure et de Le Gault-Soigny ont réalisé deux livrets, retraçant le destin de soldats qui ont combattu dans la Marne durant les deux guerres mondiales. Un travail remarquable.

    LOIN du travail de mémoire les jeunes ? Désintéressés par l’histoire et le souvenir de leurs aînés ? Mieux vaut mettre au placard tous ces vieux poncifs et aller jeter un coup d’œil du côté des deux livrets qu’ont réalisés l’année dernière des écoliers d’Anglure et Le Gault-Soigny. Un travail sur une année scolaire La trentaine d’écoliers d’Anglure, en classe de CM1 et CM2, a planché durant une année, deux ans pour certains, sur l’histoire du 4e régiment de tirailleurs marocains, 44 soldats qui sont tombés à Reuves le 19 juin 1940. 16 écoliers de Le Gault-Soigny ont retracé l’histoire de la division du Maroc à la bataille de Mondement et des marais de Saint-Gond, en septembre 1914. Deux guerres, deux destinés d’hommes, de soldats, qui ont croisé celles d’écoliers marnais, plusieurs dizaines d’années plus tard. Et, au bout de plusieurs mois de travail, deux livrets d’une vingtaine de pages chacun, résultat du travail des écoliers.

    Le récit de ces deux épisodes historiques, émaillé de croquis, dessins, photos, poèmes. « Cela représente un travail énorme, raconte Jean-Luc Brocard, instituteur à Le Gault-Soigny, avec de nombreux documents difficiles à interpréter, on s’y perd dans les heures, les grades. » Cette période de l’histoire, complexe, cruelle, n’est pas forcément facile à appréhender pour des gamins de 10 ans. Dans les pas des soldats à Reuves « L’histoire du 4e régiment de tirailleurs marocains commence au Maroc, puis se poursuit dans le Nord, loin de chez nous, indique Marie-France Leblanc, institutrice à Anglure et passionnée d’histoire. Nous avions beaucoup de matière, et bien sûr, il y a eu des phases de découragement, les enfants ont dû s’habituer par exemple à rencontrer des noms à consonance alsacienne, au début cela les surprenait. » Les élèves angluriots sont concrètement partis sur les traces des soldats du 4e régiment. « En février 2007, nous avons refait le parcours de ces soldats, d’abord à Saint-Saturnin, puis à Pleurs, Connantre et enfin Reuves », raconte Marie-France Leblanc. Témoignages marquants Les élèves d’Anglure ont rencontré des personnes qui ont connu cette époque, ont recueilli leurs témoignages, « le récit de personnes qui ont vécu juin 1940, alors qu’elles avaient à l’époque le même âge que les écoliers », note Marie-France Leblanc. Notamment celui du brigadier Martial Piot, qui est venu rencontrer les élèves à l’école d’Anglure : « Ce témoignage restera marqué dans la mémoire des écoliers ». Mais ces livrets ne font pas seulement le brillant compte rendu de faits historiques. « Nous avons essayé d’y ajouter une touche personnelle, ajoute Jean-Luc Brocard, en mêlant des poésies et des photos. Les poésies paraissent très courtes mais elles nous ont pris beaucoup de temps à écrire. » Histoire, écriture, langues, « la réalisation de ce livret était pluridisciplinaire », note Marie-France Leblanc. Au final, voici des pages faciles à lire, claires. Et avec pareils documents, les écoliers n’auront pas de mal à donner une leçon d’histoire à bon nombre d’adultes. Guillaume Tallon

    Quelques extraits des deux livrets

    « Le 4e RTM à Reuves », par les CM1 et CM2 d’Anglure. Dialogue entre la maîtresse et les élèves. « C’est où Reuves ? », demande Thomas. « Reuves est un petit village situé dans les marais de Saint-Gond, à 3 km de Mondement. » « Mondement, c’est là où il y a le monument de la 1re guerre mondiale ? » « Tout à fait Elisa. Nous étions allés à Reuves en 2000 pour assister à une cérémonie à la mémoire des 44 soldats de l’armée Française tués le 14 juin 1940. » « 14 juin 1940, mais c’est la date qui est marquée sur la plaque de la mairie d’Anglure ! » « Pas tout à fait Rémy. Sur la plaque, tu peux lire place du 13 juin 1940, c’est le jour où Anglure a été bombardé. » « La division du Maroc à la bataille de Mondement », par les CM1 et les CM2 de Le Gault-Soigny. Poème qui clôt le livret, intitulé, « Le cri de Mondement ». « Depuis presque cent ans, Français et Allemands, et bien d’autres combattants, venant de plusieurs continents, se sont battus vaillamment. » « Il a fallu attendre bien longtemps, une 2e guerre mondiale violente tout autant, a dévasté l’Europe violemment. » « Le monument de Mondement, rend hommage aux millions de combattants. » « On pourrait presque l’entendre crier fortement, arrêtez ces guerres, que règne la paix éternellement. »

    ***********************************

    Union090317a - Marne

    VERZENAY : Ils ont mérité leur médaille
     
    Les anciens combattants récompensés.
  •  Agrandir la photo
  • Le « Djebel », association présidée par Gérard Fremaux, réunit les anciens combattants de huit villages de la Montagne de Reims : Mailly, Verzenay, Montbré, Trois-Puits, Champfleury, Ludes, Rilly et Chigny.

    Lors de leur dernière rencontre à l’occasion d’un dépôt de gerbe fleurie au monument aux morts bouquin, Gérard Fremaux a remis quatre médailles. La croix du combattant a été remise à Francis Quenardel, posté en Algérie en 1959 et 1960 et membre du 27e Régiment du train. Gilles Rousseaux a reçu la même récompense.

    Il a été maréchal des logis chef au 454e groupe de l’artillerie anti-aérienne et présent également en Algérie en 1959 et 1960.

    Le titre de reconnaissance de la nation a été remis à Bernard Cambray. Ce 2e classe a opéré au Maroc et est titulaire de la croix du combattant depuis le 13 avril 1985.

    Ce titre a également été remis à Bernard Dumont, 1ère classe au 7e Tirailleur présent en Algérie de 1959 à septembre 1961 et titulaire de la croix du Combattant depuis avril 1987.

    ***********************************

    Union090316b - Marne

    VITRY-LE-FRANCOIS : La Fnaca commémorera la guerre d’Algérie le 19 mars
     
    Pour Jean-Pierre Mathieu, responsable de la Fnaca locale, il s’agit « d’entretenir la mémoire ».
  •  Agrandir la photo
  • « Ce n’est pas une question de politique, c’est pour nos camarades qui sont restés là-haut. On a une fierté à commémorer ça et à entretenir la mémoire. » Pour Jean-Pierre Mathieu, président du comité local de la Fnaca (fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc et Tunisie), la date du 19 mars revêt une importance toute particulière.

    « Le 19 mars 1962, la France voyait avec soulagement la fin d’un drame qui avait duré dix ans et qu’elle avait payé de la vie de 30 000 de ses fils, rappelle-t-il. La guerre d’Algérie se terminait enfin, c’était un jour véritablement historique ! » Plus précisément, à midi, ce lundi 19 mars 1962 était signé un cessez-le-feu officiel ordonné par le général Ailleret, commandant en chef des forces françaises en Algérie. Un cessez-le-feu consécutif aux accords signés la veille à Évian…

    Alors peu importe si, à la suite d’une décision de Jacques Chirac, la France rend officiellement hommage à ses enfants tombés en Algérie le 5 décembre. Pour ceux « qui y étaient », la cérémonie du 19 mars est primordiale. « Ceux qui se souviennent » Dans la cité rose, elle se déroulera donc bien jeudi prochain à 18 h 30, place du Maréchal Joffre. « Nous espérons la présence des officiels », insiste M. Mathieu. Des officiels que le secrétaire d’État à la Défense et aux Anciens Combattants, Jean-Marie Bockel, a autorisés à participer à ces commémorations, selon qu’ils les jugeront pertinents ou non, tout en rappelant que le jour de l’hommage de la Nation reste bien le 5 décembre.

    « Nous comptons sur tous les adhérents disponibles et leurs épouses, tous les amis d’anciens d’Afrique du Nord, enfin, tous ceux qui se souviennent qu’en Algérie, c’était la guerre ! », conclut le responsable vitryat de la Fnaca.

    Toujours actif, le comité local propose par ailleurs une nouvelle sortie le 25 avril prochain au zoo et à l’aquarium d’Amnéville.

    Les réservations sont à faire avant le 14 avril auprès de M. Mathieu, 39 rue du Petit Parc à Vitry, tél. 06.72.27.92.51.

    Tarifs : 45 euros la journée pour les adultes ; 37 euros pour les enfants.

    A.J.

    ***********************************

    Union090316a - Marne

    CHALONS :Butte des fusillés : monument oublié ?
     
    Difficile d’accéder à la butte des fusillés, située sur « Le terrain de la Folie ». Ici, 39 patriotes sont tombés sous les balles allemandes durant la Seconde Guerre mondiale.
  •  Agrandir la photo
  • Accéder à la butte des fusillés, route de Melette à L’Épine, est un vrai parcours du combattant. Les visiteurs qui cherchent à s’y rendre l’apprennent à leurs dépens.

    EN visite à Châlons-en-Champagne, Michel se souvient que la butte des fusillés est sur la commune de L’Epine et décide de s’y arrêter, avant de rentrer chez lui à Chaudefontaine, près de Sainte-Ménehould. Devoir de mémoire oblige…

    Mais pour y arriver, il a rencontré bien des déboires. Une fois le panneau L’Epine franchi, Michel a suivi la direction de Saint-Etienne-au-Temple, comme indiqué par le panonceau « Butte des fusillés ». Il a suivi la route. Tant et si bien qu’il s’est retrouvé presque aux portes de Saint-Etienne.

    Inquiet de la situation, il décide de rebrousser chemin et d’interroger un agriculteur. Ce dernier lui dit de continuer jusqu’aux hangars à Melette et de prendre la route du même nom, juste avant. Ce qu’il fait. Mais arrivé sur les lieux, il se retrouve face à des barbelés, lui interdisant toute entrée sur le terrain militaire. Il décide alors de prendre un autre petit chemin et aperçoit enfin le monument… mais il est bien loin et il n’est pas possible de s’en approcher. « Le lieu m’a semblé si désert… que je suis rentré chez moi », conclut-il.

    En effet, le monument est situé sur le terrain de manœuvre dit « Le terrain de La Folie », appartenant à l’armée et sur lequel sont organisés des enduros de VTT.

    Aucune visite n’y est autorisée, à moins de demander une dérogation auprès des instances militaires.

    Seuls quelques anciens combattants s’y réunissent le 6 mai, à 7 heures précises, depuis 67 ans. Les survivants de la Résistance et de la déportation marnaise, ainsi que les familles, s’y recueillent. En souvenir des 39 patriotes - parmi lesquels des résistants du groupe Tritant - tombés à cet endroit sous les balles allemandes, lors de la Seconde Guerre mondiale.

    Chemin gras et peu praticable

    Aujourd’hui, la butte n’est plus visitée qu’à cette occasion. Même les élus de L’Epine ne s’y rendent pas. « Nous n’y avons jamais participé », commente le maire, Jean-Pierre Adam. Alors pourquoi en indiquer la direction ? « Le balisage se faisait à partir de la départementale 3 », explique le maire. « Il y avait deux panneaux : celui qui mène vers Saint-Etienne-au-Temple ; et un autre qui menait sur un chemin, pas très praticable. »

    Et en effet, encore aujourd’hui, pour voir la butte et son drapeau, il faut s’engager sur un chemin, assez gras, surtout par temps de pluie. C’est pourquoi il avait été décidé, en accord avec les anciens combattants, de déplacer le panneau à Melette, au niveau des hangars. Hangars que Michel a dépassés sans savoir qu’il devait tourner à cet endroit.

    Surpris par cette information, le maire déclare : « Je m’en inquiéterai… » Et d’ajouter : « Depuis deux-trois ans, plus personne ne nous demande rien au sujet de ce monument. » Désormais, la municipalité de L’Epine peut, à nouveau, se sentir concernée.

    A.J.

    ***********************************

    Union090315b - Marne

    LIVRE : Tardi :« Putain de guerre »
     

    Jacques Tardi est un spécialiste incontesté de la Première Guerre mondiale, qu’il représente à sa façon, personnelle et très fidèle à l’âpreté de l’époque. L’ouvrage « 14-18 » est la première partie d’une série de deux volumes. Peu à. peu, les couleurs s’estompent pour sombrer dans la grisaille. C’est la vision de l’artiste pour raconter l’horreur. Il y a la vie quotidienne des poilus mais aussi de leurs adversaires englués dans des tranchées hachées par la mitraille. En plus des dessins inspirés, l’historien Jean-Pierre Vernay éclaire le conflit avec des textes très documentés.

    « Putain de guerre 14-15 -16 » de Jacques Tardi et Jean-Pierre Vernay.

    15,95 euros Edition Casterman

    Thierry de Lestang Parade

    ***********************************

    Union090315a- Marne

    DVD : Une guillotine dans les tranchées
     

    Cette histoire assez incroyable n’est pas sortie de l’imagination fertile d’un scénariste, elle est inspirée d’un fait bel et bien réel. En mars 1918, Émile Préfaille est condamné à mort pars une Cour d’assises belge pour l’assassinat de deux femmes.

    Le Royaume est alors en pleine guerre et la seule guillotine de Belgique se trouve à Bruges, en zone occupée par les Allemands.

    Qu’à cela ne tienne, le roi Albert 1er fait appel à Clemenceau et, diplomatie oblige, la France répond favorablement et prête bois de justice, bourreau et assesseurs.

    Le convoi, mené par un lieutenant pète-sec, va donc se rendre de Paris à Furnes, d’abord par le train puis à pied. Des soldats réquisitionnés transporteront alors la veuve en plein champ de bataille.

    Alors que des milliers de, combattants meurent chaque jour, sept hommes vont risquer leur vie pour trancher la tête d’un autre.

    Une mission ahurissante parfaitement retracée dans ce téléfilm.

    Olivier Bachelard

    ***********************************

    Union090314a- Marne

    REIMS : Hommage aux poilus à la lueur des torches
     
    Une cérémonie en nocturne de belle tenue, pour couronner le travail de mémoire des lycéens.
  •  Agrandir la photo
  • Drapeaux, musique, flambeaux, poème, sous-préfet en grande tenue, c’est presque un 11 novembre bis qui s’est déroulé hier soir au cimetière du nord en présence de pas loin d’un demi-millier de participants

    Il s’agissait d’un hommage aux poilus organisé par la ville, pour couronner de belle manière le travail de mémoire initié par le lycée professionnel Croix-Cordier de Tinqueux. Cela fait déjà plusieurs années que Marc Christophe, professeur dans cet établissement, entreprend des recherches avec ses élèves sur l’identité des morts pour la France de la guerre de 14 enterrés à Reims.

    L’identification des tombes donnait lieu à un petit cérémonial que la ville de Reims avait intégré à ses cérémonies officielles.

    L’an dernier, à l’occasion du 90e anniversaire de l’armistice de 1918, il était prévu de « marquer le coup » en étoffant ce cérémonial et en lui consacrant une manifestation spéciale, la veille du 11 novembre. Malheureusement, la tempête qui sévissait en ce temps-là avait contraint les organisateurs à l’annuler. « Il ne fallait quand même pas que tout leur travail de préparation soit perdu, commente Jean-Claude Laval, l’adjoint qui chapeautait le dossier, nous avons donc cherché une autre date pour la cérémonie, pas trop éloignée dans le temps. » C’est finalement ce 13 mars qui avait été retenu.

    Au programme initialement prévu le 10 novembre, quelques « plus » sont même venus s’ajouter, comme la présence des jeunes sapeurs-pompiers, pour baliser le parcours dans le cimetière, torche à la main, la présence des figurants en uniformes d’époque de l’association Bleu horizon, et même un concert à la mairie.

    A l’arrivée, une belle cérémonie. Les jeunes n’auront pas travaillé pour rien.

    A.P.

    ***********************************

    Union090312e- Marne

    REIMS : Veillée d’hommage aux poilus
     
    Rendez-vous demain à 18 h 55.
  •  Agrandir la photo
  •  

    C’est demain, vendredi 13 mars, à partir de 18 h 55 au cimetière du Nord (1 bis, rue du Champ de Mars) que se déroulera la veillée d’hommage aux poilus qui avait dû être annulée courant novembre en raison des risques de tempête.

    En voici le programme : A 18 h 55, rassemblement des autorités à l’entrée du cimetière du Nord, mise en place du cortège avec la participation des élèves et professeurs du lycée Croix-Cordier de Tinqueux ; des écoles élémentaires Clairmarais, Jean-Macé et Jard ; des jeunes sapeurs-pompiers volontaires ; de Bleu Horizon ; de l’Amicale des porte-drapeaux ; du Souvenir français et de l’harmonie municipale.

    À 19 heures, départ du cortège de l’entrée du cimetière vers les carrés 14 et 35. Lecture d’un texte - Identification des tombes encore anonymes - Lecture d’un poème - Chorale de l’école élémentaire du Jard. Musique par l’harmonie municipale. À 20 heures, départ du cortège vers l’hôtel de ville. Discours. Concert des professeurs de l’école de musique de l’harmonie municipale et deux chants par les élèves de l’école élémentaire du Jard. Vin d’honneur.

     

    ***********************************

    Union090312d- Marne

    PRINGY : Près de 200 adhérents chez les anciens combattants
     
    Roger Rouvrois a remis la croix du combattant AFN à Alain Briquet.
  •  Agrandir la photo
  • La section des anciens combattants ACPG-CATM-TOE et Veuves du canton de Vitry-le-François a tenu ce dimanche son assemblée générale annuelle dans la salle des fêtes de Pringy, sous la présidence de Roger Rouvrois, secrétaire adjoint du bureau départemental, en présence d’une cinquantaine de personnes. La section de Vitry est l’une des plus importantes de la région avec un effectif de près de 200 adhérents. Un hommage fut rendu par le président André Jacquet aux six adhérents décédés.

    Au titre du renouvellement du conseil d’administration, le tiers sortant a été réélu.

    Le président a fait part des différentes manifestations prévues pour l’année 2009 avec un thé dansant ce samedi 14 mars à la salle du manège de Vitry ; un déplacement sur les plages du débarquement en Normandie du 9 au 11 juin ; un méchoui en juin ; et un nouveau thé dansant à la salle du manège de Vitry-le-François le dimanche 25 octobre.

    L’assemblée générale de 2010 aura lieu à la salle des fêtes de Blacy le dimanche 7 mars.

    La réunion s’est terminée devant le monument aux Morts de Pringy pour un dépôt de gerbe avec la participation de la « Musique Champagne Parade » de Pargny-sur-Saulx - Sermaize-les-Bains et la remise par Roger Rouvrois, de la croix du combattant AFN au soldat Alain Briquet, de Pringy. Ce dernier a effectué vingt-huit mois de service militaire, dont dix-sept à Sidi Chami.

    ***********************************

    Union090312c- Marne

    MOUSSY : Les médaillés militaires rendent les honneurs
     

     

     

    A l’issue de leur assemblée générale qui s’est tenue à la maison des associations d’Epernay samedi dernier, les médaillés militaires avaient rendez-vous à l’auberge de Moussy qui a accueilli 91 convives.

    Avant le vin d’honneur et les agapes, c’est accompagnés de la Champenoise d’Aÿ que les participants se sont rendus au monument aux morts. Entouré de Martine Ruelle, maire de Moussy, et du lieutenant-colonel Claude Metzger, le président Robert Gautier a déposé une gerbe au pied du monument.

     

     

    ***********************************

    Union090312b- Marne

    AVIZE : Anciens combattants
     

    Les ACPG-CATM-STO-TOE, du canton d’Avize, tiendront leur congrès cantonal le 15 mars à Cramant.

    Les congressistes seront accueillis en la salle de la cantine des écoles dès 9 h 45, les travaux devant débuter à 10 heures.

    Rassemblés à 11 h 30, ils défileront vers le monument aux morts pour, à 11 h 45, le dépôt de gerbe qui sera suivi de la remise de médailles.

    Les participants seront conviés au vin d’honneur prévu à 12 heures.

    ***********************************

    Union090312a- Marne

    REIMS : Robert Urbain a reçu la croix du combattant
     
    Remise solennelle de la croix du combattant à Robert Urbain.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

     

    A la suite de l’assemblée générale du 8 mars dernier, Serge Gourlin, président de la section de Reims de l’Union nationale des Combattants, a invité les participants à se rendre au monument aux morts où une gerbe a été déposée avant la remise solennelle de la croix du combattant à Robert Urbain.

     

     

     

     

    ***********************************

    Union090311d- Marne

    REIMS : Anciens combattants et lycéens rassemblés pour une veillée
     

    La section rémoise de l’Union nationale des combattants (UNC) a invité ses 257 adhérents à l’assemblée générale au centre des Congrès. Le président Serge Gourlin a rappelé la naissance de l’UNC qui a fêté son 90e anniversaire en 2008 : « Elle est l’œuvre du révérend père Daniel Brottier et de Georges Clemenceau : une union sacrée, essentiellement patriotique et morale, ouverte à tous sans distinction d’opinion ».

    En présence de Jean Cienki, président du Souvenir français, et Alain Cabanne, de l’UNC Marne, le président a exprimé son indignation pour, d’une part, la présentation « insultante » faite de la guerre d’Algérie dans l’émission « Droit d’inventaire » de FR3 le 3 décembre et d’autre part, la nouvelle profanation de la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette.

    A Reims, le « devoir de mémoire » sera illustré de manière officielle le vendredi 13 mars avec la présence au cimetière du Nord, à 19 heures, de 90 jeunes du Lycée Croix-Cordier de Tinqueux qui porteront des torches lors d’une veillée en hommage aux Poilus… « Il s’agit de la cérémonie qui aurait dû avoir lieu le 11 novembre dernier : elle avait été annulée en raison d’une tempête. Cette veillée sera suivie d’une réception à l’Hôtel de ville » a précisé l’adjoint Jean-Claude Laval. L’assemblée générale s’est terminée par une remise de médailles : la croix du combattant à Robert Urbain, le djebel bronze à Albert Chatelain et Noël Moreau, et la croix du djebel or à Yvette Géant.

    Ont été décorés en interne Albert Chatelain, Yvette Géant et Noël Moreau.

    ***********************************

    Union090311c- Marne

    REIMS : Nouveaux dirigeants mais même devoir de mémoire
     
    L’assemblée générale s’est tenue dans la salle royale du centre des congrès.
  •  Agrandir la photo
  • Présidée par Jean Ledoux, la société des anciens combattants et victimes de guerre de la Neuvillette a tenu son assemblée générale dimanche au centre des congrès de Reims où adhérents et sympathisants étaient rassemblés dans la salle royale.

    Les activités de l’année écoulée ont été évoquées en présence des présidents du Souvenir français, de Rhin et Danube et de l’UNC Marne. On remarquait également, en tribune, le président d’honneur Pierre Collinet, titulaire des « Palmes d’or du bénévolat » pour 40 ans de dévouement associatif.

    Dans son rapport moral, le président a rappelé qu’il se tient « à la disposition des veuves d’anciens combattants pour établir un dossier de demande de carte de ressortissante de l’Onac ».

    Élections et distinctions

    Concernant le renouvellement partiel du comité, deux sortants ont été réélus : Jean Ledoux (AFN), Christiane Morcrette (veuve de combattant AFN) avec deux nouveaux membres : Robert Leroy (AFN) et Roger Vache (AFN).

    Par ailleurs, deux membres du comité, Martial Boizet et Claude Tupenot, ont reçu la médaille du mérite UNC des mains du président départemental Alexandre Zentner.

    Le programme des activités prévoit notamment un déplacement à Colombey-les-deux-Eglises le dimanche 19 avril pour découvrir le mémorial Charles de Gaulle.

    A l’issue de l’assemblée générale, le nouveau bureau a été élu : président Jean Ledou ; vice-président Jean Deligny ; secrétaire Maurice Arthuis ; secrétaire adjoint Robert Leroy ; trésorier Martial Boizet et trésorière adjointe Christiane Morcrette.

    ***********************************

    Union090311b- Marne

    MOURMELON : Mémoire et droits des combattants
     
    Une trentaine de membres ont assisté à l’assemblée générale des anciens combattants de Mourmelon-Le-Petit.
  •  Agrandir la photo
  • L’Amicale des ACPG-CATM-TOE (Anciens Combattants et Victimes de Guerre) de Mourmelon-Le-Petit a tenu son assemblée générale dimanche dernier dans la salle de la Pomme d’Or, en présence d’un grand nombre de ses adhérents.

    Le président Claude Clergé a débuté l’assemblée par une minute de silence à la mémoire des camarades disparus et tout particulièrement pour Bernard Hermant, Daniel Steinbach et René Malifaud.

    Après que le président ait retracé les actions de l’association, le délégué départemental Jean Mondet a pu présenter celles de l’Onac et parler de la défense des droits du combattant.

    Enfin, le renouvellement du comité a vu l’élection d’un nouveau président d’honneur, Jean-Pierre Torres.

    Après un dépôt de gerbe au monument aux morts, un vin d’honneur a clôturé cette assemblée par la remise de médailles de fidélité à Marcel Dubois et Jacques Chanteau par le délégué départemental.

    ***********************************

    Union090311a- Marne

    EPERNAY : Médaillés : « Le recrutement plus que gelé »
     
    Si les divers bilans sont positifs, les effectifs sont, eux, en baisse.
  •  Agrandir la photo
  • L’assemblée générale de la 593e section des médaillés militaires d’Épernay s’est tenue ce samedi, en présence de Robert Cochod, président départemental et d’Hélène Plaquin, conseiller municipal déléguée aux anciens combattants.

    Dans son mot d’accueil, le président Robert Gautier remerciait les personnalités présentes et faisait observer une minute de silence à la mémoire des compagnons disparus. Les bilans d’activités et financier présentés par Paul Chavaillon, secrétaire, et Raymond Lemaire, trésorier, étaient adoptés à l’unanimité.

    Dans son rapport moral, Robert Gautier soulignait l’état des finances qui se maintiennent à un bon niveau : « A l’inverse du recrutement qui est plus que gelé ». Puis, de rappeler quelques informations, notamment l’attribution de la médaille militaire à titre posthume, un principe qui sera désormais appliqué avec l’attribution simultanée de la prestigieuse médaille militaire et de la Légion d’honneur aux sous-officiers et militaires du rang, tués au combat.

    Quelques dates

    Le 74e congrès national aura lieu à Vichy du 8 au 12 juin. Le prochain congrès départemental sera organisé par la section d’Épernay en 2010. Enfin, le comité d’Épernay de la Légion d’honneur prévoit le mardi 30 juin une sortie en car à Colombey-les-Deux-Églises.

    ***********************************

    Union090310b- Marne

    BRANDONVILLERS : Les anciens combattants réunis
     
    Le rassemblement devant le monument aux morts.
  •  Agrandir la photo
  • Dimanche, sous la présidence de M. Lelievre, s’est tenue l’assemblée générale de la section PG-CATM du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, en présence de Jean-Pierre Bouquet, conseiller général, accueilli par le maire M. Cappez.

    Le président a demandé une minute de silence en mémoire des camarades disparus en 2008, puis il a remercié Jean Gérard, président d’honneur, les maires des communes pour leurs dons.

    Après le rapport moral et le rapport financier de l’année écoulée, était venu le temps de la réélection (à l’unanimité) du tiers sortant.

    Voici les manifestations prévues cette année : 28 mars rendez-vous de l’Unac ; vendredi 8 mai, inauguration du monument aux morts d’Ecollemont.

    Dimanche 10 mai, congrès départemental à Epernay.

    Dimanche 14 juin, maquis des chênes à Margerie.

    ***********************************

    Union090310a- Marne

    CHALONS : Anciens combattants : le social privilégié
     
    Le président Kerman a précisé que huit nouveaux adhérents AFN et dix veuves avaient rejoint l’association.
  •  Agrandir la photo
  • Un dépôt de gerbe au monument aux morts en présence de Serge Helleringer, conseiller délégué aux fêtes et cérémonies et affaires militaires, et François Kerman, président de l’union nationale des combattants d’Afrique du Nord (UNC-AFN) section de Châlons, a précédé l’assemblée générale qui s’est tenue dimanche à la maison du combattant.

    En présence de quelque 70 adhérents, la minute de silence a rendu hommage à 5 disparus.

    Le bilan des activités était évoqué par le secrétaire : ravivage de la Flamme à Paris, voyage à Lourdes, pèlerinage national, méchoui, thé dansant…

    Le bilan financier est positif, malgré quelques charges qui sont devenues lourdes pour la trésorerie, notamment le coût du thé dansant

    L’action sociale fut évoquée, un travail « très efficace » pour le traitement de nombreux dossiers dont le montant global se chiffre à plusieurs milliers d’euros, « notre préoccupation majeure concerne nos adhérents et veuves » a souligné le président.

    Serge Helleringer a clos l’assemblée, saluant l’efficacité et la bonne gestion de l’association.

    ***********************************

    Union090309c- Marne

    SOMPUIS : Les anciens combattants font le point
     
    Quarante-cinq membres ont répondu à l’appel.
  •  Agrandir la photo
  • Samedi dernier, en fin de matinée, dans la salle des fêtes du village de Sompuis, l’association des anciens combattants du canton de Sompuis (AC PG CATM) s’est réunie pour leur assemblée générale.

    Quarante-cinq membres ont répondu à l’appel du président Henri Mauclaire. Un bilan des activités 2008 a été évoqué par le secrétaire Christian Briet avec notamment les temps fort pour le 90e anniversaire de la « Grande Guerre ».

    François Lefort, membre du bureau départementale, était venu parler des différentes actions réalisées dans la Marne et au niveau national. Il a rappelé que les anciens combattants des différentes associations locales sont regroupés dans l’Union fédérale des anciens combattants, seul interlocuteur auprès du secrétaire d’État des Anciens combattants. Ce qui représente environ 662.000 personnes soit 1 % de la population française.

    Gérald Gaillet, président du Souvenir Français, a énuméré les manifestations et les cérémonies réalisées ainsi que l’ensemble des tombes restaurées dans le canton de Sompuis en 2008 et celles prévues en 2009. Après une heure et demie de travaux en salle, une gerbe a été déposée au monument aux morts de la commune de Sompuis pour honorer la mémoire des victimes militaires ou civiles des différentes guerres.

    A noter que le livre qui retrace la première bataille de la Marne est de nouveau réédité. Les personnes intéressées par cet ouvrage peuvent le commander auprès du Souvenir Français au 09.75.61.15.91. ou par mail : souvenir.vitry@orange.fr.

    L’assemblée générale a également été l’occasion de remise de médailles pour quelques-uns des membres. Cette année, trois récipiendaires ont été honorés : Claude Paul, médaille de la fidélité fédérale ; Yves Gublin, a reçu deux médailles celle du mérite fédérale et la médaille AFM et enfin Jean-Jacques Laurent qui a reçu la médaille commémorative avec agrafe Algérie.

    Après un verre de l’amitié, les membres se sont retrouvés à Dommartin-Lettrée autour d’un bon repas dans une bonne ambiance de franche camaraderie.

    ***********************************

    Union090309b- Marne

    BINSON-ET-ORQUIGNY : Anciens combattants : comment recruter ?
     
    Le bureau n’a pu que constater un effectif à la baisse.
  •  Agrandir la photo
  • L’association des ACPG-CATM du canton de Châtillon-sur-Marne , vient de tenir son assemblée générale à Binson-et-Orquigny en présence de plusieurs maires du canton ou de leurs représentants , ainsi qu’un nombre très important d’adhérents.

    Le président M. Chabroulet , a retracé les activités de l’association au cours de l’année écoulée et apprécié la bonne ambiance et la cohésion au comité cantonal. Il a rappelé « la nécessité de notre présence avec nos drapeaux à toutes les manifestations régionales ou nationales , convaincu que notre participation au devoir de mémoire est le rempart du souvenir contre l’oubli ».

    Quelques instants de recueillement ont été observés à la mémoire des personnes décédées , constat a été fait de la diminution inexorable des effectifs , il reste à ce jour 62 adhérents.

    Puis la trésorière Mme Galley , a présenté des comptes 2008 équilibrés , mais cela grâce au soutien de plusieurs communes du canton.

    Le délégué de l’association départementale Roger Rouvroy , devait retracer les actions du bureau départemental et les efforts faits pour maintenir les droits à réparation face aux pouvoirs publics. Un délégué qui a souligné la grande difficulté à recruter de nouveaux adhérents auprès des plus jeunes des théatres d’opérations extérieures (Liban , Cosovo…) : « Sans doute n’ont-ils pas encore compris la necessité de maintenir les institutions que leurs ainés ont eu tant de mal à obtenir et à maintenir jusqu’à maintenant ».

    ***********************************

    Union090309a- Marne

    BETHANCOURT-EN-VAUX : Les tags racistes envahissent la commune
     
    Les inscriptions sont aussitôt effacées par les services du village.
  •  Agrandir la photo
  • Les inscriptions nazies fleurissent ces jours-ci aux alentours de Chauny. "Jeu" de mauvais goût de petits trublions ou véritable mouvance haineuse, c’est avant tout le caractère inacceptable de ces graffitis qui incite le maire à porter plainte.

    L’automobiliste qui arrive à Béthancourt-en-Vaux, cette petite commune proche de Chauny, est rapidement mis dans l’ambiance. Sur le bord de la route, le local du silo de la coopérative Cohesis porte les inscriptions « une France blanche » accompagnée d’une croix gammée.

    Un tag présent à cet endroit depuis plusieurs semaines, qui pourrait presque passer inaperçu si d’autres n’avaient pas fleuri dans la commune ces derniers jours. Les vacances aidant, certains ont apparemment voulu jouer les apprentis skinheads ou agir « à la façon de », en inscrivant des croix gammées sur l’arrière de l’église à la craie grasse et à l’envers, sans oublier la gravure d’une autre croix avec la mention « secte nazie » sur une porte en fer qui donne accès à l’édifice par le côté. Autre lieu beaucoup plus visible, l’arrêt de car dans la rue principale, où là aussi une croix gammée a été dessinée, avec en plus le signe des « SS » et quelques mots comme « white power ».

    À la vue de ces dégradations, le maire de la commune Philippe Géloën a déposé une plainte en gendarmerie. « Il est déjà arrivé que l’on nous tague l’arrêt de car mais là, les inscriptions qui y figurent ne sont pas acceptables. C’est pourquoi j’ai réagi en déposant plainte, car on ne peut pas laisser passer de tels actes. C’est aussi l’occasion de calmer les esprits car les habitants se posent des questions ».

    Quand à savoir qui sont les auteurs, pour l’instant mystère. Le maire a bien remarqué des jeunes qui traînent régulièrement dans le village, notamment pendant les vacances mais de là à les accuser, il y a une marge. « Ils sont pas mal à circuler dans le village le soir, certains doivent s’en donner à cœur joie. Je remarque aussi pas mal de véhicules immatriculés 60, surtout le week-end. Maintenant, derrière l’église c’est un endroit qui n’est pas éclairé et nous ne pouvons pas faire grand-chose. Nous effacerons ces inscriptions, quant à l’arrêt de car il faudra le repeindre ».

    À Béthancourt, les mégots, les cannettes et le verre cassé que l’on trouve derrière l’église sont les vestiges de soirées arrosées qui peuvent conduire à quelques débordements. Il semble toutefois que les auteurs de ces dégradations ne soient pas de « vrais » skinheads. À y regarder de plus près, cela relève plus de l’œuvre de petits trublions qui s’amusent à dessiner des croix gammées sans vraiment savoir à quoi cela correspond vraiment. Il n’empêche que ce phénomène de tags nazis interpelle, d’autant que ce n’est pas la première fois.

    Après Chauny où les idées y sont beaucoup plus radicales, c’est Guivry qui a été touché il y a peu. Reste à faire la différence entre les skinheads purs et durs, qui peuvent être dangereux, et ceux qui pratiquent le tag nazi pour passer le temps.

    En tout cas, les autorités veillent.

    Samuel Pargneaux

    ***********************************

    Union090308b- Marne

    CHALONS : lls veulent remettre Françoise Laborde sur les rails
     
    « Il est impossible qu’un auteur puisse écrire des saloperies de ce type sans tenir compte de la réalité », peste Yves Schmitter.
  •  Agrandir la photo
  • Un récent ouvrage de la journaliste Françoise Laborde, paru chez Fayard, sous-entendant que les cheminots auraient été des… « collabos ». Attristés, les anciens réagissent.

    LORS de la dernière assemblée générale de l’association nationale des cheminots anciens combattants (Anac) qui se déroulait à la gare de Châlons, ce ne sont ni le TGV ni Guillaume Pepy qui étaient au centre des conversations et du mécontentement.

    Non, c’est tout simplement la journaliste Françoise Laborde qui a soulevé l’ire des participants, blessés par les écrits de cette dame cathodique qui publiait l’an passé : « Ça va mieux en le disant ». Vite dit…

    Dans son ouvrage, Françoise Laborde déverse pas mal de fiel sur la corporation cheminote en général, sur ces « heureux bénéficiaires des régimes spéciaux qui, vers 50 ans, peuvent plier les gaules ». Grand classique type conversation de comptoir. Sauf que page 95, l’auteur a comme dérapé violemment en évoquant la période de la Seconde Guerre mondiale.

    Extraits : « La SNCF se targue d’être un modèle de solidarité sociale, mais nul n’ose rappeler que les trains de la mort qui emmenaient juifs et résistants vers les camps d’extermination n’ont jamais été stoppés par des grévistes et sont toujours arrivés à l’heure, leur prestation, payée rubis sur l’ongle par les nazis. Sans les trains français, comment la déportation aurait-elle pu avoir lieu ? Les cheminots héros de la Résistance dans la bataille du rail, voila une imposture historique extrapolée et véhiculée par les « camarades » après la guerre ». Selon Jean Marchandeau, n° 1 départemental des cheminots anciens combattants : « Ce passage polémique a été diffusé sur des tracts dont nous avons eu connaissance, nous sommes honteux et révoltés surtout pour les anciens de 39-45 morts ou vivants ».

    Révolte d’autant plus justifiée que la corporation fut la seule à être décorée pour faits de guerre avec Légion d’honneur et Croix de guerre avec palmes.

    « Tout ceci résulte d’un décret du Général de Gaulle en date du 3 octobre 1949 », poursuit M. Marchandeau. Privilégiés mais surtout « collabos », les cheminots Anciens combattants ne peuvent laisser passer de tels messages. Ancien président de la section nationale et locale, puis membre du bureau national de l’Anac, le Châlonnais Yves Schmitter estime que les anciens ont été traînés dans la boue. « Il est impossible qu’une journaliste connue ne fasse pas preuve d’éthique et écrive de telles saloperies, sans tenir compte de la réalité ».

    Avec précision, l’ancien cheminot du cru se souvient d’épisodes symboliques. Quand des gens du rail ont apporté de l’eau dans un convoi de déportés en gare de Châlons, « ils ont reçu des coups de crosses des Allemands ».

    Autre moment de cette sombre époque : « Un train a été soustrait au nez et à la barbe des Allemands, les cheminots ont risqué leur vie ce jour-là ! Si les jeunes générations lisent ce livre, que vont-elles croire ? » s’interroge M. Schmitter en consultant ces extraits « inadmissibles car on ne joue pas avec la mémoire de ceux qui sont tombés ». L’image des cheminots obligés de conduire les trains car menacés par les armes de la Wehrmacht sont oubliés dans ce bouquin, tout comme le massacre de trop nombreux déportés.

    Et M. Schmitter de conclure : « L’auteur de ce livre, née en 1953, ne peut s’appuyer sur sa propre expérience. Elle écrit son histoire et non pas l’Histoire car aucune référence sérieuse n’est apportée. Il n’est pas possible de lire des choses comme ça actuellement ! »

    David Zanga

    -----------

    « Je vais me faire des copains… »

    Elle fait partie de cette bande des injoignables, des intouchables, des surbookés comme disent les 100 % Parigots vivant dans l’ombre de celles et ceux qui font ou ont fait l’actu. Alors qu’elle a jeté un énorme pavé dans la mare en sous-entendant dans son bouquin que les cheminots n’avaient jamais essayé de stopper les trains de la mort, nous avons essayé à plusieurs reprises d’entrer en contact téléphonique avec M’dame Laborde, allez, même quelques minutes. Histoire de savoir sur quels éléments, données et vérifications elle basait ses écrits.

    Ou mieux encore savoir quelle mouche avait pu la piquer avant qu’elle ne… déraille. Il fut un temps, celle qui passait les plats lors du JT de France 2, aurait peut-être daigné répondre à nos légitimes interrogations. Mais là, peau de balle. Chez Fayard, une attachée de presse à la voix charmante nous informe que l’intéressée « n’a pas le droit de s’exprimer sur ses ouvrages depuis qu’elle est membre du CSA ». La réponse laisse… sans voix, sachant que le bouquin est antérieur à sa nomination très classe. Au conseil supérieur de l’audiovisuel, un répondeur s’exprimant dans diverses langues étrangères vous fait patienter avant qu’une armada de collaboratrices ne vous balade comme le mistigri. Quatre, cinq, six contacts en deux jours et circulez. Très efficace. Remarquez, là-bas, on regarde peut-être trop la télé.

    L’auteur, sœur de la miss météo de la Une écrivait à propos du chapitre cheminot : « Je sais que je vais me faire des copains » était donc consciente de l’orage qu’elle allait déclencher. Encore faut-il assumer jusqu’au bout.

    D.Z.

    ***********************************

    Union090308a- Marne

    VITRY-EN-PERTHOIS : Saint-Ex à Orconte : « une aventure de guerre »
     
    Jacques Durin, 67 ans, devant l’entrée de la ferme à Orconte où Saint-Ex a séjourné deux mois. Tout est encore d’origine.
  •  Agrandir la photo
  • Antoine de Saint-Exupéry a séjourné à Orconte durant l’hiver 1939-1940. Un séjour de deux mois que le philosophe Jacques Durin a décrypté, afin de mieux connaître le pilote et écrivain.

    « J’HABITAIS […] une ferme bâtie en murs de torchis. La température nocturne y descendait assez bas pour transformer en glace l’eau de mon pot à eau rustique, et mon premier acte avant de m’habiller était évidemment d’allumer mon feu […] ». Dans le chapitre XI de « Pilote de guerre », Antoine de Saint-Exupéry évoque son séjour à Orconte, village de 460 habitants situé au sud-est de Vitry-le-François. C’est là que l’escadrille 2/33 a cantonné.

    L’écrivain-pilote passera le mois de décembre 1939 et une partie de février 1940 dans la ferme des époux Scherschell, occupée aujourd’hui par M. et Mme Ruff, au 2 rue Henri-Robert, face à l’église et au cimetière. Dans sa chambre d’Orconte, il vit sa « seule véritable aventure de guerre ».

    Jacques Durin, 67 ans, ancien professeur de philosophie, a voulu comprendre comment « après avoir participé à des combats si dangereux, connu des moments où la bravoure devenait de l’héroïsme, où l’épreuve du sacrifice était quotidienne, et où tout était motif aux aventures les plus extraordinaires », Saint-Exupéry a-t-il pu « réduire à une chambre de ferme, une aventure de guerre ». À travers une centaine de pages, il explique que Saint-Ex y a vécu une « intense vie intérieure ». Il a trouvé dans cette chambre d’Orconte située au rez-de-chaussée et donnant directement sur la place du village « un lieu de méditation », « un lieu de retour sur soi ».

    Selon Jacques Durin, « il y a trouvé le repos, la sécurité et la paix intérieure ». « Antoine de Saint-Exupéry est une nature profonde, inquiète, angoissée, une conscience qui sans cesse questionne et interpelle », précise-t-il. À Orconte, l’écrivain-pilote a trouvé bien plus qu’une simple chambre : « un véritable refuge dont il fera sa hutte, sa tanière ».

    Un lieu qu’il a choisi. Saviez-vous qu’on lui proposait au départ de loger au château du Plessis ? « La simplicité, le caractère authentique des paysans l’ont intéressé », estime Jacques Durin. « Il va retrouver là un semblant de famille, pour y vivre comme autrefois à Saint-Maurice de Rémens ; pour habiter à nouveau une vraie demeure. »

    C’est un nouvel éclairage sur Saint-Ex - « une âme solitaire et un homme pénétré de nostalgie » - que souhaite faire découvrir Jacques Durin dans son livre qu’il a intitulé « La Chambre d’Orconte ». Un livre qu’il souhaite faire éditer. « Nous allons commémorer bientôt le 70e anniversaire de l’entrée de la France dans la Seconde Guerre mondiale », rappelle-t-il. « Cela vaudrait le coup de rendre hommage à Saint-Ex, un homme qui a parlé et vécu lui-même le sacrifice ».

    En attendant de trouver un éditeur, il aimerait animer une conférence-débat dans la région. L’appel est lancé…

    Stéphanie Gruss

    -----------

    « Pilote de guerre » : les citations célèbres

    C’est dans cette ferme d’Orconte que naît, au fil des nuits passées à écrire, ce qui va devenir « Pilote de guerre ». Un livre qu’Antoine de Saint-Exupéry rédige en 1941 à New York. Voici quelques extraits :

    « Chacun est responsable de tous. Chacun est seul responsable. Chacun est seul responsable de tous. »
    « L’intelligence ne vaut qu’au service de l’amour. »
    « La vie crée l’ordre, mais l’ordre ne crée pas la vie. » « On va toujours, en fin de compte, vers où l’on pèse. »
    « La guerre n’est pas une aventure. La guerre est une maladie. Comme le typhus. »
    « Le chef est celui qui prend tout en charge. Il dit : « J’ai été battu ». Il ne dit pas : « Mes soldats ont été battus ». »
    « Vivre, c’est naître lentement. Il serait un peu trop aisé d’emprunter des âmes toutes faites ! »
    « Ni l’intelligence ni le jugement ne sont créateurs. »
    « La vérité de demain se nourrit de l’erreur d’hier. »
    « Il est des victoires qui exaltent, d’autres qui abâtardissent. Des défaites qui assassinent, d’autres qui réveillent. »
    « Connaître, ce n’est point démontrer, ni expliquer. C’est accéder à la vision. Mais, pour voir, il convient d’abord de participer ».
    « Ce n’est pas le risque que j’accepte. Ce n’est pas le combat que j’accepte. C’est la mort ».

    À Orconte, Antoine de Saint-Exupéry commence également l’écriture du « Petit Prince ».

    Et c’est là qu’il aurait imaginé deux inventions destinées à améliorer les conditions de vol pour les avions civils et militaires.


    -----------

    Littérature et aventures : les deux moteurs de Saint-Ex

    Antoine de Saint-Exupéry au poste de pilotage du Simoun.
  •  Agrandir la photo
  • Antoine de Saint-Exupéry est né le 29 juin 1900 à Lyon. Orphelin de père à 4 ans, il vit, aux côtés de sa mère et de ces quatre frères et sœurs, une enfance heureuse, remplie de tendresse. Si sa mère lui transmet son amour pour la peinture et le dessin, Saint-Ex préfère l’écriture.

    A 12 ans, il effectue son baptême de l’air à Ambérieu-en-Bugey (Ain) : le virus de l’aviation ne le lâchera plus. En 1921, il fait son service militaire à Strasbourg, dans l’armée de l’Air. Sa carrière est désormais tracée. Saint-Ex la démarre dans l’Aéropostale en tant que pilote civil. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est mobilisé à Toulouse.

    Il subit le choc de l’invasion allemande en mai-juin 1940. Il quitte la France pour New York avec pour objectif de faire entrer en guerre les Américains. En 1943, il désire à nouveau s’engager considérant que seuls ceux qui participent aux événements sont légitimes pour en témoigner. En 1944, le général Eaker lui confie une mission, sa dernière : effectuer la couverture photographique de la zone Grenoble-Annecy.

    Il n’en reviendra pas vivant. Antoine de Saint-Exupéry laisse derrière lui de nombreux ouvrages, dont « Vol de nuit » (1931), « Terre des hommes » qui a reçu le grand prix du roman de l’Académie française en 1939, « Pilote de guerre » (1942), « Le Petit Prince » (1943) et « Citadelle » (1948).


    -----------

    L’itinéraire de Jacques Durin

    Jacques Durin, 67 ans, officier dans l’Ordre national du mérite, a démarré sa carrière d’enseignant comme professeur de philosophie à Bastia. Il l’a terminée en 2007 comme proviseur de la cité scolaire Marie-Curie à Sceaux (Hauts-de-Seine).

    Il habite Nogent-sur-Seine. Il admire Antoine de Saint-Exupéry pour sa « belle écriture » et pour « l’homme courageux, simple, vrai et en quête d’authenticité » qu’il était. Durant l’hiver 2007-2008, Jacques Durin a relu « Pilote de guerre ». « Je me suis senti des liens d’affinité avec Saint-Ex dans sa chambre d’Orconte », raconte-t-il. Il s’est rendu à Orconte l’été dernier. Il a frappé à la porte de la ferme où a vécu le célèbre pilote et écrivain.

    « Dans le hall d’entrée, sous le porche, j’ai retrouvé la même image que j’avais vue sur une vieille photo prise en décembre 1939, lors de la visite de Joseph Kessel, alors correspondant de guerre, à Saint-Exupéry. Rien n’a bougé. Ça m’a touché ! »

    ***********************************

    Union090307a- Marne

    REIMS : Le musée de la Reddition aux normes pour son 65e anniversaire
     
    Réouverture prévue début avril.
  •  Agrandir la photo
  • Le 7 mai 1945, la capitulation nazie était signée au collège moderne et technique. Pour le 65e anniversaire, 261.000 euros de travaux sont faits au musée de la Reddition.

    LE lundi 7 mai 1945 à 2 h 41, les forces alliées mettaient fin à une guerre de plus de 5 ans en obtenant la capitulation des armées de terre, de mer et de l’air du IIIe Reich dans une salle du collège moderne et technique de Reims où était installé le quartier général d’Eisenhower.

    Transformée en musée de la Reddition, la salle, classée depuis monument historique, faisait toujours partie du lycée Roosevelt qui accueille plus d’un millier d’élèves.

    Une promiscuité qui posait un vrai problème de sécurité et de responsabilité en cas d’incendie. À la veille de fêter le 65e anniversaire de la capitulation nazie, la ville a souhaité se mettre aux normes en réalisant d’importants travaux depuis octobre dernier.

    « Au départ, nous avions à régler un problème de sécurité incendie pur et dur et d’anti-intrusion », explique Rénald Grandpré, architecte. « Il nous a fallu séparer le lycée du musée car l’établissement historique se situait à l’intérieur du musée et il aurait fallu un responsable unique. » La chose étant, semble-t-il, difficile compte tenu des horaires d’ouvertures des deux structures (le lycée est fermé tout l’été et durant les vacances scolaires). La décision a été prise de faire de gros travaux.

    Deux établissements distincts

    « Pour séparer physiquement le musée du lycée, des dalles de béton mince coupe feu deux heures ont été posés et on a mis du flocage et de la peinture intumescente. »

    Les faux plafonds ont été remplacés, l’occasion d’une mauvaise surprise : la découverte de tuyauteries indispensables au bon fonctionnement du lycée et qui devront être, elles aussi, remises aux normes.

    Puisque l’établissement devait fermer plusieurs mois, autant en profiter pour améliorer la qualité muséographique des salles.

    C’est ce qui a été fait. L’éclairage a été rénové, des travaux de menuiserie intérieure réalisés, des vitrines d’exposition installées et les revêtements de sols à l’étage remplacés. Le montant total des travaux devrait atteindre les 261.000 € TTC. Le musée de la Reddition devrait ouvrir ses portes début avril.

    Alain Moyat

    ***********************************

    Union090305b- Marne

    JONCHERY-SUR-VESLE : Enfin un président pour les anciens combattants
     
    De g à d : J-P. Bitzerger, Guy Didriche, Monique Smett et Quirin Hentzo.
  •  Agrandir la photo
  • Après bien des péripéties et des doutes pour trouver un président à la suite de la décision (annoncée tout de même depuis 2 ans) du président Quirin Hentzo obligé de quitter ses fonctions pour raisons de santé, la section locale de l’UNC, l’union nationale des combattants, a enfin un bureau et surtout un président.

    L’assemblée générale extraordinaire vient en effet d’avoir lieu en présence des maires et des représentants des communes concernées par la section (Jonchery-Romain-Montigny-Unchair), du président de la section de Muizon, des représentants départementaux des anciens combattants. Réunion au cours de laquelle le président affirma : « Cette assemblée extraordinaire est claire : soit on trouve une personne de bonne volonté pour présider et essayer de former une équipe ou éventuellement un groupe pour faire une fusion ( Muizon se dit prêt à accueillir les adhérents au cas ou..) soit c’est la dissolution de la section » .

    Après l’analyse de la situation et les différentes interventions, Guy Didriche (porte-drapeau ) prit la parole « Je veux bien me lancer, pour essayer, mais il faudra me prendre comme je suis, je ne suis pas un homme de discours, ni un féru d’informatique, ni un passionné pour la paperasserie mais plein de bonne volonté pour que la section continue ».

    L’aide annoncée du président sortant a très certainement contribué à la décision de Guy de se lancer, sachant par ailleurs qu’il pourrait s’appuyer sur J-P. Bitzberger pour le secrétariat et sur Monique Smett pour continuer comme trésorière. Tout le monde poussa alors un ouf de soulagement : la section locale créée en 1929 est sauvée.

    Place maintenant au travail autour du nouveau président :Guy Didriche.

    ***********************************

    Union090305a- Marne

    VITRY-EN-PERTHOIS : La Fnaca locale veut vivre
     
    Une section composée seulement de six membres.
  •  Agrandir la photo
  • Tous les membres d’une association présents à l’assemblée générale, cela existe encore. C’est à la section de la Fnaca de Pargny-sur-Saulx. Gros bémol à apporter cependant : ils ne sont que six !

    Bien sûr d’autres anciens combattants d’Algérie pourraient les rejoindre mais, peut-être, faudrait-il les solliciter ; c’est du moins l’avis du président Alfred Camus.

    Il y aurait aussi la possibilité de rejoindre Vitry et de se trouver noyé dans la masse. Mais les membres souhaitent conserver leur particularité locale. On évoque la possibilité d’un repas en commun.

    Pour le 47e anniversaire du 19 mars 1962, la Fnaca locale déposera une gerbe au monument aux morts jeudi 19 mars à 18 h 30.

    Enfin, un courrier sera adressé au maire demandant que la commune donne à une voie publique le nom du 19 mars 1962.

    ***********************************

    Union090304d- Marne

    CONFLANS-ANGLURE :Georges Planson n’est plus
     
    Georges Planson.
  •  Agrandir la photo
  • Le comité Fnaca de Conflans-Anglure a conduit à sa dernière demeure, l’un de ses membres, Georges Planson, qui est décédé à l’âge de 74 ans.

    Né à Barbonne-Fayel, Georges Planson a été agriculteur puis a travaillé à l’usine Labesse de Sézanne.

    Il a ensuite effectué son service militaire d’aout 1954 à novembre 1957, d’abord à Nancy puis en Algérie à Philippeville. Il quitte l’Algérie fin 1957.

    A son retour, il travaille à l’entreprise Vieillard de Pleurs, puis chez un artisan en maçonnerie, René Ancelin, à Barbonne-Fayel.

    Georges Planson était titulaire de la valeur militaire, de la croix de combattant, de la médaille de commémoration sécurité et maintien de l’ordre.

     

    ***********************************

    Union090304c- Marne

    SERMAIZE-LES-BAINS : Veuves de combattants : des pensions de misère
     
    Parmi les objectifs des adhérents, mieux expliquer la guerre d’Algérie, encore souvent taboue.
  •  Agrandir la photo
  • Après avoir rendu hommage aux membres de la section de Sermaize disparus dans l’année, le président de l’association des anciens combattants a ouvert dimanche l’assemblée générale en présence d’une trentaine de personnes. Les effectifs se maintiennent avec 107 adhérents dont sept combattants de 1939/45 mais le gros du bataillon est formé par les 64 anciens d’Algérie. La section a participé à toutes les cérémonies nationales et à la commémoration de la libération de Sermaize.

    Elle a organisé un repas champêtre et participé au repas de cohésion du Souvenir français, association où l’on retrouve nombre de ses adhérents. En revanche, il devient difficile d’organiser un voyage - « les temps sont durs » - pourtant bien utile pour maintenir la solidarité.

    La solidarité justement, il en a été beaucoup question car bien des pensions de reversion placent les veuves en dessous du seuil de pauvreté. Il peut leur être attribué un complément mais « à nous d’aller voir les personnes en difficulté, car souvent elles ne viennent pas spontanément ». Le président du Souvenir français a, lui, souhaité faire connaître la guerre d’Algérie trop longtemps occultée ; appel est lancé pour récupérer des photos et utiliser le site internet de la mairie.

    ***********************************

    Union090304b - Marne

    REIMS : Hommage aux Poilus
     

    Une veillée d’hommage aux poilus se déroulera le vendredi 13 mars à partir de 18 h 55 au cimetière Nord.

    A 18 h 55, rassemblement des autorités à l’entrée du cimetière du Nord.

    19 heures : départ du cortège de l’entrée du cimetière vers les, carrés 14 et 35 (Lecture d’un texte, identification des tombes encore anonymes, lecture d’un poème, chorale de l’école élémentaire du Jard, minute de silence. Musique par l’Harmonie Municipale.

    20 heures : départ du cortège vers l’hôtel de ville puis concert, différents thèmes musicaux interprétés par les professeurs de l’école de musique de l’harmonie municipale et deux chants par les élèves de l’école élémentaire du Jard.

    ***********************************

    Union090304a- Marne

    REIMS : Conférence sur la Déportation
     

    En partenariat avec la Licra et la Ville de Reims, les Amis de la fondation pour la mémoire de la Déportation de là Marne organisent le mercredi 25 mars, de 17 h 30 à 20 heures une conférence sur l’extermination des Juifs d’Europe.

    Cette conférence se déroulera dans la salle des fêtes de l’hôtel de ville de Reims air François Mathieu présentera son livre « Poèmes de Cernovitz

    ***********************************

    Union090302c- Marne

    REIMS : Le Souvenir français reçoit un drapeau
     
    Le drap mortuaire tricolore appartient désormais au Souvenir français.
  •  Agrandir la photo
  • La 9e assemblée générale de l’Amicale des porte-drapeaux de Reims, présidée par Michel Bonon, s’est tenue à la Salle Saint-Thierry en présence de personnalités civiles et militaires qui ont été sensibles à un geste très particulier : la remise d’un très grand drapeau (drap mortuaire) tricolore au président du Souvenir français.

    L’histoire de ce drap, appelé tout naturellement « drapeau inconnu », est étonnante : il a en effet été offert à Michel-Yvon Coulmier, secrétaire de l’Amicale, par une personne qui a seulement expliqué qu’il avait été ramené d’Algérie, sans en dire plus…

    L’Amicale a pensé que le Souvenir français devait en être dépositaire : il lui a donc été transféré sous les yeux du colonel Courot directeur de l’Onac départemental et d’officiers de l’armée de l’air et de la gendarmerie.

    Etaient également présents le sénateur Jean-Claude Etienne et le député Arnaud Robinet. Ce fut, pour tous, l’occasion de rappeler le respect dû aux anciens combattants et de remercier les porte-drapeaux de leur contribution emblématique au maintien du souvenir lors des cérémonies officielles commémorant les événements marquants de l’histoire de la nation.

    ***********************************

    Union090302b- Marne

    CHALONS : Les cheminots anciens combattants revendiquent
     
    L’hommage aux morts sur le quai de la gare.
  •  Agrandir la photo
  • C’est à la gare, à la cantine SNCF, que s’est tenue ce dimanche l’assemblée générale de l’association nationale des cheminots anciens combattants (ANCAC) Cette assemblée était présidée par Pierre Cornil, président local avec à ses côtés Jean Marchandeau de l’union départementale.

    Au menu de cette assemblée, il a été fort question des nombreuses revendications du monde cheminot, revendications qui sont aussi celles du monde combattant en général. Retraite mutualiste et retraite du combattant, lesquelles seraient sans doute assujetties à l’impôt, droit à réparation, bonifications pour campagnes de guerre, indemnisation des orphelins, les veuves et le minimum vieillesse, etc… L’ANCAC veut également faire reconnaître comme journée officielle d’hommage aux morts en AFN, la journée du 19 mars, date du Cessez-le-Feu en Algérie.

    Le congrès départemental de l’association aura lieu le 22 avril à 11 heures à Epernay. Pierre Maigret est devenu le nouveau trésorier en remplacement de Jean Krolak démissionnaire.

    Après la remise, par Jean Marchandeau de la médaille d’honneur des chemins de fer (bronze) à Pierre Cornil le président et en présence de Serge Helleringer, conseiller municipal délégué aux affaires militaires, un hommage fut rendu aux cheminots disparus en service commandé, face au monument érigé sur le quai de la gare.

    ***********************************

    Union090302a- Marne

    DORMANS : Paras : la mort d’un vétéran
     
    Patron d’une petite entreprise de maçonnerie qu’il a dirigée jusqu’à un âge avancé, avant de prendre sa retraite, Gilbert Tréboz est décédé à 88 ans.
  •  Agrandir la photo
  • Originaire de la Saône-et-Loire, il était né en 1921. Et c’est à Dormans, après guerre, qu’il devait fonder une famille et s’installer comme artisan.

    Ses obsèques se sont déroulées en présence de nombreux anciens combattants , puisque en 1941 alors qu’il n’a pas encore 20 ans , il quitte sa région pour gagner l’Algérie et contracte un engagement au titre d’un régiment de zouaves stationné sur ce territoire.

    L’énergie de son caractère est remarqué et d’emblée, il est sélectionné et recruté pour servir dans une unité spéciale.

    De zouave , il est devenu parachutiste et dirigé sur l’Angleterre pour y recevoir le dur entrainement des commandos « S.A.S. »

    Au sein du « 3e spécial air service » , il participe à de nombreuses actions et est décoré.

    En 1944 , il fait partie des parachutistes largués en France pour saboter et détruire les moyens de communication . C’est sur le maquis de la région d’Epernay qu’il a mission de travailler.

    En avril , il saute sur la Hollande ou pendant deux semaines, il participe aux derniers combats de ce conflit mondial.

    Gilbert Tréboz est décédé à l’age de 88ans.

    ***********************************

    Union090228a- Marne

    BLAIZE-SOUS-ARZILLIERES : Militaires et médaillés
     

    La 256e section des Médaillés militaires de Vitry-le-François vient de tenir son assemblée générale à la salle des fêtes de Blaise-sous-Arzillières, en présence d’une cinquantaine de personnes et sous la présidence de Robert Cochod, président de l’Union départementale.

    Les médaillés et les personnalités ont été accueillis par Vincent Georges, vice-président. Le président de la 256e section, Jean-Frédéric Allerat a rappelé les activités de sa section au cours de l’année 2008, intense, en participations diverses et cérémonies du souvenir.

    Il a également tenu à rappeler la mémoire de Maurice Boog, Claude Jouanneteau et Lucien Leblanc, tous trois décédés au cours de l’année passée.

    52 membres font partie de la section vitryate. Au titre du renouvellement du bureau directeur, le tiers sortant a été réélu.

    L’assemblée générale s’est terminée par un dépôt de gerbes au monument aux morts de Blaise-sous-Arzillières en présence de six porte-drapeaux, sous la protection des forces de gendarmerie.

    ***********************************

    Union090227a- Marne

    REIMS : Deux anciens d’Indochine décorés du Mérite
     

     

    Lors de l’assemblée générale des anciens combattants d’Extrême-Orient et des anciens de la coloniale et des troupes de marine, deux anciens combattants d’Indochine ont été décorés du Mérite colonel.

    Il s’agit de Michel Hourlier et de Lionel Gallet qui ont été récompensés par Jean-Claude Nguyen représentant la fédération nationale des anciens d’outre Mer et anciens combattants des troupes de Marine en présence de la maire de Reims et de M. Laval et Mme Zanivan, respectivement adjoints à Reims et à Tinqueux.

     

    ***********************************

    Union090226a- Marne

    AUVE : Djebel Argonne dans le rythme de 2009
     
    Presque tous en piste pour un bon moment.
  •  Agrandir la photo
  • Parmi les nombreuses manifestations et commémorations, c’est l’occasion pour les adhérents de l’association Djebel Argonne de se retrouver avec leurs amis lors du traditionnel repas dansant de début d’année.

    Un moment d’attention lors du discours du président Paul Jeny qui a brièvement rappelé les temps fort de l’année 2008 avec, notamment, le succès du congrès de Lourde. Il a remercié la participation de tous les bénévoles pour la préparation de cette journée festive animée par un orchestre connu régionalement.

    Les inscriptions étant bientôt closes, les adhérents désirant participer au congrès UNC national de Colmar doivent s’inscrire rapidement au : 03.26.60.41.72. Presque tous en piste pour un bon moment.

    ***********************************

    Union090225a- Marne

    EPERNAY : UNC-CATM : les trois sections préparent une assemblée générale commune
     
    « Les effectifs baissent chaque année, les associations d’anciens combattants sont amenées à disparaître ».
  •  Agrandir la photo
  • Partant de ce constat, des appels aux militaires engagés sur les théâtres d’opérations extérieures restés vains, et de la demande adressée au gouvernement - toujours en attente - pour les contingents demeurés en AFN après le 1er juillet 1962, l’UNC Magenta-Epernay-Aÿ et environs, la CATM d’Epernay et de Saint-Martin d’Ablois se sont réunies à l’auberge du Sourdon pour mettre au point un projet d’assemblée générale commune.

    Elle aura lieu le dimanche 15 mars à l’Espace culturel Pierre-Godbillon de Magenta.

    Début des travaux à 9 heures, défilé à 11 h 30, vin d’honneur à 12 h 30, repas dansant à 13 h 15. Les inscriptions pour le repas seront reçues jusqu’au 10 mars.

    Les responsables y voient là un premier pas vers un rapprochement nécessaire à la survie des trois sociétés.

    Henri Huet, pour la CATM Epernay, Bernard Joffre, pour la CATM Saint-Martin d’Ablois et Raymond Picquot, pour l’UNC Magenta misent sur une participation massive des adhérents.

    Bernard Joffre (CATM Saint-Martin d’Ablois), Henri Huet (CATM Epernay) et Serge Lepine (UNC Magenta) présidaient la réunion de travail.

    ***********************************

    Union090221d- Marne

    RIMOGNE : Arac : un nouveau bureau
     
    Le section des anciens combattants de l’Arac a tenu son assemblée générale.
  •  Agrandir la photo
  • Les anciens combattants de Rimogne ont tenu leur assemblée générale, mercredi, salle Eugène-Damas, sous la présidence de Michel Damperon, en présence de M. Boulanger, président départemental de l’Arac.

    Le bilan financier excédentaire présenté par le trésorier, Jean-Claude Bocahut, et visé par le vérificateur aux comptes, Jean-Marie Baudoin, a été adopté à l’unanimité.

    Ensuite, les adhérents ont procédé à l’élection du nouveau bureau :

  •  président, Michel Damperon,
  •  vice-président, Marc Stringer,
  •  secrétaire, Jean-Claude Bocahut,
  •  secrétaire-adjoint, Michel Birost,
  •  trésorier, Jean-Claude Bocahut,
  •  trésorier-adjoint, Bernard Maurice,
  •  porte-drapeau, Claude Nicolas, suppléant, Marc Stringer,
  •  vérificateur aux comptes, Jean-Marie Baudoin.

    L’association a décidé de participer à la manifestation du 21 mai en assurant une petite restauration et la roue de la fortune. Elle participera à un voyage en bus en collaboration avec le CCAS.

    Le repas annuel des adhérents pourrait avoir lieu à l’occasion du congrès départemental qui devrait avoir lieu à Rimogne.

    Le président de la section s’est dit heureux d’accueillir deux nouveaux, René Bocahut et Alain Andry, anciens combattants d’AFN, avant d’inviter chacun à prendre le verre de l’amitié.

    ***********************************

    Union090221c- Marne

    SILLERY : La médaille militaire pour Robert Marguet
     
    Serge Lambin a reçu la médaille d’argent de la fidélité..
  •  Agrandir la photo
  • En parallèle à la remise des médailles de la Défense nationale réalisée lors de la récente prise d’armes organisée par les 501e et 503e régiments de chars de combat de Mourmelon, Robert Marguet, président de la Société des anciens combattants de Sillery, Taissy, Puisieulx et Saint-Léonard, s’est vu remettre la médaille militaire par le Colonel Nimser, chef de corps. Robert Marguet a été appelé sous les drapeaux le 2 janvier 1958.

    Après une formation de chauffeur de blindé, il part fin mai pour l’Algérie près de la frontière Tunisienne.

    Il doit très vite s’habituer aux difficiles conditions de vie avec une chaleur torride et la poussière.

    Il participe à la protection des convois, connaît les embuscades, les mines sournoises avec toute l’horreur que cela comprend.

    Il perd plusieurs de ses amis. Le 5 décembre 1959, sa rapide intervention empêche une tentative des rebelles de traverser le réseau électrifié.

    Il obtient alors une citation comportant l’attribution de la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze qui lui est remise en mai 1960 avant de quitter le Régiment.

    Il obtient la médaille militaire le 3 novembre 1998 qui vient de lui être enfin remise. Robert Marguet a également obtenu le titre de chauffeur d’élite, la commémorative Algérie, la Croix du combattant et le titre de reconnaissance de la nation.

    Robert Marguet a également obtenu le titre de chauffeur d’élite, la commémorative Algérie, la Croix du combattant et le titre de reconnaissance de la nation.

    ***********************************

    Union090221b- Marne

    CHALONS : Les sous-officiers sur la réserve…
     
    Serge Lambin a reçu la médaille d’argent de la fidélité..
  •  Agrandir la photo
  • Après le dépôt d’une gerbe au monument aux morts, les adhérents de l’association des sous-officiers de réserve, présidée par Philippe Escalier, se sont retrouvés à la maison du combattant. Philippe Escalier a tout d’abord rappelé « le manque d’intérêt associatif » évident des adhérents, leur faible participation tant aux réunions qu’aux cérémonies à caractère patriotique. Il était fortement question de l’aide apportée par les sous-officiers de réserve à la reconversion, au devoir de mémoire, objectif primordial à transmettre aux plus jeunes générations.

    Le lieutenant-colonel Ortiz, représentant le général Bras en mission au Kosovo a évoqué lui aussi le devoir de réserve, la mise à l’honneur des actions et le temps passé au sein des forces armées, l’échange avec l’Éducation nationale… Il a également évoqué le plan Vigipirate et l’implication de la réserve aux côtés des gens d’active. Il a aussi abordé le livre blanc et ses objectifs, la difficulté d’investissement des jeunes et une solution de partenariat avec les entreprises…

    Cette assemblée s’est clôturée par la remise du diplôme et de la médaille d’argent de la fidélité à l’ex-sergent Serge Lambin.

    ***********************************

    Union090221a- Marne

    BLAIZE-SOUS-ARZILLIERES :Une année riche attend les anciens combattants
     
    Manifestations prévues pour 2009 :
  •  dimanche 29 mars : de 15 à 20 heures : thé dansant à la salle du Manège de Vitry-le-François ;
  •  dimanche 5 avril : participation au congrès départemental à Épernay ;
  •  Samedi 25 avril : à 18 h 30, à Saint-Amand-sur-Fion : à la Mémoire de Rose-Probst (déportée à Ravensbrück) ;
  •  Dimanche 26 avril : à 10 heures, à Vitry-le-François : à la Mémoire des victimes et héros de la Déportation ;
  •  jeudi 8 mai
      • à 10 h 45 : à Vitry-le-François, à la nécropole nationale ;
      • à 11 heures : à Vitry-le-François, au monument aux morts ;
      • à 11 h 45 : cérémonie commémorative à Blaise ;
      • à 15 heures : participation à la cérémonie commémorative dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont à Écollemont ;
  •  dimanche 10 mai : marche de printemps et pique-nique à Heiltz-le-Hutier ;
  •  dimanche 31 mai (pentecôte) : à 15 heures, au cimetière russe de Saint-Hilaire-le-Grand ;
  •  Lundi 8 juin : à 18 h 30, à Vitry-le-François, au monument aux morts ;
  •  dimanche 14 juin :
      • à 9 h 15, à Vitry-le-François, au cimetière du Midi : hommage aux deux maquisards lituaniens du Maquis des Chênes en présence du Colonel Arturas Balynas, attaché de défense près de l’Ambassade de Lituanie ;
      • à partir de 10 heures, à Margerie-Hancourt : journée du Maquis des Chênes ;
  •  jeudi 18 juin : à 18 h 30, à Vitry-le-François, au monument aux morts ;
  •  dimanche 28 juin : à 10 heures, au monument aux morts : Hommage aux 105 victimes civiles du Bombardement allié du 28 juin 1944 ;
  •  Lundi 14 juillet : à Vitry-le-François pour la fête nationale ;
  •  mardi 4 août : à partir de 18 h 30 : participation à la cérémonie en l’honneur des aviateurs alliés à Glannes ;
  •  samedi 29 août : à 18 h 30, devant le monument des fusillés de la Libération : cérémonie commémorative du 65e anniversaire de la Libération de la Ville de Vitry-le-François :
  •  Dimanche 30 août : à partir de 9 h 15 : 65e anniversaire de la fusillade des sept résistants vitryats du Maquis des Chênes de Margerie-Hancourt à Naives-Rosières (55) ;
  •  dimanche 13 septembre : à 11 heures, participation à la cérémonie commémorative de la première Bataille de la Marne, au Mont-Morêt à Courdemanges ;
  •  vendredi 25 septembre : à 18 h 30, au monument aux morts : journée d’hommage national aux Harkis ;
  •  dimanche 11 octobre : marche d’automne à l’aérodrome de Vauclerc ;
  •  dimanche 1er novembre : à 10 heures, place Maucourt : pour la journée du Souvenir français ;
  •  mardi 11 novembre : à 10 h 45 à la nécropole nationale, puis à Blaise-sous-Arzillières, à 11 h 45, suivi d’un repas et d’un après-midi dansant ;
  •  samedi 5 décembre : journée de l’Afrique du Nord, avec les ACPG-CATM du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont.
    ***********************************

    Union090220b- Marne

    CORMONTREUIL : Anciens combattants : 89 ans et 130 adhérents
     
    Claude Viéville préside la section depuis 20 ans.
  •  Agrandir la photo
  • La section des anciens combattants UNC est la plus ancienne association de Cormontreuil, a tenu à rappeler Claude Viéville en ouvrant son assemblée générale, dimanche devant une nombreuse assistance. « Avec 130 adhérents, notre amicale se porte bien pour ses 89 ans » poursuivait le sixième président depuis sa création. Le président évoquait les actions sociales entreprises : rente mutualiste, retraite du combattant, distribution de colis aux plus démunis (avec l’ONAC).

    Précisions importantes : « Pensez à faire votre demande de retraite du combattant ». Par ailleurs, à partir de 75 ans, « que l’on soit ancien combattant, veuve de guerre ou veuve d’ancien combattant, on a droit à une demi-part de déduction fiscale sur les impôts ».

    Après l’évocation des diverses cérémonies et festivités de l’an passé, M. Viéville annonçait le programme pour 2009. Avec notamment un voyage en Italie du 9 au 17 septembre.

    Le congrès départemental aura lieu à Epernay et le congrès national le 31 mai à Colmar. En raison du centenaire du premier meeting de l’aviation à la BA 112, il n’y aura pas de journée de plein air. « Ce sera le dernier événement de la Base, les patrouilles du monde entier seront présentes pour des démonstrations ».

    UNC, section de Cormontreuil. Tél. 03.26.82.08.02.

    ***********************************

    Union090220a- Marne

    GIVRY-EN-ARGONNE : Combattants voyageurs
     
    Direction le Tyrol en septembre prochain.
  •  Agrandir la photo
  • Le bureau des ACPG/CATM (anciens combattants et prisonniers de guerre et combattants d’Algérie, Tunisie, Maroc) du canton de Givry et du secteur de Vanault-les-Dames s’est réuni à la mairie de Givry-en-Argonne sous la présidence de François Lefort et en présence de presque tous les membres.

    René Richet à l’honneur

    Deux questions importantes étaient à l’ordre du jour. Tout d’abord, l’assemblée générale 2009 qui aura lieu à Heiltz-le-Maurupt le 29 mars et qui sera l’occasion de mettre à l’honneur René Richet, entré dans sa 100e année. Les travaux commenceront à 9 h 15. Ils seront suivis d’un office religieux et du repas à Heiltz-le-Maurupt.

    Par ailleurs, l’association organise un voyage au Tyrol du 24 au 28 septembre. Des précisions sur l’organisation et le coût seront données pour le 15 mars.

    Le président a fait remarquer les panneaux exposés dans la salle, œuvre de l’IME de Menou reflétant le travail des élèves dans la commune de Notre-Dame-de-Monts à la suite d’un projet

    ***********************************

    Union090219a- Marne

    ECUEIL : C’était comme en 14 à la salle des fêtes
     
    Ces infirmières fort courageuses qui agissent, luttent, offrent un sourire à ceux qui souffrent.
  •  Agrandir la photo
  •  

    « Comme en 14 ». Une pièce de théâtre très bien jouée, dimanche après midi, à la satisfaction du public particulièrement venu nombreux dans la salle des fêtes d’Ecueil et de l’association « Le Moutier d’Ecueil » que préside Monique Cholez.

    Nous sommes en hiver, presqu’à Noël. Et Noël, c’est toujours une occasion d’être heureux. Cette pièce témoigne du courage de ces femmes qui ont continué à vivre quand tout n’était que mort et anéantissement autour d’elles, qui en forçant la vie, ont su offrir à tous ceux qui souffraient, un sourire, un mot, une chanson.

    Des femmes qui face à l’horreur de l’incompréhensible ont voulu conserver malgré tout leur confiance en l’homme.

     

     

    ***********************************

    Union090218h- Marne

    TAISSY : Deux anciens combattants à l’honneur
     
    Claude Haem.
  •  Agrandir la photo
  • André Barbier.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    A l’issue de l’assemblée générale de la société des anciens combattants de Sillery, Puisieulx, Taissy et Saint-Léonard, le président Robert Marguet en a profité pour remettre la médaille de la reconnaissance de la nation à deux anciens combattants :

  •  André Barbier, brigadier, en Algérie du 7 juillet 1960 au 22 janvier 1961, secteur Alger, Blida, ayant servi au 58e Train, titulaire de la carte du combattant ;
  •  Claude Haem, du 5/10 RaMa Oray Tlemcen, du 1er novembre 1961 au 18 janvier 1962, titulaire de la carte du combattant.

     

     

    ***********************************

    Union090218g- Marne

    REIMS : Pour la mémoire de la déportation
     

    Traditionnellement, l’association des Amis de la fondation pour la mémoire de la déportation 51 organise un voyage, en car, pour démarrer ses activités. Cette année, elle propose un déplacement sur le site de Drancy, conservatoire historique et Mémorial des Juifs internés au camp et déportés à Auschwitz pour y être exterminés.

    Mémorial du Mont Valérien

    L’après-midi sera consacrée à la visite du Mémorial du Mont Valérien à Suresnes près de Paris, symbole de la France Combattante et où furent fusillés de nombreux résistants.

    Prix par personne : 50 euros pour les non adhérents, repas et visites compris, et 40 euros pour les adhérents.

    Départ de Reims à 7 h 30 et retour vers 19 heures. Il est possible de partir de Châlons (départ à 7 heures et retour à 19 h 45).

    Le 21 septembre, pour les journées du Patrimoine, les locaux de la Maison de la Vie Associative seront ouverts de 14 heures à 17 heures et le bureau AFMD n° 211 vous y accueillera pour vous présenter ses projets pour l’année 2008/2009.

    Renseignements auprès de Mme Batteux au 03.26.85.84.71.

    Il reste encore des places pour le déplacement à Drancy et Suresnes.

    ***********************************

    Union090218f- Marne

    REIMS : Conférence sur la résistance
     
    L’association des Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation a informé ses adhérents, lors de son assemblée générale, d’une série de manifestations dont voici les dates les plus proches :
  •  Mercredi 18 février de 17 h 30 à 19 h 30, à la Maison de la Vie associative, 122 bis rue du Barbare à Reims, l’AFMD invite ses adhérents et toutes les personnes intéressées à un travail de mémoire à l’écoute de la conférence donnée par l’historienne Huguette Balny sur « La résistance dans les camps nazis ».
  •  Mercredi 25 mars, à h 30, à l’Hôtel de ville, dans le cadre de la semaine contre le racisme, est annoncée une conférence de François Mathieu qui parlera de « L’extermination des juifs d’Europe » avec l’évocation du témoignage de 12 poètes juifs de Czernovitz

    Renseignements auprès de Mme Lebrec 03.26.61.52.16. www.afmd.asso.fr.

    ***********************************

    Union090218e- Marne

    EPERNAY : Porte-drapeaux : garants du devoir de mémoire
     
    De nombreuses personnalités locales avaient fait le déplacement.
  •  Agrandir la photo
  • L’Amicale des porte-drapeaux d’Epernay et sa région s’est réunie en assemblée générale à la Maison des associations le dimanche 15 février en présence du directeur départemental de l’Onac, du lieutenant-colonel Metzger, président du Comité d’entente des associations d’anciens combattants, de René Malet représentant le député Philippe Martin, et de nombreuses personnalités.

    Le président Joël Wimann a fait observer une minute de silence à la mémoire des disparus.

    Jacky Barré, secrétaire, présentait le rapport d’activités 2008 : « Nous sommes 62 porte-drapeaux et 23 amis de l’amicale, un nombre d’adhérents qui se maintient. En 2008, nous avons recensé 88 prestations. Notre amicale a renforcé les liens qui unissent ses adhérents dans la camaraderie et la solidarité et il faut rendre hommage à tous les membres du bureau très dévoués et à leurs épouses très patientes, pour que l’amicale perdure »

    Renouvellement du bureau

    Francis Risselin, trésorier, présentait une excellente situation financière avec quitus de Jean-Claude Szywalski, vérificateur aux comptes. Les différents rapports adoptés à l’unanimité, il était procédé au renouvellement au conseil d’administration et à l’élection du bureau. Roger Géranton, président honoraire ; Joël Wimann, président ; Odil Valois et Guy Lallement, vice-présidents ; Jacky Barré, secrétaire ; Gilbert Griveau, secrétaire-adjoint ; Michèle Moigneau, trésorière ; André Richard, trésorier-adjoint. Quittant la fonction de trésorier, Francis Risselin reste membre du bureau.

    ***********************************

    Union090218d- Marne

    VITRY-LE-FRANCOIS : Un nouveau vice-président à la tête de l’Amicale des parachutistes
     
    René Beaujoin a remercié le député pour son soutien apporté afin que l’Amicale puisse être présente lors du défilé du 14 juillet prochain à Paris (la réponse est en attente).
  •  Agrandir la photo
  • Avant de tenir leur assemblée générale, l’Amicale des parachutistes de Vitry-le-François s’était rassemblée au monument aux morts pour un dépôt de gerbes, en présence de Charles de Courson, député, Marianne Dorémus, première adjointe et conseiller général, Thierry Mouton, également conseiller général et deuxième adjoint, accompagnés par Claude Hanriot de l’Amicale.

    Le président de l’Amicale des parachutistes, René Beaujoin a ensuite ouvert la 26e assemblée générale par une minute de recueillement pour deux personnes disparues dans l’année et pour les soldats tombés en Afghanistan. Le rapport moral et financier a été accepté sans souci, les finances laissant un léger positif.

    Une assemblée générale extraordinaire a ensuite été ouverte afin d’élire un nouveau vice-président, Claude Hanriot, qui reçu l’unanimité des voix et qui a succédé à M. Passera. René Beaujoin a en outre remercié le député pour son soutien apporté afin que l’Amicale puisse être présente lors du défilé du 14 juillet prochain à Paris (la réponse est en attente).

    Grand meeting aérien

    De plus, les activités 2009 seront aussi importantes que celles de l’année 2008. Un grand meeting aérien est prévu du 21 au 24 mai à l’aéro-club François-1er d’Ecriennes-Vauclerc, avec des sauts en parachute, parachutisme ascensionnel et envol de montgolfières.

    On peut déjà s’inscrire auprès du président pour ce grand week-end.

    Le thé dansant du 29 mars prévu à l’origine salle du manège est transféré à la salle des fêtes de Courtisols. La salle du manège étant octroyée à une autre association, à la grande déception de René Beaujoin. (lire la Salmandre à ce sujet). Auparavant, auront lieu deux thés dansant et un voyage sur le Canal de Briard. Lors de cette assemblée générale, une vingtaine de nouveaux adhérents ont rejoint l’Amicale, qui recrute encore.

    Pour s’inscrire, Tél. 03.26.74.53.72 ou 03.26.41.06.19.

    ***********************************

    Union090218c- Marne

    LA CHEPPE : Opération nettoyage au Camp d’Attila
     
    Les bénévoles sont appelés, cette année encore, à retrousser leurs manches.
  •  Agrandir la photo
  • L’assemblée générale de l’association « Autour du Camp d’Attila » (Aca) s’est déroulée vendredi 13 février. La présence des représentants du Service régional de l’Archéologie, de l’Institut national de recherche archéologique préventive, du Conservatoire du patrimoine naturel de Champagne-Ardenne ainsi qu’un archéo-maquettiste ont montré au public l’importance du travail de l’association.

    Dans la seconde partie de la réunion, ces personnes ont expliqué leurs implications vis à vis du Camp d’Attila et de l’association.

    Jean-Pierre Popeler, président de l’association, a présenté aux personnes présentes le rapport d’activité 2008. Jean-François Kobylarczyk, trésorier, a, quant à lui, résumé le rapport financier rappelant qu’à cause du retard des travaux du parking, les dépenses liées aux aménagements étaient reportées sur 2009.

    Après le renouvellement des membres du conseil d’administration, Diane Gobeaux, secrétaire, a donné rendez-vous à tous le 14 mars pour une après-midi de nettoyage du site du Camp d’Attila.

    Le projet associatif va cette année encore, demander aux bénévoles de relever leurs manches.

    Pour conclure, le président a remercié toutes les personnes qui œuvrent à l’aménagement du Camp d’Attila et sans faire d’autosatisfaction, félicité les membres du conseil d’administration pour l’ouverture vers l’extérieur que vit l’association actuellement.

    ***********************************

    Union090218b- Marne

    MAURUPT-LE-MONTOIS : Cent ans… pour Paul Jeannet
     
    Plus de 80 personnes ont voulu honorer leur ancien boulanger.
  •  Agrandir la photo
  • Il a connu les deux guerres mondiales… et depuis le 12 février, il est centenaire.

    Dimanche matin, sur l’invitation du maire de la commune, une manifestation était organisée à la salle des fêtes en l’honneur de Paul Jeannet, le premier habitant connu de la commune à avoir vu un siècle entier et ses transformations.

    Il est né le 12 février 1909 à Maurupt-le-Montois où son père est boulanger, une profession qu’il exercera à son tour jusqu’à sa retraite. En septembre 1914, il fuit le village avec sa famille devant l’arrivée de l’armée allemande puis c’est le retour dans un pays complètement détruit, ce qui marque profondément un enfant de cinq ans. Septembre 1939 le voit rejoindre un régiment de chars de combat à Metz ; fait prisonnier en juin 1940 avec ses camarades, il est interné à Strasbourg où il tombe gravement malade. Rentré à Maurupt le 23 octobre 1940 en « congé de prisonnier », il reprend son métier.

    Actuellement, il vit seul, se fait livrer ses repas et reçoit chaque jour la visite de son fils.

    Malgré son âge « Paulo », c’est ainsi que l’appellent ses amis, a encore l’esprit vif et a conservé tout son humour. À son entrée dans la salle, reconnaissant une ancienne élue qui fut conseillère en même temps que lui : « Vous rajeunissez ! » Toujours flatteur avec les dames !

    Le secret de la longevité

    À qui lui demande le secret de sa longévité : « Je ne l’ai pas fait exprès, c’est venu comme çà. - Encore autant ? - À peu près, je suis à mi-parcours. » Puis, plus sérieusement : « Une vie active, équilibrée. » Après la remise des cadeaux, trop ému, il laisse son fils remercier mais se reprend bien vite.

    ***********************************

    Union090218a- Marne

    REIMS-LA NEUVILETTEE : Bal à papa 40 ans de succès
     
    Les danseurs encore une fois très nombreux.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    La foule des grands jours a encore pris d’assaut les tables disposées dans le cellier De Castelnau afin d’assister ait récital donné par l’orchestre d’Alberto Garzia renforcé par la virtuose de l’accordéon Catherine Prudhomme, dans le cadre du 4e bal à papa organisé par les anciens combattants de La Neuvillette.

    A la demande de nombreux danseurs, le bal à Papa sera désormais organisé le dimanche après-midi et non plus le samedi soir.

    Prochain rendez-vous : le 7 février 2010

     

     

    ***********************************

    Union090216c- Marne

    TAISSY : Travaux et mutuelle au menu des combattants
     
    L’assemblée générale mobilisait les anciens combattants de Sillery, Puisieulx, Taissy et Saint-Léonard.
  •  Agrandir la photo
  • La société est présidée par Robert Marguet.
  •  Agrandir la photo
  • C’est à Taissy que s’est déroulée cette année l’assemblée générale de la société des Anciens combattants de Sillery, Puisieulx, Taissy et Saint-Léonard. « C’est la 77e assemblée générale de cette société qui compte 81 ans d’existence » rappelait le président Robert Marguet, en présence notamment de M. Bonnet, maire de Taissy et des personnalités militaires.

    Plusieurs dossiers étaient à l’ordre du jour : les travaux d’entretien de l’ossuaire, en face du fort de la Pompelle ; ainsi que la sécurisation de la plateforme. Autre thème abordé : la mutuelle, avec le projet de dissolution de la Société mutuelle de secours des anciens combattants de Sillery « pour créer une nouvelle société d’anciens combattants de Sillery ». Aucune décision n’a toutefois pu être prise.

    Cette assemblée qui avait débuté par un office religieux en l’église Notre-Dame de Taissy, s’est poursuivie par un dépôt de gerbe au monument aux morts, au cours duquel un hommage a été rendu au clairon, Michel Chasseigne.

    ***********************************

    Union090216b- Marne

    TINQUEUX : Anciens combattants : un nouveau bureau
     
    L’assemblée générale s’est tenue à la maison des sports.
  •  Agrandir la photo
  • Le conseil d’administration de l’association des Anciens combattants et victimes de guerre a été mis en place

    Le nouveau bureau se compose comme suit :

  •  Henri Wenisch, président honoraire ;
  •  Gilles Richard, président ; Eric Neveux, vice-président ;
  •  Denis Parmentier, secrétaire général ;
  •  Lucienne Becker, secrétaire-adjoint ;
  •  Pierre Mariller, trésorier ; Gilbert Barthélémy, trésorier-adjoint ;
  •  Daniel Dépit, porte-drapeau ; Guy Drumelle, porte-drapeau adjoint.

    Sont élus assesseurs : Monique Deharbe, Suzanne Frechain, Monique Wuilmet, Josiane Zanivan, François Beraux, Bernard Ricart, Jean Thiébaut et Gérard Zanivan.

    Pour contacter le président : 03.26.04.01.04. Maison des associations : 03.26.83.60.40. Gilles Richard (à gauche) président de l’association et Eric Neveux, vice-président.

    ***********************************

    Union090216a- Marne

    SEZANNE : Anciens combattants : des récompenses
     
    L’assemblée générale s’est tenue à la maison des sports.
  •  Agrandir la photo
  • L’association des anciens combattants prisonniers de guerre et combattants d’Algérie-Tunisie-Maroc a tenu son assemblée cantonale à la maison des sports devant 55 participants sous la présidence de Bernard Obara et de Claude Desplanches, secrétaire départemental.

    M. Barthélemy fit l’appel des communes et M. Louise rappela les personnes décédées dans l’année 2008 : Pierre Adam, Robert Ryden, Lucienne Laurent, Claudine Laboutique pour lesquels l’assemblée observa une minute de silence.

    L’association compte soit 120 adhérents. Le président annonça toutes les participations aux différentes réunions à Chalons ou à Epernay, aux cérémonies patriotiques et il rappela les permanences tenues tous les 15 jours à la salle de la mairie de Sézanne ou tous les adhérents pour demander différents renseignements sur les droits ou la carte du combattant.

    « Chaque année le monde combattant est congratulé en paroles mais sans remerciements pécuniaires, a indiqué Bernard Obara. Cette année baisse de 3 % du budget du monde combattant. »

    Après le dépôt de gerbe au monument aux morts, Claude Desplanches a décoré de la croix du combattant deux Sézannais Jean-Pierre Piquet et Michel Rossomme.

    L’assistance s’est ensuite rendue à la salle des sports qui réunissait 150 personnes. A cette occasion Claude Desplanches remettait à Jean-Claude Meret de Lachy la médaille du mérite fédéral.

    ***********************************

    Union090215b- Marne

    NEGATIONNISME : Des blessures et des hommes
     
    En a-t-on fini avec les propos obscènes de Mgr Williamson qui, à la mitre, préfère la schlague et à la croix du Christ, la croix gammée ?

    Les assertions insupportables et les mensonges éhontés de ce négationniste têtu ont, à juste titre, blessé par la densité de leur inhumanité. La monstruosité acide de cet antisémitisme radical affiché est prompte à déchiqueter l’œcuménisme qui se nourrit aussi du dialogue judéo-chrétien.

    La lenteur inouïe à réagir du Vatican a témoigné de l’inadaptation d’une curie enkystée dans un rythme administratif inadapté à une société de l’immédiateté et de l’hyper-réactivité. L’Église a ainsi pris le risque d’une crise de grande ampleur en tardant à condamner une ignominie adossée au dogmatisme des nuques raides. La levée de l’excommunication des quatre prélats intégristes dans le temps médiatique du révisionnisme affiché de Williamson a conduit à un amalgame qui a produit des dégâts considérables. Ils attestent un divorce renouvelé entre le fonctionnement de l’Église et nos sociétés démocratiques. En décidant seul, Benoît XVI a certes exercé son autorité pontificale, mais l’absence de collégialité, pourtant bien utile pour préserver l’unité, a empêché d’anticiper un profond malaise.

    « Qu’a-t-on fait du concile ? »

    Il y a aujourd’hui beaucoup d’incompréhension et cette illisibilité du magistère entame la sérénité des chrétiens en même temps que l’image du pape. Que fait-on aujourd’hui du concile Vatican II et de cette définition de Jean Paul II, le qualifiant de « boussole fiable pour nous orienter sur le chemin du XXIe siècle » ? Il y a besoin de réponses qui ne soient pas du jus de crâne à même de livrer des textes tarabiscotés que seuls les initiés ont une chance de comprendre. Pour être féconde, l’Église ne doit pas donner le sentiment de se ratatiner sur elle-même. La forme est indissociable du fond et ce n’est pas le voyage du Saint-Père en Israël et sa repentance qui régleront tout.

    Hervé Chabaud

    ***********************************

    Union090215a- Marne

    REPUBLIQUE : Marianne : de la République à l’Europe
     
    Selon les époques et les valeurs identitaires, la Marianne emprunte différents visages.
  •  Agrandir la photo
  • La représentation de la République dans la philatélie est une constante même si elle n’a pris son nom de Marianne qu’en 1945. Son portrait a changé jusqu’à prendre le visage de quelques figures du monde des arts.

    Comment représenter la République si ce n’est par un visage féminin conjuguant la grâce et l’élégance ? C’est en usant de cette tonalité que le gouvernement de la IIe République lance un concours en août 1848 avec une recommandation simple : ne pas lui donner un visage farouche. Chacun a encore à l’esprit le tableau de Delacroix et sa représentation d’une Marianne interpellant une foule insurgée. On cherche alors à faire oublier la Ire République et les violences sanglantes induites par la Terreur.

    Parmi les représentations, deux visages émergent. Celui d’une jeune femme sage, assise et disposant de rayons de soleil qui irradie son visage. Elle est entourée de symboles du travail de la terre et de la forêt avec la charrue, l’épi de blé, la feuille de chêne. Pour beaucoup c’est une réincarnation de Cérès. L’autre est dite plus proche du bon peuple. Elle n’hésite pas à exhiber l’un de ses seins qui a imprudemment quitté son corsage rouge. Elle porte avec fierté le bonnet phrygien. Deux visages pour une République que chacun veut conforter.

    Après la Marianne d’Alger en 1945, des changements vont être réalisés régulièrement par la Poste. En 1959, à la fois bleu et rouge, elle est destinée à célébrer les débuts de la Ve République. Dessinée par André Regagnon, la Marianne est dressée à la proue du bateau « France » et incarne les temps nouveaux. L’année suivante, c’est une Marianne gravée par Jules Piel qui se substitue à son aînée. Elle a comme caractéristique d’être tête nue. « Simple et modeste » selon son descriptif, elle n’est destinée qu’à une courte vie. Pourtant, elle affranchira le courrier pendant cinq ans ! Elle a dès 1961 une rivale dont la valeur faciale n’est que de 0,20F contre 0,25 F. C’est la Marianne morose de Cocteau, réalisée par Albert Decaris. Si celle de l’année précédente est de dominante rouge, Cocteau préfère donnéer plus de force au bleu. À ceux qui le critiquent il réplique : « Je préfère ce visage familier à quelque froide Minerve ». En 1962, on craint le pire puisque la Marianne est remplacée par un coq gaulois musclé et vigoureux préparé dans sa parure tricolore par le même Decaris. En 1967, on retrouve une Marianne reprise d’un dessin d’Henry Cheffer, petit cousin de Rodin. On est en pleine réforme du système tarifaire du courrier avec le rouge pour les plis urgents et le vert pour ceux qui ne le sont pas.

    En 1971, la nouvelle Marianne s’impose moins dans son espace au profit de la valeur faciale, ce qui indigne les philatélistes. En 1977, place est faite à la Sabine extraite d’un tableau de David. La légende France qui est alors conforme aux principes de l’Union postale universelle est remplacée par République Française après l’élection de François Mitterrand.

    Début 1982, le président dit sa préférence pour la Marianne d’Eugène Delacroix avec son bonnet phrygien. En 1989, à l’occasion du bicentenaire de la Révolution, la Marianne est le résultat d’un travail sur ordinateur signé par Louis Briat, professeur aux Arts Déco. Elle surprend parce qu’elle semble sans regard. Ce à quoi son créateur rétorque : « Les trois bandes verticales et la cocarde suffisent à affirmer le caractère républicain de l’effigie ». À l’été 1997, on retrouve avec Eve Luquet, une Marianne révolutionnaire et déterminée avec le rappel des valeurs républicaines de liberté, d’égalité et de fraternité.

    En 2004 au terme d’un concours qui est un grand succès, Jacques Chirac choisit Thierry Lamouche pour une Marianne de l’environnement. Elle regarde le ciel et des oiseaux qui volent. En janvier 2008, Yves Beaujard est chargé l’illustrer la nouvelle Marianne dite d’Europe. Début mars une nouvelle série de cette Marianne, vert olive (0,73 euro), vieux rose (0,90 euro), bleu clair (1,30 euro), fuschia (1,35 euro) et brun (2,22 euros) sera disponible avec un timbre à date « premier jour » dès le 2 mars.

    Hervé Chabaud

    ***********************************

    Union090214a- Marne

    REIMS : La résistance dans les camps nazis
     
    Mercredi 18 février à 17 h 30, l’association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, dans le cadre des « Mercredis de la Déportation organise une conférence animée par Huguette Balny, historienne sur le thème : « La résistance dans les camps nazis. »

    Le débat sera inspiré des travaux de Denis Peschanski, historien chercheur au CNRS.

    Entrée libre et ouverte à tous.

    À la Maison d la vie associative, salles 101 et 102 , À l’angle de la rue du Barbâtre et de la rue Eugène-Wiet. Tél.03.26.77.74.74.

    ***********************************

    Union090212a- Marne

    REIMS : L’ancre de marine : « Unis comme à bord ! »
     
    Les cinq anciens marins distingués.
  •  Agrandir la photo
  • L’association des anciens marins de Reims et de la région, « L’ancre de marine », a tenu dimanche son assemblée générale. Créée en 1998 par un petit groupe, elle compte à présent une quarantaine de membres. « Nous, les marins, notre force, c’est que nous avons tous navigué. Les mots entraide, amitié, équipage ont chez nous tout leur sens », assure Yves Perreau, le président, qui rappelle leur devise (« Unis comme à bord ») et leur objectif : « Faciliter les contacts entre les anciens marins, et ceux d’active, quels qu’ils soient, appelés, engagés, officiers. » L’association entretient également des liens avec les jeunes du lycée Croix-Cordier en « formation complémentaire marine ».

    Des récompenses ont été décernées : la médaille des volontaires a été remise à François Bourdaud’hui et à Michel Perreau, l’Etoile européenne du dévouement civil et militaire à Daniel Simon, la médaille de la Fidélité marine à Eugène Jupin. Quant à François Mayoly, qui a reçu la médaille de bronze de la Fammac et le diplôme de porte-drapeau, il confie : « C’est une mission que j’effectue toujours avec beaucoup d’émotion, et qui me permet de retrouver des gens qui remplissent leur devoir de mémoire de façon admirable. »

    ***********************************

    Union090211a- Marne

    JONCHERY-SUR-VESLE : La section des anciens combattants bat de l’aile
     
    Le conseil d’administration au complet
  •  Agrandir la photo
  • Après le comité des fêtes qui vient d’être rayé de l’horizon du monde associatif, sur décision de la municipalité malgré un bon potentiel de bénévoles, c’est la section locale des anciens combattants de Jonchery-sur-Vesle qui bat de l’aile et qui risque de disparaître à son tour. Il manque cette fois un candidat pour le poste de président.

    Lors de la réunion du conseil d’administration du 3 janvier, un nouveau bureau devait se mettre en place à condition de trouver un nouveau président. En effet, pour des raisons de santé, Quirin Hentzo ne se représentait pas comme il l’avait déjà annoncé. Faute de candidat, la réunion a tourné court.

    Le 3 février, une réunion exceptionnelle a eu lieu en présence de 11 sections de l’Ouest de Reims convoquées par le président départemental. Il en est ressorti qu’il fallait que le conseil d’administration se réunisse à nouveau en espérant qu’une personne s’implique.

    Cette réunion vient d’avoir lieu. Or, après les explications du président sortant et deux tours de table, il s’avère, une nouvelle fois, que personne ne veut se lancer. Le conseil d’administration décide donc de provoquer une assemblée extraordinaire le 28 février prochain : soit un candidat se déclare et la section continue, soit un volontaire se désigne pour être responsable de la section en vue d’une fusion ou d’un regroupement, soit ce sera la dissolution de la section qui a pourtant un fort potentiel et qui est viable, avec une trésorerie des plus saines et un effectif honorable (55 adhérents). « Certaines sections tournent avec une dizaine de membres malgré pour certains le poids des années mais le devoir de mémoire prime », commentait le président départemental.

    ***********************************

    Union090209a- Marne

    CHALONS : Les anciens combattants mobilisés
     
    Près de 70 personnes, présidents d’associations d’anciens combattants et amis de l’association des anciens combattants et victimes de guerre (ACVG) de Châlons et sa région était présentes samedi dernier à la maison du combattant. L’assemblée générale était présidée par Pol Cher, avec à ses côtés le maire Bruno Bourg-Broc, Serge Helleringer, conseiller délégué aux affaires militaires et Gaëtan Charlot de l’Ufac Marne.

    Après une minute silence observée en mémoire des disparus, dont récemment Jacques Delise président du Comité d’entente des anciens combattants, de nombreux points furent abordés, tels que le Rallye de la Liberté qui regroupe chaque année les collégiens sur le terrain de La Folie, les différentes cérémonies officielles et patriotiques, les futures animations.

    Camp américain sur trois jours

    Frédéric Lemaire, président de l’association Mémory 44 a évoqué une future animation « camp américain » sur trois jours, comme celle qui s’est tenue à Coolus l’an dernier. Gaêtan Charlot, orateur toujours apprécié du monde combattant, a rappelé que cette assemblée générale était « une journée de réelle amitié et de solide camaraderie ».

    Serge Helleringer a conclu : « la maison du combattant est le trait d’union du monde combattant. Son dynamisme est prometteur pour le devoir de mémoire » La composition du bureau reste inchangée mais se voit légèrement modifiée, avec l’arrivée comme secrétaire de Céline Biava et de son adjoint René Breuke.

    Pierre Jules, pour des raisons de santé quitte le bureau. Il est remplacé par Maurice Babij.

    ***********************************

    Union090208a- Marne

    CORMONTREUIL : Anciens combattants
    La section des anciens combattants UNC de Cormontreuil tiendra son assemblée générale dimanche 15 février à la salle polyvalente, à 10 h 30 (accueil à partir de 10 heures).
    ***********************************

    Union090207c- Marne

    TINQUEUX : Une plaque contre l’oubli
     
    Les élèves de bac professionnel du lycée Europe et leur professeur Vincent Cousin.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Une plaque commémorative a été inaugurée dernièrement au croisement de la rue Jean-Gutenberg et de la rue de Muire pour honorer la mémoire de la Famille Schwartzmann, coïncidant avec le 65e anniversaire de l’arrestation des parents Schwartzmann et de leurs douze enfants. L’inauguration s’est déroulée en présence de membres de l’association marnaise, des amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation et de la communauté juive de Reims-Tinqueux.

    Cette plaque commémorative a été réalisée par les élèves de bac professionnel du lycée Europe, sous la direction de leurs professeurs, Vincent Cousina (lettres-histoire-géo), et Sylvain Bastiancig (arts plastiques), à la suite d’un voyage à Auschwitz-Birkenau parrainé par la Fondation pour la mémoire de la Shoah en 2007.

    Les élèves se sont mobilisés sur les recherches avec la volonté de faire le chemin inversé de l’oubli. Ils ont réalisé une plaque dont le graphisme permet d’entretenir la flamme de l’histoire avec une écriture de plus en plus grosse et de plus en plus foncée.

    En mémoire des Schwartzmann
     
    Que ce souvenir résonne à jamais comme un cri de douleur et d’avertissement.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Dans les années 1980, la Ville de Tinqueux a donné le nom de la famille Schwartzmann à une rue située dans le prolongement de la rue Jean-Gutenberg où habitait cette famille.

    La rue de la Famille Schwartzmann commence au croisement de la rue Jean-Gutenberg et de la rue de Muire, et se termine à la Place des Auzers, au cœur du lotissement « Les Ormes de Muire ». En mémoire des Schwartzmann, famille juive qui vivait au 7, rue Jean-Gutenberg à Tinqueux avant d’être arrêtée par la Feldgendarmerie le 27 janvier 1944, puis déportée à Auschwitz où douze d’entre eux, furent exterminés.

     

    ***********************************

    Union090207b- Marne

    BAZANCOURT : Les anciens combattants changent de bureau
     
    Les membres du CA viennent de nommer le nouveau bureau.
  •  Agrandir la photo
  • Après l’assemblée générale annuelle de la section locale de l’UNC (Union nationale des combattants), le conseil d’administration nouvellement renouvelé, s’est réuni pour désigner le nouveau bureau. Ainsi, Edmond Mlynarczyck, fondateur de la section, a été nommé président d’honneur, président Jean Bartos ; Tony Mauclaire, vice-président et suppléant porte-drapeau ; Henri Adriollo, secrétaire ; Bernard Delatour, secrétaire adjoint ; Michel Coutin, trésorier ; André Ghyllebert trésorier adjoint et porte-drapeau ; Bernard Savart, affaires sociales.

    Thé dansant

    Dimanche 8 février, salle Michel-Prévoteau de Bazancourt, la section locale de l’Union nationale des combattants (UNC) organise son thé dansant annuel.

    Les danseurs seront reçus à partir de 15 heures jusqu’à 20 heures.

    Renseignements et réservations, Roger Bonvalet 03.26.03.36.54 ou André Cochet 03.26.03.36.16.

    ***********************************

    Union090207a- Marne

    DORMANS : Hommage à Roger Accaries Montmort-Lucy
     
    Roger Accaries, l’un des membres fondateurs de l’Association du mémorial des batailles de la Marne.
  •  Agrandir la photo
  • Homme discret, mesuré et apprécié, Roger Accaries - décédé récemment - était tout d’abord un vigneron de Chavenay, ce hameau de Dormans à qui il a toujours été fidèle.

    Né au lendemain de l’inauguration du mémorial de Dormans, il avait grandi au rythme des grandes cérémonies annuelles qui rendaient hommage aux soldats tombés dans les combats des rives de la Marne, au moment de la Grande Guerre.

    Aussi, c’est tout naturellement qu’il était devenu, avec son épouse, un bénévole très impliqué, ne manquant jamais un tour de garde pour faire découvrir au plus grand nombre ce monument national qui domine la cité.

    Le livre Dans la fournaise, publié en 2007, était la compilation des carnets de marche de son oncle Roger, sous-lieutenant mort en 1916.

    Roger Accaries les avait déchiffrés, et avait vérifié les noms des lieux et des compagnons de combat de son oncle, pour retenir la mémoire et la transmettre.

    ***********************************

    Union090206c- Marne

    CHALONS : L’ancien conseiller Jacques Delise est décédé
     
    Jacques Delise présidait le comité d’entente des anciens combattants.
  •  Agrandir la photo
  • Conseiller municipal dans l’équipe de Jean Reyssier pendant 18 ans, vice-président local de l’amicale des parachutistes Bagheera, Jacques Delise est décédé mardi à Châlons, la ville qui l’avait vu naître un 21 mai 1937.

    Fils des tonneliers de la rue de la tonnellerie, il est enfant de chœur à l’église Sainte-Pudentienne jusqu’à ses 18 ans.

    Un an après avoir quitté l’aube, il enfile le bleu de travail et entre à la SNCF.

    Il y conduira les trains jusqu’en 1987. Il prend alors sa retraite de roulant à 50 ans.

    Son investissement syndical le conduit à devenir responsable de l’union locale CGT entre 1968 à 1977.

    Après la fin du mandat de Jean Reyssier, il est contacté par Bruno Bourg-Broc pour travailler bénévolement aux affaires sociales de la mairie.

    Tout récemment, au décès de Jacques Songy, il prend sa succession à la présidence du comité d’entente des anciens combattants.

    Les obsèques auront lieu mardi prochain à 14 h 30 en l’église Sainte-Thérèse.

    ***********************************

    Union090206b- Marne

    MOURMELON-LE-GRAND : Témoignage théâtral : la Grande Guerre côté femmes
     
    La Compagnie des Elles propose demain, au Centre culturel Napoléon III de Mourmelon-le-Grand, une petite page d’histoire avec sa pièce de théâtre, « Comme en 14 ! »
  •  Agrandir la photo
  • Ce n’est pas d’Histoire avec une majuscule qu’il s’agit, celle qui s’écrit le plus souvent au masculin et qui parle de combats ; non il est question de la petite histoire, celle de l’arrière qui s’écrit au féminin.

    Noël 17 dans un hôpital, une infirmière et trois volontaires bénévoles, un médecin invisible et un simple d’esprit (comme on disait autrefois) et c’est le réveillon qui s’improvise. Comment ne pas espérer à Noël qu’après la guerre, tout repartira… « comme en 14 ! »… mais sans la guerre.

    C’est une page d’histoire collective que nous livre la pièce de Dany Laurent, mise en scène par Isabelle Jolly, directrice artistique de cette compagnie de comédiennes expérimentées de Saint-Brice-Courcelles.

    Les valeurs féminines

    C’est la solidarité féminine qui est mise en scène et avec elle, les valeurs féminines : l’abnégation, la confiance et l’amour qui s’expriment par un sourire, un mot en réponse à la souffrance. Rendez-vous est donné pour un réveillon où l’optimisme a raison de l’horreur de la guerre !

    Représentation à 20 h 30 au Centre culturel Napoléon III. Pour tout public. Entrée 6 euros et 1,50 euro pour les moins de 12 ans. Réservation possible au 03.26.66.79.44 ou 46. Avec Comme en 14 !, la Compagnie des Elles retrace la vie des femmes, à l’arrière des tranchées de la Grande Guerre.

    ***********************************

    Union090206a- Marne

    CHALONS : Sainte-Pupu sans aiguilles : à cause de l’armée allemande
     
    Le mécanisme d’horlogerie avait été subtilisé par les Allemands…
  •  Agrandir la photo
  • Voilà en fait 23 ans que les cadrans de l’église Sainte-Pudentienne, située rue de Fagnières, quartier rive-gauche, sont délestés de leurs aiguilles. Hier, dans notre rubrique « Brèves de trottoir », nous avions levé les yeux au sommet de ce joli édifice religieux, remarquant que les cadrans ne pouvaient plus donner l’heure aux fidèles de Sainte-Pupu (comme disent les gens d’ici) et ce, sans doute depuis belle lurette.

    Trop cher pour remettre en état

    « C’était dans les années 1985-1986 », se souvient le père Robert Lefèvre, aujourd’hui à Mairy-sur-Marne et qui officiait alors à Châlons.

    Et de rappeler que les Allemands, sous l’occupation, avaient visité l’établissement et avaient subtilisé le mécanisme d’horlogerie.

    Un mécanisme compliqué, puisqu’il était commun aux cadrans de l’église. Et il y a un quart de siècle donc, des élèves ingénieurs de l’école des arts et métiers, avec M. Pasco, leur professeur de l’époque, s’étaient penchés sur le problème. Le résultat de leurs études, sous l’œil du père Lefèvre, habitué aux arbitrages - (pour la petite histoire, il était aussi l’homme en noir des terrains de foot) - avait été sans équivoque : remettre en état le mécanisme aurait coûté les yeux de la tête. Le projet avait été abandonné. Et les aiguilles me direz-vous, qui elles, n’avaient pas été emmenées par les Allemands ? Eh bien ce sont les techniciens eux-mêmes qui, puisqu’elles étaient inutiles, les ont donc enlevées : « Pour ne pas qu’il soit dit, rigole encore le père Lefèvre, que c’était le curé qui ne remettait pas les pendules à l’heure… »

    Fabrice Minuel

    ***********************************

    Union090205d- Marne

    REIMS : Diables bleus : une saison très dense
     
    « Chasseur un jour, chasseur toujours ! »
  •  Agrandir la photo
  •  Voir toutes les photos.
  • L’assemblée générale de l’association des Diables bleus de Reims et la région a commencé par une minute de silence en mémoire de six disparus, dont le regretté trésorier Serge Groseiller.

    La secrétaire, Denise Moreau, a présenté le rapport d’activités de la saison écoulée, très dense, notant « la présence des Diables bleus à toutes les manifestations auxquelles ils étaient invités », soit plus de 20 déplacements dans l’année !

    Le président José Domice a remercié la ville pour sa contribution à l’achat d’un nouveau fanion et a mis l’accent sur « la grande tradition de l’héroïsme des chasseurs » au sein de la Défense nationale, chasseurs à pied, portés, mécanisés ou encore alpins.

    Au nom de la municipalité, l’adjoint Jean-Claude Laval a apaisé l’inquiétude des chasseurs sur des points précis qui les tenaient en souci : « Vous voulez sauver la grille monumentale de l’ancienne caserne des Chasseurs de Reims : rassurez-vous, elle a été mise en dépôt en toute sécurité. Ce témoignage du passé sera mis en valeur dans un lieu qui reste à définir, avec une stèle explicative du souvenir ».

    Le bureau de l’association a été reconduit à l’unanimité : président, José Domice ; vice-président, Philippe Monseillier ; secrétaire, Denise Moreau ; administrateurs, Michel Carré, Claude Marteau, Jean-Christian Menu et France Moigneau.

  •  Des photographies de cet événement sont disponibles dans notre galerie d’images
    ***********************************

    Union090205c- Marne

    JONCHERY-SUR-VESLE : Il faut sauver la section des anciens combattants
     
    Le maire et le président départemental entourés des responsables des 11 sections voisines.
  •  Agrandir la photo
  • Toutes les sections UNC (Union nationale des combattants) du secteur viennent de se retrouver au chevet de la section local de Jonchery, dans la salle de la mairie et ce, suite à l’appel et convocation d’Alexandre Zentner, président départemental des anciens combattants.

    En effet plus rien ne va au cœur de la section de Jonchery, où comme Quirin Hentzo, l’avait dit lorsqu’il a (en 2005) pris la présidence, après en avoir assuré l’intérim en 2003-2004 durant la maladie et suite au décès du président Bernard Smett.

    A l’assemblée générale du 13 décembre 2008 Quirin a redit : « J’ai de nouveau de gros problèmes de santé et je ne peux plus continuer ». L’assemblée s’est parfaitement déroulée, les élections du CA ont eu lieu : n’ayant aucun nouveau candidat volontaire le 1/3 sortant a été réélu.

    Le 3 janvier, les membres du conseil d’administration se sont réunis pour l’élection du bureau 2009, le président Hentzo a évoqué un éventuel regroupement avec une association voisine, de nouveau pas de candidat « et pourtant » comme le précise Quirin « pour faire un regroupement ou autre il faut des responsables élus puisque le bureau 2008 n’a plus de pouvoirs ».

    Cette réunion s’est terminée dans la confusion la plus complète et sans résultat, deux membres ont même quitté la réunion et le lundi, Quirin a donc informé le maire, la sous-préfecture et le président départemental de la situation.

    Suite à cela, le président départemental a provoqué une réunion avec les sections du secteur en présence du maire, Michel Hannotin.

    Il en ressort que le CA qui se réunit ce samedi 7 février à 11 heures devra faire l’analyse de la situation délicate de la section, élection d’un bureau ou dissolution de l’association… Affaire à suivre

    ***********************************

    Union090205b- Marne

    REIMS : Lycée Marc-Chagall :du souvenir à l’avenir
     
    « Ce qui est essentiel, c’est de donner à tous les élèves une dimension culturelle au sens large : découvrir l’autre pour apprendre à le connaître. On touche au passé par le souvenir.

    Quant à l’avenir, notre souci porte sur leur orientation » : Marie Bourreau, proviseur du lycée Marc-Chagall a tenu à souligner une série d’événements qui jalonnent l’année scolaire.

    En premier, un projet trinational France-Allemagne-Pologne mettant l’accent sur les relations franco-allemandes et l’enseignement de la langue.

    « Nous avons été choisis par le Deustche Gesellschaft de Berlin et un organisme chargé de l’entretien des lieux de mémoire militaires », explique Line Ponsinet, professeur d’allemand, immédiatement séduite par le thème « Regard porté contre l’oubli ». « Nous sommes allés à Usedom (où se trouve le mémorial de Golm en souvenir des victimes de la Seconde Guerre mondiale). C’était très émouvant et ça nous a permis de rencontrer des gens de différentes nations », confie Pauline, l’une des huit élèves de première qui ont réalisé durant leur séjour un montage de photos et d’écrits qui tourne actuellement en Allemagne.

    Le second projet porte sur l’exposition réalisée pour commémorer la signature du traité de coopération France-Allemagne du 22 janvier.

    Mobilité professionnelle

    Le souci de l’établissement est aussi de sensibiliser les élèves sur l’orientation en leur faisant découvrir le travail et les métiers en Europe. Misant sur la mobilité professionnelle et l’importance des langues vivantes, le choix s’est porté sur la société Boehringer Ingelheim, implantée en France et en Allemagne.

    La visite effectuée sur le site rémois le 29 janvier par une classe de 1re économique et sociale aura un prolongement à Ingelheim les 7 et 8 avril.

    ***********************************

    Union090205a- Marne

    VITRY-LE-FRANCOIS : Sainte-Agathe : ces dames chouchoutées
     
    Une ambiance conviviale.
  •  Agrandir la photo
  • Pas moins de 40 femmes ont été gâtées par l’amicale parachutiste de Vitry-le-François et de Champagne. Elles étaient accompagnées de 23 hommes, qui étaient chargés de les divertir.

    Douze d’entre eux étaient chargés du service et de la composition du menu à préparer en cuisine.

    Comme toujours, cette journée s’est déroulée dans une ambiance conviviale. En fin de journée, ce fut avec un jour d’avance la chandeleur, plus de 200 crêpes ont été préparées par les maris et une paire de dames.

    Ces festivités furent précédées dans la matinée par une messe célébrée par le père Ménetrat, aumônier de la BA 113 de Saint-Dizier.

    Puis le verre de l’amitié fut pris en compagnie des paroissiens de la commune d’Écriennes.

    Prochaines activités : l’assemblée générale le dimanche 15 février à la cafétéria Chez Loulou. Début de l’assemblé à 10 heures, précédée à 9 h 45 d’un dépôt de gerbe au monument aux morts, le tout suivi d’un repas.

    Pour toutes inscriptions et adhésions, téléphone au 03.26.74.53.72.

    ***********************************

    Union090204b- Marne

    TINQUEUX : Les anciens combattants font le point
     
    Les anciens combattants et victimes de guerre de la ville de Tinqueux se sont réunis dernièrement dans l’amphithéâtre du collège Paulette-Billa pour leur 28e assemblée générale ordinaire. Le président Gilles Richard a accueilli les invités d’honneur : Jean-Pierre Fortuné, maire et conseiller général de la Marne, le lieutenant-colonel Guillerme de la Base 112 de Reims, le lieutenant Pascal Colin des sapeurs pompiers volontaires de Tinqueux, Gaëtan Charlot, président départemental, Georges Marette, représentant la France mutualiste.

    La première partie de la réunion fut consacrée à la vie de l’association, aux comptes rendus du secrétaire et du trésorier. Dans son rapport moral, Gilles Richard a rappelé la baisse des effectifs de plus en plus importante due à l’âge des adhérents, la nécessité de se tourner vers les anciens militaires des missions à l’extérieur qui sont aussi des anciens combattants.

    Tous les participants se sont dirigés ensuite vers le monument aux morts, devant lequel une gerbe a été déposée.

    Le cortège s’est rendu vers l’hôtel de ville où les porte-drapeaux ont été remerciés.

    Association des anciens combattants et victimes de guerre de la Ville de Tinqueux, boite postale 86, 51433 Tinqueux cedex : permanence à la Maison des associations rue Croix-Cordier de 10 à 12 heures chaque dernier samedi du mois.

    Autour du président Gilles Richard, le maire Jean-Pierre Fortuné et Gaëtan Charlot, président départemental.

    ***********************************

    Union090204a- Marne

    TRIGNY : Anciens combattants : nouvelle « armée »
     
    Suite à l’assemblée générale des anciens combattants (UNC, OPEX et soldats de France) et à la démission du président Michel Guillemart pour raison de santé, un nouveau bureau a été constitué.

    Ont ainsi été élus à l’unanimité : Roland Marion, président ; Lucien Lotocki, vice-président ; Paul Labassé, secrétaire ; Dominique Jacquet, vice-secrétaire ; Jean-Claude Ronseaux et Maurice Lévêque, trésoriers ; Michel Bernier et Frédéric Lévêque, membres du bureau. Puis une minute de silence a été respectée à la mémoire de feu Jacques Blin.

    Au nom de tous les adhérents, le nouveau bureau s’est ensuite rendu chez Michel Guillemart, préssenti président d’honneur, afin de le remercier de ses 22 années de présidence. Il a toujours assuré cette tâche dans la bonne humeur.

    Son premier travail a été de reprendre les premières écritures datant de 1929, le deuxième de déposer les nouveaux statuts à la sous-préfecture en 1987, et le troisième de créer la section des soldats de France en 1990.

    Cette dernière compte actuellement 34 adhérents, dont le plus ancien, Michel Letailleur, est âgé de 96 ans.

    Michel Guillemart a accepté bien volontiers de devenir président d’honneur.

    ***********************************

    Union090203d- Marne

    TAISSY : Anciens combattants
     
    La société des anciens combattants de Sillery, Puisieulx, Taissy et Saint-Léonard tiendra son assemblée générale à Taissy selon le programme suivant :

    Samedi 7 février, 18 h 30, office religieux à Taissy en hommage aux morts de toutes les guerres.

    Dimanche 8 février, 9 h 30, cotisations salle derrière la mairie ; 9 h 45, assemblée générale ; 10 h 45, accueil des personnalités ; 11 h 45, mise en place du défilé de la salle vers le monument aux morts, dépôt de gerbe, remise de décoration.

    A 13 heures, repas dans la salle de conférences.

    Renseignement : Robert Marguet, 9, rue de la source, 51500 Sillery. Tél. 03.26.49.10.31.

    ***********************************

    Union090203c- Marne

    CORMONTREUIL : Anciens combattants
     
    La section des anciens combattants UNC de Cormontreuil tiendra son assemblée générale dimanche 15 février à la salle polyvalente, à 10 h 30 (accueil à partir de 10 heures).
    ***********************************

    Union090203b- Marne

    HUIRON : Un nouveau drapeau
     
    Les anciens combattants et les maires présents.
  •  Agrandir la photo
  • Jeudi en début de soirée, la salle du conseil municipal de Huiron a accueilli les anciens combattants de la section locale de l’union nationale des combattants (UNC) ainsi que les maires de trois des quatre communes de la communauté de communes du Mont-Morêt pour son assemblée générale.

    L’UNC a reçu des subventions de la part des communes de Châtelraould-Saint-Louvent, Courdemanges, Glannes et Huiron. Les effectifs de la section sont stables avec seize adhérents. Pour l’année 2009, le bureau reste composé de François Girardin (AFN) à la présidence ; André Magnier (AFN) à la vice-présidence ; Claude Choque (AFN) au secrétariat et à la trésorerie. Le porte-drapeau reste Jean Parnisari.

    Pour les prochaines cérémonies, il a été décidé de commander un nouveau drapeau, l’actuel ayant plus de trente ans et commençant à se dégrader. Un repas de cohésion aura lieu le samedi 5 septembre.

    Les cérémonies commémoratives se dérouleront selon les horaires suivants (8 Mai et 11 Novembre) : Châtelraould-Saint-Louvent à 9 h 30 ; Glannes à 10 h 15 ; Huiron à 11 heures et Courdemanges à 11 h 45. Les cérémonies en hommage aux aviateurs auront lieu le samedi 18 juillet à 15 h 45 au cimetière de Châtelraould-Saint-Louvent et le mardi 4 août à 18 h 30 au cimetière de Huiron, avant un dépôt de gerbes au monument de Glannes à 19 heures. Enfin, celle en hommage aux poilus de la Bataille de la Marne aura lieu le 13 septembre au Mont-Morêt à 11 heures et au monument du Guémont à 11 h 30.

    ***********************************

    Union090203a- Marne

    EPERNAY : Les projets des anciens combattants de la Fnaca
     

    Comme chaque année, les adhérents de la FNACA Epernay-Oiry, leurs parents et amis, ont fêté l’Epiphanie à la salle des fêtes de Oiry.

    Le président André Richard a présenté ses meilleurs vœux aux 110 convives, remerciant et souhaitant la bienvenue aux nouveaux adhérents.

    Le 22 décembre, le président et le secrétaire, Jean Catteau, se sont rendus auprès des veuves d’anciens combattants pour leur remettre le colis de Noël très apprécié des dames.

    Déjà quelques dates à retenir pour l’année 2009 : le 28 février, salon international de l’agriculture, porte de Versailles à Paris.

    Le 19 mars, commémoration de la fin de la guerre d’Algérie : à 11 heures, au monument « La Flamme », place Clevedon à Epernay ; à 14 h 30, cérémonie au monument aux morts de Oiry ; à 15 h 30, cérémonie au monument aux morts de Vinay.

    Le 22 mars, assemblée générale au Palais des fêtes d’Epernay et repas à Oiry.

    Du 29 juin au 3 juillet, voyage à Egleton en Corrèze.

    ***********************************

    Union090202b- Marne

    AVIZE : Déportation : Yvette Lundy témoigne au collège
     
    Yvette Lundy, résistante et déportée à Ravensbrück, a été accueillie au collège Saint-Exupéry.
  •  Agrandir la photo
  • Yvette Lundy, résistance et déportée, a rencontré les 67 élèves de 3e du collège Saint-Exupéry d’Avize.

    Après avoir évoqué l’invasion allemande en 1940, l’exode, l’Appel du 18 juin, elle a parlé de la naissance du mouvement de résistance auquel toute sa famille a participé. Institutrice et secrétaire de mairie, dans une commune proche d’Epernay, elle a confectionné des cartes d’identité au profit des personnes recherchées par les Allemands.

    « On ne vous oubliera jamais »

    Dénoncée, elle est arrêtée par la Gestapo en juin 1944, transférée au camp de Ravensbrück elle vit dans des conditions très difficiles. Elle connaît la faim, les maladies et l’humiliation… Son témoignage a particulièrement touché les élèves qui ont pris conscience que l’Histoire ne se trouve pas uniquement dans les livres et les cours, mais qu’elle est avant tout et surtout vécue par des hommes.

    La remerciant de son témoignage et saluant son courage, les élèves lui ont offert un très beau bouquet et adressé un message fort : « On ne vous oubliera pas ».

    ***********************************

    Union090202a- Marne

    VITRY-EN-PERTHOIS : L’Amicale parachutiste à bord des Rafale
     
    Photo souvenir à la BA 113 de Saint-Dizier.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Malgré le temps maussade, 48 personnes se sont déplacées en car pour aller admirer les Rafale de la BA 113 de Saint-Dizier.

    Après un accueil chaleureux et une conférence sur les compositions et les missions de la base aérienne, ce fut la visite du centre de la défense aérienne et enfin la découverte de ce bel avion avec toutes ses technologies qu’aucun autre appareil ne possède.

    Après les explications des responsables, ce fut la photo souvenir offerte à chacun par la base.

    Puis le retour vers Vitry-le-François où toutes les personnes se sont donné rendez-vous pour la Sainte-Agathe, qui s’est déroulée hier avec notamment une messe célébrée par le père Ménétrat à Écriennes.

    Prochaine date à retenir pour les « paras », l’assemblée générale le dimanche 15 février.

     

    ***********************************

    Union090201b- Marne

    BAZANCOURT : Les anciens combattants réunis
     
    Les membres sont attentifs aux propos du président.
  •  Agrandir la photo
  • La section locale de Bazancourt, de l’union nationale des combattants (UNC), vient de tenir son assemblée générale ordinaire annuelle.

    Après les diverses présentations (bilan moral, bilan financier), il a été procédé au renouvellement des membres sortants du conseil d’administration.

    Ce dernier vient de se réunir afin de désigner le nouveau bureau. Ce dernier se compose de la façon suivante :

  •  Edmond Mlynarczyck, président d’honneur fondateur,
  •  Jean Bartos, président,
  •  Tony Mauclaire, vice-président et suppléant porte-drapeau,
  •  Henri Andriollo, secrétaire,
  •  Bernard Delatour, secrétaire adjoint,
  •  Michel Coutin, trésorier,
  •  André Ghyllebart, trésorier adjoint, porte-drapeau
  •  et Bernard Savart, affaires sociales.

    A noter que cette association organise son thé dansant annuel le dimanche 8 février salle Michel-Prévoteau à Bazancourt.

    ***********************************

    Union090201a- Marne

    VITRY-EN-PERTHOIS : Une année bien remplie pour les anciens d’Algérie
     
    Un hommage a été rendu aux membres décédés en 2008.
  •  Agrandir la photo
  •  

     

    C’est samedi matin, à l’espace Paul-Bert, que les membres de la Fédération nationale des anciens combattants d’Algérie (Fnaca) se sont retrouvés pour leur traditionnelle assemblée générale.

    Une occasion pour le président Mathieu de rappeler quels sont les tenants et les aboutissants de la Fnaca et de mettre en exergue les nombreuses manifestations qui se sont déroulées, à Vitry-le-François ou ailleurs dans l’arrondissement, lorsque le drapeau de l’organisme était présent.

    Un moment privilégié aussi, pour tous les membres qui assistaient à l’assemblée générale, de rendre un dernier hommage à leurs compagnons disparus pendant l’exercice écoulé.

     

     

     

    ***********************************

    Union090131b- Marne

    CHALONS : La guerre d’Algérie vue par un grand spécialiste
     
    Samedi après-midi, le cercle algérianiste de Champagne présidé par Gérard Rosenzweig, organisait une conférence sur le thème de la guerre d’Algérie.

    C’est donc dans l’auditorium de la bibliothèque Georges-Pompidou que la quarantaine de personnes présentes s’est installée pour assister à la rencontre animée par Jean Monneret, de la Sorbonne, aujourd’hui à la retraite.

    Né à Alger, ce conférencier y a suivi une partie de ses études. Et depuis 1987, il écrit des ouvrages sur l’Algérie.

    Pour Jean Monneret, la guerre d’Algérie est une guerre mal comprise, une guerre contre la lutte du terrorisme.

    « Le terrorisme aujourd’hui, est un phénomène planétaire. Ce qui s’est passé en Algérie à l’époque (fin années 1950 et début 1960), se déroule de nos jours dans le monde. La lutte contre le terrorisme n’est pas terminée. Elle ne fait que commencer » affirma-t-il. Et d’ajouter : « La France actuelle a tendance à voir dans la guerre d’Algérie, une guerre de décolonisation ».

    Venu des quatre coins de la région, le public s’est déplacé pour assister avant tout à l’exposé du spécialiste de la guerre d’Algérie qui anime 4 à 5 conférences par an.

    ***********************************

    Union090131a- Marne

    TINQUEUX : Les paras participent à une petite sauterie
     
    Et qu’est-ce qu’ils se racontent ? Des histoires de paras…
  •  Agrandir la photo
  •  

    D’anciens paras se sont donné rendez-vous à la salle des fêtes Guy-Hallet, partageant alors la galette des rois.

    L’union nationale des parachutistes de la Marne regroupe tous les paras anciens, ou encore en activité, au sein d’une même section, dont le siège est à Tinqueux.

    En collaboration avec les anciens combattants de Tinqueux, ils participent aux différentes manifestations patriotiques qui se déroulent dans la ville.

    Chaque année, la section organise aussi une randonnée familiale, la Saint-Michel, son assemblée générale, et la galette. Rens. 03.26.08.49.94.

     

    ***********************************

    Union090130a- Marne

    CHALONS : Les présidents d’associations d’anciens combattants réunis
     
    Le bureau avec son président, les membres et l’élu.
  •  Agrandir la photo
  • Dix-huit présidents d’associations d’anciens combattants et Serge Helleringer, conseiller délégué aux fêtes et cérémonies et anciens combattants, se sont retrouvés à la maison du combattant, mercredi 28 janvier, lors de leur assemblée générale, conviés par Pol Cher, président de ladite maison.

    Le but de cette rencontre conviviale était de permettre une réunion de travail afin de mettre au point les prochaines dates et rendez-vous qui impliqueront les anciens combattants responsables d’associations. Un grand absent a été remarqué ce mercredi : le regretté Jacques Songy, pour lequel il a été demandé une minute de silence ainsi que pour tous ceux qui ont disparu l’an dernier.

    Pol Cher a rappelé lors de cette assemblée que cette maison du combattant était occupée par les associations de 180 à 200 fois en cours d’année.

    Rallye de la Liberté

    Jean-Daniel Courot, directeur départemental de l’Onac Marne, a rappelé que son organisme attendait avec impatience une seconde place réservée aux handicapés.

    « C’est un problème pour les GIG et GIC qui se font verbaliser face à l’organisme. Il manque effectivement une place pour eux ! » a ajouté le directeur.

    Il a évoqué aussi le Rallye de la Liberté, qui rassemblera de nombreux scolaires sur le terrain de La Folie.

    La date n’a pas encore été fixée. Idem pour la date de l’assemblée générale des membres de la Légion d’honneur.

    ***********************************

    Union090129e- Marne

    CARIGNAN : L’Arac a reconduit son bureau
     
    Le bureau a été reconduit dans sa totalité.
  •  Agrandir la photo
  • L’assemblée générale de la section des anciens combattants de l’ARAC s’est tenue à la salle Jean-Jaurès à Carignan en présence de Robert Briffaut, président de l’ANCVR, Michel Deminette, président de la section ARAC de Sedan, et de Pierre Boulanger président départemental de l’ARAC. Le président départemental accueillait pour cette assemblée générale Denis Lourdelet maire de Carignan, ainsi que les délégués permanents.

    Pierre Boulanger, avant de débuter la séance, fit observer une minute de silence à la mémoire des membres décédés au cours de l’année écoulée.

    Il a ensuite donné le rapport des nombreuses activités de la section de Carignan avant de donner la parole au vérificateur aux comptes Henry Antoniak. Un rapport financier qui fut approuvé a l’unanimité.

    Ensuite les membres passèrent au vote pour le renouvellement du bureau qui fut reconduit dans sa totalité. Le président donna ensuite la parole aux différents intervenants et invités afin qu’ils puissent s’exprimer et faire participer l’assemblée aux différents débats.

    Pour terminer cette assemblée, le président Boulanger rappela toutes les actions de l’ARAC, qu’il s’agisse de la reconnaissance ou la défense des droits des affaires internationales et de la paix dans le monde et du civisme républicain.

    ***********************************

    Union090129d- Marne

    CHALONS : Une rue Jacques-Songy : un hommage mérité
     
    Un hommage amplement mérité pour cet ancien déporté, résistant, humaniste et pédagogue, décédé le 26 juillet dernier.
  •  Agrandir la photo
  • Ce soir, le conseil municipal dénommera rue Jacques-Songy une partie du boulevard Anatole-France. Hommage à la figure emblématique de la Résistance que fut ce grand Châlonnais.

    RÉUNI ce soir, le conseil municipal de Châlons ouvrira sa séance publique avec une délibération concernant une dénomination de voirie.

    Derrière ce terme on ne peut plus administratif se cache un réel hommage de la Ville à Jacques Songy, puisqu’une partie du boulevard Anatole-France, comprise entre la rue Léon-Bourgeois et la rue Kellermann, deviendra officiellement rue Jacques-Songy. Né le 12 juin 1924 à Châlons-sur-Marne, M. Songy s’était engagé en mai 1944 au sein de Melpomène, groupe de résistance installé dans le maquis de Marson. Il y servit comme agent de liaison et a transporté du ravitaillement et des armes.

    Arrêté par la Gestapo à Mairy-sur-Marne le 12 août 1944, Jacques Songy est incarcéré à Châlons puis déporté le 19 août 1944 au camp de Natzweiler-Struthof, puis transféré à Dachau en septembre de la même année avant d’être libéré le 29 avril 1945 par les Alliés.

    Une vie pour les autres

    Dès son rapatriement, ce Châlonnais, chaleureux (qui avait le pouvoir de captiver l’attention de tous ses interlocuteurs, et ce jusqu’à ses derniers moments) a consacré toute sa vie au service de ses camarades résistants, déportés, mais aussi au service des familles de ses compagnons d’infortune, morts en déportation.

    Initiateur du monument aux déportés de Dachau, érigé au cimetière du Père-Lachaise il y a 24 ans ; Jacques Songy fut conseiller municipal de Châlons de 1965 à 1977. Président départemental des Anciens déportés mais aussi président du Comité d’entente des associations patriotiques et d’Anciens combattants de Châlons, il fut, avec Jean Chabaud, président de l’Amicale de la Résistance de Châlons ; à l’origine du Centre de mémoire aménagé au 7 cours d’Ormesson, dans le sous-sol de l’ancien siège de la Gestapo, inauguré le 29 août 1994.

    Devoir de mémoire

    Durant son existence, il n’a eu de cesse de témoigner auprès des jeunes générations de collégiens et lycéens, qu’il suivait dans le cadre de la préparation du concours de la Résistance et de la Déportation. Et que ce soit lors de cérémonies commémoratives, lors de voyages plus que symboliques ou encore lors de la cérémonie de la Butte des Fusillés, Jacques Songy n’a jamais cessé de se rendre disponible pour les autres en contribuant au devoir de mémoire. Indispensable.

    La Ville a donc choisi de baptiser cette portion du nom de cet illustre et valeureux Châlonnais car le monument de la Résistance est situé à deux pas.

    Un symbole là aussi. « Lors de manifestations patriotiques au monument de la Résistance, les cartons officiels inviteront à se réunir rue Jacques-Songy », explique le cabinet du maire. « Nous cherchions à honorer le souvenir de Jacques Songy et lui témoigner à notre tour, dans notre mémoire, l’hommage de la cité ».

    Il souhaitait que chacun se souvienne. Châlons a décidé que chacun se souviendra aussi de ce citoyen qui forçait le respect.

    David Zanga

    ***********************************

    Union090129c- Marne

    DORMANS : Le Mémorial de Dormans théâtre d’une nouvelle bataille
     
    Christian Bruyen veut en faire « un lieu de tourisme de la mémoire ».
  •  Agrandir la photo
  • Le Mémorial de Dormans est au cœur d’une nouvelle bataille, avec la dissolution de l’association chargée de son animation. La mairie souhaite donner une nouvelle impulsion au site.

    LES membres de l’association du Mémorial des Batailles de la Marne sont en guerre ouverte. Après un vote de 13 voix pour et 6 voix contre, le bureau a annoncé qu’il demanderait la dissolution de la dite association avant le 31 mars, au cours d’une assemblée générale à laquelle les 306 adhérents seront invités. « C’est pour nous une triste décision » lance Auguste Hery, administrateur de l’association depuis 1988 et porte-parole de l’opposition à ce projet. « Je me suis investi dans la redynamisation du monument qui accueille près de 17.000 visiteurs par an. J’ai créé avec mon fils, informaticien à Paris, un site Internet personnel qui participe à sa promotion et aujourd’hui on me met sur la touche », lance cet homme de 84 ans. Il a été jusqu’en 2008 secrétaire de l’association, née en 1988 de la fusion de trois structures. « Nous avons trouvé de nombreux bénévoles pour assurer la garde du monument puis entretenir le mémorial et accueillir des visiteurs le week-end. Raymond Ries, qui vient de disparaître, a été la cheville ouvrière de cette initiative qui a donné des fruits magnifiques. De belles actions de mémoire ont été organisées et les disponibilités cumulées allaient permettre de mettre en place plusieurs projets », souligne-t-il. Dont la création d’un journal à la publication plus fréquente. L’ancien secrétaire, qui continue de s’exprimer par l’intermédiaire du blog qu’il a créé (1), rappelle que les dons des visiteurs ont permis, dans un premier temps, de restaurer les vitraux et d’animer les lieux. Laissé à l’abandon par les pères salésiens, qui en avaient la charge, le monument a connu une seconde jeunesse sous l’impulsion de cette association. Elle a donné un nouvel élan à ce lieu érigé en 1920 pour rendre hommage aux combattants, mettant l’accent sur le souvenir des deux batailles mais aussi sur le devoir de mémoire envers les millions de jeunes disparus au combat et l’éveil des générations les plus jeunes.

    Un blog pour s’exprimer

    Tout a basculé lors de la réunion du conseil d’administration de l’association, le jeudi 8 janvier, où chacun était appelé à voter pour ou contre la dissolution. « J’ai voté contre. Depuis on ne m’invite plus aux réunions. Je n’ai plus que le blog pour faire entendre la voix des opposants. »

    Pour l’ancien secrétaire de l’association, ce projet de dissolution ressemble fort à une reprise en main de l’association par la commune de Dormans. « Le maire, qui en est le secrétaire, veut tout contrôler et il sait que je ne suis pas d’accord avec sa façon de voir les choses. Je n’ai même plus le droit d’accéder au mémorial » lance Auguste Hery.

    Selon lui, la nouvelle association « aurait besoin, pour démarrer ses nouvelles activités, de récupérer les actifs de l’association historique, soit 45.000 euros. Ce besoin a été clairement exprimé en séance, ce qui a le mérite d’être clair sur les intentions » commente-t-il.

    Il estime cependant « que c’est un coup de force » et appelle les adhérents à voter contre la dissolution. Le mémorial est propriété de la commune qui l’a racheté pour le franc symbolique.

    Selon Auguste Héry, la nouvelle association aurait des projets autour du monument dont celui d’en faire un espace muséographique, ce que ne nie pas le maire (lire par ailleurs). « Je me bats contre la dissolution pour une question d’honneur. Cette démarche va porter un coup terrible à notre crédibilité » estime-t-il.

    Jean Batilliet

    (1) Adresse du site et du blog : memorialdormans.free.fr

    -------------------------------------
     
    Le maire : « Un grand projet touristique »
     
    Le mémorial accueille actuellement 17.000 visiteurs par an.
  •  Agrandir la photo
  • Christian Bruyen, le maire de Dormans, comprend la réaction des opposants à la dissolution. « Je respecte le travail qui a été fait par des gens exceptionnels mais nous devons donner de nouveaux moyens et de nouveaux statuts à l’association, pour faire avancer l’un de nos gros projets » explique le premier magistrat de la commune. Le maire veut créer un site d’accueil touristique dans le cadre d’un complexe de 25 hectares comprenant le château et le mémorial. « Des études sont menées avec le Département et la Région et sa création va nécessiter de gros investissements pour les collectivités. Pour cela, nous devons nous appuyer sur une association davantage tournée vers le tourisme de mémoire que le travail de mémoire. » Cette association aurait beaucoup plus de responsabilités en matière d’animations du site et pour ambition de travailler sur le flux des visiteurs qui devrait passer de 17.000 actuellement à 30.000. « Il faut rappeler que c’est la commune qui est propriétaire des lieux et qui accorde une subvention annuelle de 4700 euros pour le fonctionnement du site. La nouvelle association contribuera, en outre, à créer une boutique et développer la muséographie ». Christian Bruyen rappelle que le Mémorial « est l’un des monuments les plus fréquentés de la Marne. Et qu’une petite commune comme Dormans, de 3000 habitants, doit se doter de nouveaux outils pour mener à bien ses ambitions. » Et d’ajouter : « je reconnais que je ne suis pas un intégriste de la mémoire. »

    ***********************************

    Union090129b- Marne

    CHALONS : Anciens combattants et victimes de guerres : AG et repas
     
    L’assemblée générale des ACVG (anciens combattants et victimes de guerres) aura lieu samedi 7 février à 10 h 30, à la Maison du combattant, cité Tirlet, À l’issue de cette assemblée, un repas amical réunira les anciens combattants et leurs épouses. Prix : 15 euros.

    Inscriptions auprès de Pol Cher au 03.26.64.17.81. ou Michel Lefève au 03.26.64.35.25.

    ***********************************

    Union090129a- Marne

    TAISSY : Anciens combattants
     
    La société des anciens combattants de Sillery, Puisieulx, Taissy et Saint-Léonard tiendra son assemblée générale à Taissy selon le programme suivant :
  •  samedi 7 février à 18 h 3D, office religieux à Taissy en hommage aux morts de toutes les guerres ;
  •  dimanche 8 février à 9 h 30, cotisations dans la salle se trouvant derrière la mairie ; à 9 h 45, assemblée générale ; à 10 h 45, accueil des personnalités ; à 11 h 45, mise en place du défilé de la salle vers le monument aux morts, dépôt de gerbe et remise de décoration ; à 13 heures, repas dans la salle de conférences.

    Rens.03.26.49.10.31.

    ***********************************

    Union090128b- Marne

    REIMS : Tenir sur le front de 1914 à 1918
     
    Dimanche 1" février de 14 h 30 à 16 heures au musée Saint-Rémi, une visite guidée commentée par un conférencier permet de découvrir l’exposition : « Tenir ! Reims sur front 1914-1918 ».

    Entrée libre et gratuite.

    Au, musée Saint-Rémi 53 rue Simon Reims

    Tel. 03.26.85.23.36.

    ***********************************

    Union090128a- Marne

    REIMS : Mémoire de la déportation
     
    Les Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation (AFMD 51) tiendront leur assemblée générale le dimanche 1er février à partir de 9 heures au restaurant l’Antr’act, rue Salin à Reims.

    En seconde partie de la réunion, Philippe Leclerc, historien ardennais parlera de son livre : « Ami, si tu tombes » qui retrace la Résistance dans le Rethélois.

    ***********************************

    Union090126a- Marne

    COURRIER DES LECTEURS : Ruban rouge
     

    Jean Hernani, un lecteur de l’Aisne, s’interroge sur l’attribution de la légion d’honneur.

    « Quand je vois Céline Dion, qui en plus est québécoise, nommée chevalier de l’ordre français de la légion d’honneur et que beaucoup d’anciens combattants de toutes guerres ne l’obtiennent jamais malgré leurs états de service, j’exprime beaucoup de tristesse. »

    ***********************************

    Union090125a- Marne

    ESTERNAY : Anciens combattants
     
    Les anciens combattants d’Algérie, membres du bureau de Sézanne, Esternay et des environs, organisent leur 34e assemblée générale le vendredi 30 janvier, à 20 heures, à la maison du temps libre d’Esternay.
    ***********************************

    Union090124a- Marne

    JALONS : L’hommage à Gérard Parcellier
     
    Gérard Parcellier comptait de très nombreux amis.
  •  Agrandir la photo
  • Mercredi, la population de Jâlons et des villages voisins a entouré la famille de Gérard Parcellier, décédé samedi dernier dans sa 73e année. Il est des personnalités qui marquent un quartier, un village, et manifestement Gérard, qui vient de quitter les siens après une brève hospitalisation, était de celles-ci.

    D’une famille originaire de la Creuse, né le 24 mars 1936 et fils unique, il n’avait que 4 ans au départ de son père pendant la Seconde Guerre mondiale. Celui-ci ne devait rentrer de captivité que 5 ans après. Gérard passe son CAP de maçon, puis part au service national et restera 28 mois au Maroc, ce qui lui vaudra la croix du combattant. Impressionnant épisode de sa jeune vie…

    Engagement auprès des autres

    Il intègre l’entreprise de maçonnerie de son père et de son oncle en 1958 et il fonde sa propre entreprise en 1967, devenant la 3e génération de maçons à Jâlons. Parallèlement à sa vie professionnelle très active, il s’engage au service des autres : de 1957 à 1975, 18 années pompier puis chef de corps ; de 1977 à 1995 il effectue trois mandats de conseiller municipal. Marié en 1965, père de 4 enfants, Denis, Axel, Didier et Isabelle, il a la joie de voir grandir ses deux petits-fils Alexandre et Charly. L’heure de la retraite venue, il construit enfin sa propre maison et il a à cœur de mener cette tâche à son terme. Il est devenu entre-temps secrétaire adjoint des ACPG-CATM-TOE du canton d’Ecury-sur-Coole, puis président du Club des Beaux Jeudis à Jâlons depuis janvier 2007.

    A son épouse Ginette, à ses enfants et toute sa famille, notre journal présente ses sincères condoléances.

    ***********************************

    Union090123a- Marne

    CONFLANS-ANGLURE : Voyage
     

    Le comité Fnaca Conflans-Anglure organise son voyage annuel au Maroc du 3 au 10 mai. Quelques places sont encore disponibles.

    Pour tous renseignements, contacter M. Carouge-Kleber au 03.26.42.71.88.

    Prendre contact avant le 25 janvier.

    ***********************************

    Union090121a- Marne

    EPERNAY : Anciens combattants : des mesures en faveur des veuves
     
    Le comité d’entente des sociétés d’anciens combattants d’Épernay vient de se réunir en assemblée générale, dans ses locaux de la maison des associations.
  •  Agrandir la photo
  • Le président Claude Metzger a d’abord fait observer une minute de silence à la mémoire des membres disparus de l’année. Puis il a donné quelques informations sur l’allocation différentielle en faveur des conjoints survivants de l’Onac : revalorisation du montant mensuel et neutralisation de l’APL au titre des ressources.

    Il a rappelé que tous les anciens combattants en AFN, titulaires de la carte du combattant, avaient droit à partir de 75 ans à une part supplémentaire concernant l’impôt sur le revenu. Lors de l’examen du projet de loi des finances 2009, les députés ont entériné l’augmentation de 2 points de la retraite du combattant, à compter du 1er juillet 2009.

    Le président a rappelé les faits importants ayant marqué l’année 2008 : le comité ayant été représenté à 43 cérémonies, manifestations ou assemblées générales.

    Il a aussi évoqué les faits nationaux, tels que le drame de Carcassone, les soldats tués en embuscade en Afghanistan, le 90e anniversaire de l’armistice de la Grande Guerre, le rapport Kaspi, etc.

    Les différents rapports approuvés à l’unanimité, il a été procédé au renouvellement au conseil d’administration, le bureau étant reconduit dans ses fonctions : René Guillepain, président honoraire ; Claude Metzger, président ; Robert Gautier et Gérard Mégret, vice-présidents ; François Dumez, secrétaire ; Martial Saint-Jeveint, trésorier ; Alain Lépicier, vérificateur aux comptes.

    A marquer d’une pierre blanche

    Les prochains rendez-vous :

  •  assemblée générale des porte-drapeaux, le dimanche 15 février à 10 h 15 à la maison des associations ;
  •  assemblée générale des médaillés militaires le samedi 7 mars à Moussy ;
  •  assemblée générale de l’UNC/CATM à l’espace culturel de Magenta le dimanche 15 mars à 9 heures ;
  •  prochaine réunion du comité d’entente, le vendredi 17 avril à 17 h 30 à la maison des associations.
    ***********************************

    Union090119f- Marne

    REIMS : Grandes résistantes contemporaines
     
    L’exposition de Pierre-Yves Ginet, photojournaliste à l’agence Rapho et réalisée à la demande du conseil régional de Bourgogne, est actuellement en place et exploitée au collège François-Legros, sous l’impulsion de Philippe Labiausse, principal et de Elhila Hahat, documentaliste, jusqu’au 26 janvier au centre de documentation et d’information.

    C’est pour les élèves l’occasion de rendre un hommage appuyé à ces femmes d’ici et d’ailleurs, de Geneviève de Gaulle à Aung San Suu Kyi, de Mère Teresa à Anna Politkovskaia, des femmes engagées, souvent au péril de leur vie, contre l’injustice, la misère, le totalitarisme ou les intégrismes.

    Alors qu’en ce début de XXle siècle, le principe d’égalité entre les sexes ne concerne qu’une infime partie de la population, ces portraits de femmes emblématiques rappellent que nombre d’entre elles, seules ou aux côtés des’ hommes, œuvrent pour le respect des droits humains fondamentaux en rêvant d’offrir un avenir meilleur aux générations futures

    ***********************************

    Union090119e- Marne

    CHALONS : Distinction méritée : Ordre national du Mérite : Gaëtan Charlot officier
     
    Gaëtan Charlot (à droite) aux côtés du directeur de l’office départemental des anciens combattants.
  •  Agrandir la photo
  • Face à un important public fait de personnalités, de présidents et représentants à divers titres d’associations d’anciens combattants réunis à la maison du combattant à Châlons, Gaëtan Charlot, personnalité très connue du département, a été fait officier dans l’ordre national du Mérite par Jean-Daniel Courot, directeur de l’office départemental des anciens combattants représentant le préfet.

    Au profit du monde combattant, au passé prestigieux, nommé en son temps chevalier de l’ONM puis ensuite chevalier de la Légion d’honneur, Gaëtan Charlot est le président de l’union départementale des anciens combattants (UDAC), vice-président national de l’UFAC et vice-président du conseil départemental pour les anciens combattants et victimes de guerre et mémoire de la Nation.

    « Homme exceptionnel à l’inlassable activité, au dévouement remarquable et permanent au profit du monde combattant, vous avez toujours œuvré dans un souci constant de fidélité envers ceux qui ont donné pour la France, sans distinction de classe ni d’origine » a déclaré le directeur. Et d’ajouter : « Vous avez été l’artisan d’une proposition retenue à l’échelon national, celle qui a institué en 2006 l’attribution des diplômes d’honneur de porte-drapeau après 10, 20 et 30 ans de services »

    Gaëtan Charlot a pour sa part eu cette réflexion « Comment vous remercier de tous ses éloges ? En réalité, lorsque l’on a été élu pour une fonction, il est non pas normal mais obligatoire de la remplir le mieux possible, sinon il faut rester à la maison ! » Il a rappelé entre autre que parties de la Marne, l’indexation de la retraite mutualiste à la valeur du point militaire d’invalidité (PMI) mais aussi la fixation d’échelons d’ancienneté pour les porte-drapeaux, sont les fruits d’une œuvre commune. Pour la première fois, il a manqué 5.000 euros pour traiter une quinzaine de dossiers de la Marne en 2008. Et le nominé d’avoir cette pensée : « Le conseil général, malgré ses charges habituelles, pourrait peut-être combler ce manque possible, soit environ 1 centième d’euro par Marnais ? »

    En conclusion, Gaëtan Charlot reprit un proverbe vietnamien qui dit « Le buffle laisse sa peau en mourant, l’homme sa réputation. Laissons les autres dégringoler l’escalier de l’histoire » et une phrase de Charette de la Contrie, fusillé à 33 ans pour insurrection : « Combattu souvent, battu quelquefois, abattu jamais ! »

    ***********************************

    Union090119d- Marne

    CORMONTREUIL : Les anciens combattants offrent la galette
     
    LLes petits écoliers ont apprécié l’initiative de la Fnaca.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Les petits élèves de l’école maternelle Saint-Exupéry ont eu droit à un goûter amélioré vendredi matin. Les membres du comité local de la Fnaca (anciens combattants) leur ont offert, comme ils le font depuis de nombreuses années, la galette des rois.

    116 enfants

    Certains avaient pris de l’avance, en confectionnant eux-mêmes leurs propres couronnes. Chacun des 116 enfants s’est régalé de ces parts de galettes agrémentées de jus de fruits. La même opération aura lieu dans quelques jours à l’école maternelle Enelle.

     

     

    ***********************************

    Union090119c- Marne

    CHALONS : Les porte-drapeaux ont tiré les rois
     
    Ambiance conviviale avec la galette des rois pour les porte-drapeaux.
  •  Agrandir la photo
  •  

    La meilleure occasion de se retrouver unis, pour les porte-drapeaux, c’est certainement le traditionnel tirage des rois. Cette année encore, avec leurs épouses, et en présence de Serge Helleringer, conseiller délégué aux fêtes et cérémonies patriotiques et anciens combattants, une trentaine de porte-drapeaux a répondu favorablement à l’invitation de Camille Henry le président des porte-drapeaux de Châlons et ses environs. L’occasion pour ce dernier de faire savoir qu’il allait mettre un terme à son mandat cette année.

    Parmi ses projets, l’association propose d’aller visiter un élevage d’escargots lors d’une sortie à la ferme du Buisson près de Château-Thierry.

    La prochaine assemblée générale aura lieu le samedi 24 octobre au centre social Schmit.

     

     

    ***********************************

    Union090119b- Marne

    EPERNAY : L’invité de la semaine / Didier Blanchard Poilu de 14 dans l’âme
     
    Didier Blanchard, président fondateur de l’association du Poilu de la Marne.
  •  Agrandir la photo
  • Président de l’association du Poilu de la Marne, Didier Blanchard organise la 17e édition du Salon de l’arme ancienne et militaria de collection à Epernay. Un salon d’envergure européenne. « JE m’appelle Victor, j’ai 12 ans. Je suis passionné par la période de la guerre 14-18. J’ai déjà une belle collection… Comment faire pour adhérer à votre association ? » Ce genre de mail n’est plus une surprise pour Didier Blanchard, président fondateur de l’association du Poilu de la Marne. Depuis quelques années, son association connaît un engouement croissant, avec un renfort… de « jeunes » recrues.

    Une passion…

    « Lorsque j’ai créé l’association en 1991, nous étions à peine 5 membres. Aujourd’hui, nous sommes plus de 50, avec de nombreux adolescents », confie Didier Blanchard. Un président pris de passion pour la période de la Grande Guerre suite à la découverte de lettres et de photographies anciennes de son grand-père et de son grand-oncle. « Dès lors, j’ai voulu reconstituer l’uniforme de mon grand-père. Il était chasseur à pied. »

    De fil en aiguille, Didier s’est retrouvé à la tête d’une belle collection : une quinzaine de mannequins avec leurs uniformes et leurs coiffes, des armes et surtout sa fierté : un latif de 1916, un camion transporteur de munitions en cours de restauration.

    Un salon pour partager

    Cette passion, Didier a de suite voulu la faire partager : en créant l’association du Poilu en 1991, puis, l’année suivante, en lançant le premier Salon de l’arme ancienne & militaria de collection.

    « Je voulais créer un endroit où les collectionneurs régionaux auraient la possibilité de se retrouver, d’échanger, » confie le président.

    Et de préciser : « Ce n’est pas un salon des armes à proprement parlé, mais un salon sur tout ce qui tourne autour des grandes guerres : des guerres napoléoniennes jusqu’à la guerre du Golf, en passant par les guerres 14-18 et 39-45 ou encore la guerre d’Algérie. Certes, il y a des armes neutralisées, mais on trouve surtout du matériel, des uniformes, des cartes… L’engouement pour les photographies anciennes est incroyable. Les collectionneurs se les arrachent ».

    Aujourd’hui, le salon, c’est 400 mètres linéaires de stands, une centaine d’exposants (particuliers et professionnels) et plus de 2.000 visiteurs chaque année, des amateurs venus des quatre coins de l’Europe dont de nombreux Anglais.

    Le salon, c’est surtout un mouvement de foule impressionnant dès les premières heures de la matinée. On s’y bouscule à l’entrée. « C’est là que se font les bonnes affaires, » reconnaît Didier Blanchard. « L’après-midi, en général, on a davantage affaire à des promeneurs. »

    Caroline Garnier

    Salon de l’arme ancienne & militaria de collection au Palais des Fêtes d’Epernay le dimanche 25 janvier de 9 à 17 heures. Tarifs : 4 euros ; gratuit pour les moins de 12 ans.

    Renseignements au 03.26.53.14.18. ou http://lepoiludelamarne.free.fr

    ***********************************

    Union090119a- Marne

    REIMS : Délégation marnaise / Pupilles de la nation : de légitimes revendications
     
    Les adhérents unis pour la défense de leurs droits
  •  Agrandir la photo
  • « Il nous faut beaucoup de courage pour ne pas tomber dans le découragement » : le président Jacki Nix, dans son rapport moral aux 96 adhérents membres de la délégation marnaise de l’Association nationale des pupilles de la nation, orphelins de guerre ou du devoir (ANPNOGD) n’a pas caché sa déception de voir que, « depuis les différentes promesses de principe qui s’ajoutent à d’autres promesses », rien ne semble émerger de leur demande d’un décret unique remplaçant les dispositifs de réparation instaurés en 2000 et 2004.

    Ces derniers dispositifs ne règlent pas actuellement toutes les réparations de préjudices subis de manière équitable. Une catégorie de pupilles de la nation sollicite sa reconnaissance par l’Etat, celle dont les parents sont morts pour faits de guerre. L’association exige « l’égalité pour tous les pupilles et orphelins de guerre de toutes les générations du feu ».

    Si les adhérents attendent beaucoup de la réunion en début d’année d’une commission chargée d’examiner le dossier et d’en tirer des mesures concrètes, de légitimes impatiences se manifestent. L’association souhaite ne pas en arriver à un plan d’actions d’ores et déjà arrêté pour se faire entendre. Le congrès national 2009 devait se dérouler à Reims, mais le coût, malgré un effort financier de la Ville, était trop important. Il aura lieu à Soissons (Aisne) les jeudi 25 et vendredi 26 juin, suivi d’une journée de détente le samedi 27. « Je vous soutiens dans votre souci d’être reconnus par tous, vous qui avez tant souffert d’avoir perdu des parents » a déclaré Laurence Delvincourt, adjointe rémoise à la petite enfance et à la famille. Le président a remercié Anne-Marie Lardennois et Michel Huguet, pour leur présence assidue aux manifestations patriotiques avec le drapeau de la délégation départementale.

    ***********************************

    Union090116a- Marne

    VALMY : Valmy, futur musée de l’Histoire de France ?
     
    Un lieu chargé d’histoire situé entre la cité des Sacres qu’est Reims et Varennes…
  •  Agrandir la photo
  • Battre le fer pendant qu’il est chaud, tout est là… Ainsi, le député Benoist Apparu et Bruno Bourg-Broc - en sa qualité de président de l’association pour la promotion du moulin de Valmy - viennent de cosigner une lettre adressée à Nicolas Sarkozy. Pour les deux élus marnais, il s’agit de rebondir sur les propos tenus mardi par le chef de l’État lors de ses vœux au monde de la culture.

    Le président de la République avait en effet annoncé, lors de son discours, la création prochaine d’un musée de l’Histoire de France afin, notamment, de renforcer l’identité nationale.

    Le député et son suppléant écrivent : « Vous indiquiez vouloir implanter ce projet en un lieu symbolique et nous souhaitions attirer votre attention sur l’un d’entre eux. […] Nous vous proposons d’accueillir ce nouveau musée sur le site de la bataille qui a donné naissance à la République française, non loin de Reims, cité des sacres, à quelques pas de Varennes (NDLR : où fut arrêté Louis XVI), et dans la Marne où se sont déroulés les combats des deux plus grands conflits mondiaux ».

    Et Benoist Apparu et Bruno Bourg-Broc de poursuivre leur argumentation : « Théâtre de la bataille la plus emblématique de notre Histoire, Valmy est le synonyme du rassemblement d’un peuple entier autour des valeurs républicaines. […] Là est née la nation et là se trouve une part importante de notre identité nationale que vous voulez mettre en valeur. […] Valmy a accompagné l’évolution de notre nation depuis des siècles, et à travers l’implantation sur ce site du grand projet culturel que vous venez d’initier, notre République témoignera sa reconnaissance envers la terre qui l’a vu naître ».

    Reste à présent à savoir comment Nicolas Sarkozy accueillera cette idée. La haute valeur symbolique de Valmy est en tout cas indéniable. À tel point qu’en septembre 2006, Jean-Marie Le Pen avait choisi ce site pour annoncer officiellement sa candidature aux élections présidentielles.

    Les deux élus marnais ont, quant à eux, eu l’idée d’ajouter à la missive que va recevoir le président, la couverture d’un supplément de l’hebdomadaire « Le Nouvel observateur » datant de juillet-août 2007 intitulé « Les 100 lieux qui ont fait la France ». Pour illustrer ce dossier d’une trentaine de pages, c’est une peinture de la bataille de Valmy qui avait été choisie…

    Jérôme Gorgeot
    ***********************************

    Union090115b- Marne

    FISMES : Les anciens combattants tirent les Rois
     
    De nombreux amis de la section fismoise des anciens combattants UNC 51 s’étaient déplacés pour fêter les Rois.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Plus de 150 personnes s’étaient déplacées à la salle des fêtes de Fismes, afin de déguster la traditionnelle galette des Rois.

    Le président Maurice Browarny en a profité pour présenter les vœux de l’association aux adhérents et aux nombreux sympathisants, et a remis les diplômes de mérite aux membres du bureau et du conseil d’administration, ainsi qu’aux dames d’entraide qui participent bénévolement à toutes les festivités organisées par l’association.

    Prochaine manifestation de l’association : le 22 mars prochain.

    Le président Browarny recevra alors un nouveau drapeau Nouvelle génération et Opex à l’occasion d’une grande cérémonie patriotique.

     

    ***********************************

    Union090115a- Marne

    SERMAIZE-LES-BAINS : Galette et réflexion
     
    Une projection suivie avec beaucoup d’intérêt.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Les membres de la section cantonale du Souvenir français se sont retrouvés samedi après-midi à la salle des fêtes de Sermaize pour un rassemblement avec partage de la traditionnelle galette.

    Auparavant, les responsables locaux avaient programmé un des rares films réalisés sur la guerre d’Algérie. Cette projection a été suivie avec une sorte de recueillement par l’assistance.

    Elle a montré une population algérienne prise entre deux feux et a fait prendre conscience que la violence entraîne la violence, même chez ceux qui essaient de s’en défendre.

     

    ***********************************

    Union090113a- Marne

    COURTISOLS : Projets du Souvenir français
     
    L’assemblée générale du comité du Souvenir français a débuté samedi matin avec une cérémonie de recueillement au cimetière St-Memmie, sur la tombe de M. Boullez, président des anciens combattants, décédé en janvier 2008.

    M. Dupuis a présenté le bilan de l’année écoulée, une année chargée en commémoration puisqu’il s’agissait du 90e anniversaire de l’armistice. Il a retenu trois points marquants avec l’hommage au dernier poilu, la sortie pédagogique avec la participation de 78 élèves des trois écoles (La Fontaine, St Marie et l’Epine) et l’organisation de la quatrième et dernière exposition sur la guerre 14-18.

    Pour 2009, encore beaucoup de projets avec éventuellement, la présentation de l’exposition à Dierdorf (Allemagne), ville jumelée avec Courtisols. En réflexion aussi, un possible travail avec l’animatrice jeunesse pour informer sur la citoyenneté, sur les droits et les devoirs de chacun (information sur le recensement, sur la journée militaire…) Et toujours, les projets de rénovation de tombes de soldats que le comité souhaite maintenir pour le souvenir, diverses sorties pour les membres du comité et une commémoration au cimetière St-Memmie pour les parachutistes anglais morts en 1944 et enterrés en ce lieu.

    ***********************************

    Union090109a- Marne

    EPERNAY : Trois Agéens mis à l’honneur
     
    Les récipiendaires ont reçu la médaille de la Ville.
  •  Agrandir la photo
  • Au terme de la cérémonie des vœux, Dominique Lévèque, maire d’Aÿ, et Gilles Guiliani, sous-préfet d’Epernay, ont décoré trois Agéens qui se sont distingués ces dernières années. La médaille de la Ville a été remise à Gilbert Nolleau, élève au collège d’Aÿ jusqu’en 3e, enseignant en lettres, histoire et géographie, très impliqué dans l’enseignement. Il a participé au concours de la Résistance, animé plusieurs clubs, dont un club philatélie, et diversifié ses recherches dans le domaine de l’histoire, de l’art et de l’architecture. Il passe de nombreuses heures aux archives d’Epernay et tous ses travaux bénéficient à ses élèves et collègues.

    Bernard Pitois, président de l’association des anciens combattants d’Aÿ depuis septembre 2006, est aussi un Agéen très actif.

    Au même titre que Jean Burdin, architecte et ingénieur, Parisien de souche qui a beaucoup construit en Afrique. Il est arrivé à Aÿ pour la réhabilitation en 1995 de la place Cardinal Luçon. Il a refait plusieurs rues.

    ***********************************

    Union09010ba- Marne

    HIRSON : « La guerre n’est jamais grande »
     
    Les effectifs s’amenuisent au fil des ans, comme l’ont noté les membres du bureau de l’Arac.
  •  Agrandir la photo
  • Maurice Drouard a présidé l’assemblée générale de l’Arac (Association républicaine des anciens combattants et victimes de guerre), salle Fernand-Antoine. Seuls cinq membres étaient présents sur la quinzaine d’adhérents. Une minute de silence fut respectée en mémoire de Roger Forgeau et René Marcq, décédés depuis la dernière assemblée générale.

    L’Arac a participé à toutes les manifestations patriotiques.

    « Quatre-vingt-dix ans après la signature de Rethondes, de l’Armistice de la Grande Guerre, le 11 novembre 1918, de nombreux conflits agitent encore le monde. Une guerre n’est jamais grande. Elle porte en elle les germes de la haine et de la division. »

    Maurice Drouard rappela encore que le membre fondateur de l’Arac, Henri Barbusse, reçu le prix Goncourt pour son livre « Le Feu », qui retrace l’histoire de la guerre 14/18. Ce dernier était un ardent défenseur de la paix. Pour conclure, le président précisa : « Notre solidarité va vers les familles des soldats français blessés ou tués en Afghanistan, sous la bannière de l’OTAN, et cela, avec l’accord des autorités françaises. »

    ***********************************

    Union090108a- Marne

    EPERNAY-OIRY : Un colis de Noël pour les veuves de la Fnaca
     
    Le président André Richard remet son colis à Mme Paris de Moussy.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Comme chaque année, André Richard, président de la section d’Epernay-Oiry de la Fédération nationale des anciens combattants d’Afrique du Nord, accompagné du secrétaire Jean Catteau, vient de remettre un colis de Noël à chaque veuve de l’association.

    Le président lance un appel à tous les anciens combattants d’Algérie, Maroc et Tunisie pour qu’ils rejoignent l’association.

    Contacter un responsable au 03.26.54.16.64 le soir après 18 heures.

     

     

    ***********************************

    Union090107a- Marne

    SAINT-MARTIN-D’ABLOIS : Une bourse aux capsules dimanche
     

     

    C’est le dimanche 11 janvier qu’aura lieu la première grande bourse aux capsules de l’année à Saint-Martin d’Ablois de 8 à 17 heures, organisée par la section des anciens combattants présidée par Bernard Joffre. Cent cinquante exposants venus de toute la France et de pays européens vont défiler durant toute la journée.

    « Dans cette réunion de collectionneurs, personne ne vend de capsules, il n’y a que des échanges, aucune transaction d’argent » souligne Bernard Bouvier qui précise : « L’entrée de la salle des fêtes est fixée à 2 euros, nous offrons à chaque exposant, la quatrième capsule de notre série consacrée au monument aux morts », un petit plus que les visiteurs ne manqueront pas de réclamer pour compléter leur collection.

    Renseignement auprès de Bernard Bouvier au 03.26.59.95.74.

    Pas de transaction d’argent, que des échanges, à la bourse organisée par la section des anciens combattants.

     

    ***********************************

    Les Octaves

    Les Octaves présentent : Chants et Poèmes Concentrationnaires
     

  •  Mardi 27 Janvier à 14 h 30 et 20 h 30
    Centre Culturel Didier Bienaimé – 10 La Chapelle St Luc
  •  Samedi 31 Janvier à 20 h 30
    Salle J. Griveau – 77 Sainte Colombe

    La Ligue de l’Enseignement de l’Aube organise la présentation de ce spectacle pour les Collèges et Lycées du département les :

  •  Lundi 26, Jeudi 29, Vendredi 30 Janvier,
  •  Jeudi 5 et Vendredi 6 Février

    avec le soutien de :

  •  l’Office Régional Culturel de Champagne Ardenne,
  •  Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l’Aube, la FDIRP, l’ONAC.

    à l’invitation du Centre Européen du Résistant Déporté

    ce programme sera également présenté sur le site de Natzweiler-Struthof le Dimanche 26 Avril 2009

    plus d’infos : http://www.lesoctaves.com >> page spectacles en tournées

    ***********************************

    Union090106a- Marne

    REIMS : Visite guidée de Reims sur le front de 14-18
     
    Une visite guidée de l’exposition « , Tenir ! Reims sur le front 1914-1918 » est organisée dimanche 1er février, de 14 h 30 à 16 heures au Musée Saint-Rémi.

    Entrée et visite guidée gratutes. Renseignements au 0326.85.23.36.

    ***********************************

    Union090102b- Marne

    TINQUEUX : Anciens combattants : demandez le calendrier !

     

    Des soldats en tenue de poilus très remarqués lors de la dernière grande cérémonie de l’année
  •  Agrandir la photo
  •  

    Le comité des anciens combattants de Tinqueux, affilié à l’Union fédérale marnaise invite tous ses sociétaires à participer le plus possible à la vie de l’association.

    Dans le calendrier, l’on retiendra notamment.

  •  Dimanche 25 janvier : assemblée générale au collège Billa et repas à la salle des fêtes,
  •  vendredi 27 février : assemblée générale de la coloniale à Tinqueux,
  •  samedi 16 mai : assemblée générale départementale de l’UFM au collège Billa…

    Les dates prévisionnelles des permanences qui seront tenues les samedis à 10 heures à la maison des Associations, sont les suivantes : 28 février, 28 mars, 25 avril, 30 mai, 27 juin, 26 septembre, 31 octobre, 28 novembre.

    Pour plus d’informations, le président : 03.26.04.01.04.

     

    ***********************************

    Union090102a- Marne

    SAINTE-MENEHOULD : L’histoire méconnue de la Haute Chevauchée
     
    Il y a deux Hautes Chevauchées, une meusienne et une marnaise. L’Argonne se présente en effet sous forme de deux massifs parallèles, orientés du nord au sud, qui encadrent la vallée de la Biesme.
  •  Agrandir la photo

  • On parle beaucoup, en particulier chez les randonneurs et passionnés de guerre 14-18, de la « Haute Chevauchée ». Mais que sait-on vraiment de ce lieu, qui avec le temps est passé de route à chemin ?

    LES rayons du soleil couchant font rougir les dernières feuilles mortes… Au loin, rompant le silence, des bruits de tronçonneuses, quelques coups de fusils qui trahissent la présence de chasseurs, puis des voix qui résonnent. Ce sont des vététistes qui, en pleine forêt, empruntent un morceau de la Haute Chevauchée avant de dévaler le long de la voie ferrée, sans même se préoccuper du Chêne Napoléon, aussi malade que majestueux…

    La « Haute Chevauchée », pour la plupart des personnes, c’est l’ossuaire, tout près de la route de Varennes, là où était le front pendant la Grande Guerre, et où ont lieu chaque année les cérémonies du souvenir. Mais en Argonne, « Haute Chevauchée », et les randonneurs le savent bien, désigne un chemin qui court sur le sommet du massif argonnais, sans présenter de grands dénivelés…

    Deux Hautes Chevauchées

    Comme le dit Louis Brouillon dans son guide de l’Argonne (début XX° siècle) : « C’est un chemin qui suit les sommets les plus élevés de cette partie de la forêt, et que pour cette raison on nomme Haute Chevauchée ». Et de ces Hautes Chevauchées, il y en a deux, une meusienne et une marnaise, car l’Argonne se présente sous forme de deux massifs parallèles, orientés du nord au sud, et qui encadrent la pittoresque vallée de la Biesme.

    La partie la plus connue de la Haute Chevauchée meusienne commence sur la route de Varennes et se termine au centre sanitaire avant de dévaler sur Les Islettes. Elle est carrossable et court à une altitude d’environ 260 m.

    La Haute Chevauchée marnaise, quant à elle, mène de Florent (altitude 230 m) à Passavant, en flirtant avec les 250 m d’altitude. Le cadastre napoléonien montre une route qui de Florent arrive à la Côte de Biesme, non pas dans les virages qui n’existaient pas alors, mais sur la route de l’époque, empruntée par Louis XVI en fuite et aujourd’hui simple chemin agricole, et où l’on a placé récemment un émetteur (altitude 258 m). C’est ce chemin, près du faux de Valmy et défoncé par des travaux forestiers, qui préoccupe fort les bénévoles d’Argonn’R (l’union du 29 décembre).

    Des arbres remarquables

    Dans la partie sud, cette Haute Chevauchée est peu praticable, la végétation ayant repris ses droits, et les chemins de randonnée doivent souvent la quitter parfois pour serpenter entre les arbres. Et pourtant ce chemin, qui était en parfaite ligne droite, a, du côté du Chêne Napoléon, une largeur de pas moins de 10 m, avec de vastes fossés ; presque une route nationale…

    C’est aussi au bord de cette route que sont trois des « chênes remarquables » de l’Argonne : le faux de Valmy, le chêne Napoléon mais aussi, plus au sud, le roi de Rome. Ce dernier fut sans doute planté en 1811, comme beaucoup d’autres en France, pour célébrer la naissance du fils de Napoléon I°. Beaucoup de ces arbres sont morts, dit-on, faute de soins, ce qui donne encore plus d’intérêt à ce chêne bientôt âgé de deux siècles et qui présente une circonférence de pas moins de 2,60 m…

    Du haut de la crête, la vue est souvent superbe. Et avec en plus des noms de lieux qui font rêver, comme la Gorge aux Loups, La Fontaine du Trou de la Huarde ou l’Affût des canons (en référence à l’arrivée des Prussiens peu avant la bataille de Valmy).

    Renseignements : office de tourisme de Sainte-Ménehould 03.26.60.85.83. Association des randonneurs d’Argonne et association Argonn’R (VTT).

    ***********************************

    Union081230a- Marne

    ARAC DE GAUCHY : Les anciens combattants luttent pour leurs engagements
     
    Une grande vigilance pour que le gouvernement respecte au mieux les promesses présidentielles.
  •  Agrandir la photo
  • L’assemblée générale de la section de Gauchy de l’Association républicaine des anciens combattants (Arac) s’est déroulée au sein du centre social du Moulin de Tous Vents sous la présidence de Georges Pesant et accompagné du conseiller municipal Serge Monfourny et d’Antoine Crestani.

    Georges Pesant a souligné dans son allocution : « bafouant les engagements et les garanties affirmés en 2007 à l’assemblée nationale par M. Marleix (alors secrétaire d’état aux anciens combattants), le gouvernement a présenté pour la deuxième année consécutive un projet de budget en baisse de 106 millions d’euros (-3 %) et sans aucun crédit destiné à poursuivre ou amorcer la concrétisation des engagements formulés par le président de la république envers les anciens combattants et les victimes de guerres…. »

    Et de poursuivre : « Il aura donc fallu toute la pression du mouvement des anciens combattants, dont celle mise en œuvre par l’Arac, et reprise par l’assemblée générale de l’Ufac pour contraindre le gouvernement à réviser petitement sa copie… »

    Cette réunion annuelle se termina par une tombola.

    ***********************************

    Union081228a- Marne

    REIMS : « Reims sur le front : Tenir » l’expo prolongée
     
    En 1918 : la place Royale fait peine à voir.
  •  Agrandir la photo
  • Plus de 3.500 personnes ont déjà vu l’exposition consacrée à la guerre 1914-1918 au musée Saint-Remi. Elle est prolongée jusqu’au 1er février. L’entrée est gratuite.

    ORGANISÉE à l’occasion du 90e anniversaire de l’Armistice de 1918, l’exposition « Reims sur le front : Tenir » mise en place au Musée Saint-Remi joue les prolongations jusqu’au 1er février. Grâce à une mise en scène singulière, le visiteur a comme l’impression de se promener dans le Reims en ruines des années de guerre ?

    Des années bonheur d’une ville prospère, joyeuse et moderne qui accueillait des meetings d’aviation, avait 22 km de tram et comptait 115.000 habitants à la reconstruction en 1924 en passant par la courte occupation allemande suivie d’un pilonnage systématique de la ville du 13 septembre 1914 à 1918, l’exposition propose de vous faire découvrir Reims à l’heure de la Première Guerre mondiale

    Comme Stalingrad

    Pas d’objets, que des photos, parfois géantes pour mieux montrer l’horreur de la guerre dans une ville martyrisée car un peu comme Stalingrad, quarante ans plus tard, elle avait une position stratégique sur le front. Un verrou (le fort de la Pompelle) à faire sauter pour prendre à revers le front allié.

    L’expo consacre une place importante au bombardement de la cathédrale considérée comme les Allemands comme une cible militaire (poste d’observation) mais dont le martyr servit fortement et efficacement la propagande. La présentation d’une gargouille crachant du plomb et d’une carte répertoriant le nombre d’obus tombé sur l’édifice (287) est étonnante.

    Et l’on voit Reims la bombardée qui compte déjà 620 maisons détruites en octobre 1914 et 600 civils tués. La ville est pilonnée mais la vie continue. Dix-sept écoles sont implantées dans des caves. les pompiers rémois renforcés par des pompiers parisiens sont héroïques. Tant et tant que leur drapeau héritera de la Légion d’honneur à la fin de la guerre. Le maire Langlet et l’archevêque Luçon se marquant à la culotte pour ne pas être le premier à quitter la ville organisent la vie sur place. Et le fort de la Pompelle résiste avec pas moins de 120 régiments qui y passeront un moment dont des troupes russes et même la marine de 1916 à 1917 ainsi que les forces noires. Les Alliés y perdront 10 à 15.000 hommes, les Allemands sans doute le double.

    Sur 13.800 maisons que comptait la ville, 850 seulement sont intactes au soir du 11 novembre 1918, 8.600 ont été totalement anéanties, 4.400 fort endommagées. Tel le sphinx renaissant de ses cendres, Reims va se reconstruire avec quelques touches d’art déco (le reste étant plutôt à classer dans l’art Nouveau ou l’art moderne).

    La ville va être durant plusieurs années un vaste chantier où s’essaient avec plus ou moins de bonheur les architectes.

    Exposition à voir au musée Saint Remi. Entrée gratuite. Pour les groupes et scolaires réservation au service public des musées, Tél.03.26.85.00.01.  

    ------------------- 
     
    L’ancienne abbaye Saint-Remi aussi victime de la guerre
     
    13 août 1916 : des avions avec des bombes incendiaires mettent le feu à la chapelle de l’hôpital civil.
  •  Agrandir la photo
  • Si la cathédrale de Reims a souffert durant la Première Guerre mondiale, l’ancienne abbaye royale de Saint-Remi alors hôpital civil a aussi eu sa part de martyre. Une exposition photo visible jusqu’en février 2009 montre tous les stigmates des bombardements depuis les hauteurs de Berru ou des bombes incendiaires larguées par les avions allemands.

    Bombes incendiaires

    Le 19 septembre 1914 il n’y a pas que la cathédrale qui est touchée. UN obus éclate dans le quartier des infirmières de l’hôpital civil blessant Mlle Jugler. Le 24 septembre un obus tua deux malades et blesse grièvement deux infirmières dans la salle Museux. Le lendemain un gros obus éventre deux arcades de la galerie Ouest du cloître de l’abbaye. Un mois plus tard un obus détruit la loge du concierge. Les Allemands par la bouche du général Heeringen sont formels : « le sang allemand vaut mieux que les monuments français […] Nous respecterons Reims quand les Français n’y seront plus. » C’est le dimanche 13 août que des avions allemands lâchent des bombes incendiaires sur le quartier Saint Remi. L’incendie de la chapelle se propage par les toitures à l’ensemble du bâtiment ravageant toutes les salles du premier étage et détruisant complètement l’aile de la chapelle et le dortoir des infirmières. Les malades sont évacués et une partie du mobilier ancien et des grandes peintures religieuses du XVIIe siècle sont sauvés.

    Le 1er août 1918 la tour de la basilique reçoit aussi des obus incendiaires et toute la toiture est la proie des flammes. Plusieurs soldats évacuent la châsse de Saint Remi.

    A. M.

    ***********************************

    Union081227c- Marne

    CHALONS : « La citoyenneté combattante » fait le point sur les cérémonies
     
    Les présidents de 30 associations d’anciens combattants ont été conviés en mairie.
  •  Agrandir la photo
  • Près de 30 présidents d’associations d’anciens combattants et associations patriotiques ont répondu à l’appel du maire mardi lors de la réunion annuelle des dits présidents.

    Ces travaux, en présence également de Serge Helleringer, conseiller délégué de la ville aux anciens combattants, fêtes et cérémonies, du directeur de l’Onac Jean-Daniel Courot, du commandant Stockemer représentant le délégué militaire départemental ainsi que de Gaëtan Charlot pour l’Udac Marne, ont permis d’aborder de nombreux points.

    Il a notamment été question des nombreuses cérémonies nationales et à caractère officiel qui resteront au programme établi par la municipalité avec présence de la musique et des autorités civiles et militaires, sans pour cela que soit oubliés d’autres rendez-vous patriotiques à caractère moins officiel.

    Ce qui faisait dire à Gaëtan Charlot, suite au rapport Kaspi concernant les commémorations : « Il y a une marge entre une cérémonie par jour et supprimer toutes les commémorations ! ». Ont été également évoqués la déportation et la mémoire, « à ne pas oublier » avec Roger Romagny, la « citoyenneté combattante » qui devrait remplacer le terme « anciens combattants » avec le colonel Courot, directeur de l’Onac, seul interlocuteur pour le monde combattant, et le calendrier des cérémonies de 2009.

    ***********************************

    Union081227b- Marne

    FISMES : Les anciens combattants s’amusent en croisière
     
    Les anciens combattants de l’UNC 51 ont participé à l’inauguration du tout nouveau paquebot des Chantiers de l’Atlantique.
  •  Agrandir la photo
  •  

    Une trentaine d’adhérents de la section fismoise de l’UNC 51 viennent d’effectuer une croisière fort sympathique en Méditerranée à bord du Fantasia, le tout nouveau paquebot issu des chantiers de Saint-Nazaire, haut comme 23 étages et plus grand que la Tour Eiffel.

    Les amis du capitaine-président Maurice « stubing » Browarny ont profité de toutes les activités du bateau dont les 4 piscines et les 12 jacuzzis mais aussi du théâtre de plus de 1.600 places où se sont produits 35 artistes de la tournée « Âge tendre ».

    Renseignements : M. ou Mme Browarny au 09.60.06.54.47.

     

     

    ***********************************

    Union081227a- Marne

    CHALONS : Seniors au volant : signalements au tournant
     
    « Il n’y a pas d’âge pour bien conduire », tel est le nom d’une campagne menée par l’Office des seniors.
  •  Agrandir la photo
  • Un système de signalement des conducteurs inaptes, dans lequel les médecins auraient un rôle capital, est en cours de réflexion au Conseil national de l’ordre. Qu’en pense l’Office des seniors ?

    VIEILLIR ou conduire : il faut choisir. Le permis de conduire à vie est-il en passe de… trépasser ? La question se pose de manière légitime aujourd’hui car l’Ordre national des médecins réfléchit à une procédure visant à faire remonter les infos au sujet de patients dangereux au volant. Quelle « tête » prendra cette procédure et à partir de quand ? Pas de réponse précise pour l’heure. « Nous n’en sommes qu’au stade du projet, la réflexion n’est pas aboutie. D’ailleurs cette thématique n’est pas nouvelle. Notre porte-parole pourra vous en dire davantage en début d’année », glisse-t-on au Conseil national de l’ordre des médecins.

    Circulez…

    Vue déficiente, traitement médical non compatible avec le volant, invalidité ou encore Alzheimer, de nombreuses personnes (dont une majorité de seniors) sont inaptes à la conduite en raison de leur état de santé et de diverses pathologies. Si le secret médical oblige les médecins à garder le silence, l’idée serait de faire remplir un questionnaire de santé aux patients qui l’enverraient à leur toubib. Le document transiterait ensuite vers une commission de médecins en préfecture qui jugerait de l’aptitude ou non à la conduite du sujet. Hypothèses de travail. Déjà en 1999, au Sénat, les parlementaires avaient phosphoré sur « le contrôle de l’aptitude physique et mentale des conducteurs de véhicules automobiles ». Mais sans suites concrètes.

    Le médecin en conseil

    Gilles Debar, directeur de l’Office des seniors de Châlons, estime que la conduite est un élément précieux dans l’autonomie de nos anciens. Pour autant : « Réussir à prendre conscience de sa situation quand elle est critique et prendre soi-même la décision de ne plus conduire : c’est faire preuve de sagesse, mais ce n’est pas donné à tous ! » poursuit M. Debar pour qui il est intéressant que le médecin soit l’interlocuteur privilégié dans ce cas de figure. « Car certains anciens refusent les alertes familiales ou les conseils de leurs enfants quand il s’agit d’abandonner leur auto. » Même position pour Gilbert Dubois, président de l’office : « Si un conducteur est dangereux, il n’est pas choquant qu’une procédure soit engagée notamment par le médecin de famille. Vaut-il mieux renoncer à la conduite avant ou après un accident ? » Avant ou après une autoroute prise à contresens, avant ou après ne pas avoir su négocier un virage, reconnu une cabine de péage…

    Se méfier de la généralisation

    « Dans nos connaissances à l’Office, un homme venait de s’acheter une berline toute neuve. Il a de lui-même décidé de ne plus conduire quelques mois plus tard, c’est une démarche citoyenne », poursuit le président Dubois, dont la structure a mis sur pied une campagne intitulée « Il n’y a pas d’âge pour bien conduire ». L’animateur Jean Berthelot accueille assez souvent des candidats âgés repassant le Code de la route, se familiarisant avec les nouveaux panneaux, aménagements et ronds-points.

    Attention enfin de ne pas classer les générations dans des tiroirs. « Avec leur sagesse, les seniors se méfient de toute généralisation. Ce n’est pas parce que l’on est âgé qu’on conduit mal. Tous les conducteurs arborant un « A » adhésif à l’arrière de leur auto ne sont pas des fous du volant. Ne jetons pas l’opprobre sur des classes d’âge », finit Gilles Debar.

    David Zanga

    Seniors et conduite : les exemples d’ailleurs

    Dans de nombreux pays, les gouvernements se préoccupent de la santé des conducteurs. La France étudie actuellement la possibilité de contrôler l’aptitude des citoyens à se servir d’une voiture. Chez nous, comme en Allemagne ou en Belgique, le permis est obtenu à vie hormis décision judiciaire pour infraction au code de la route. Chez nos voisins, des examens médicaux sont imposés aux personnes âgées.

    En Espagne, le permis B est reconduit tous les 10 ans jusqu’à 45 ans, tous les 5 ans jusqu’à 70 ans, et tous les 2 ans au delà. En Suisse et en Grande-Bretagne, les conducteurs de plus de 70 ans sont soumis à un examen médical régulier. En Finlande, le permis est renouvelé après examen oculaire à 45 ans, un examen médical a lieu à 60 et 70 ans puis tous les 5 ans. Au Danemark, un examen médical a lieu à 70 ans…



  • Articles de cette rubrique
    1. Cérémonie commémorative de la guerre d’Algérie, le 19 mars 2006 à Reims.
      19 mars 2006

    2. Honorabilité des Anciens d’AFN et Mémorial à Trois-Puits.
      20 mars 2006

    3. Les cérémonies et festivités dans la Marne, le 8 mai 2010, pour le 65e anniversaire de la victoire sur le nazisme.
      24 mai 2010

    4. Des « Justes » de la région honorés au Panthéon
      18 janvier 2007

    5. La retraite du combattant a sensiblement augmenté selon l’UNC-Reims.
      21 mars 2006

    6. Le site internet de l’ARAC de la Marne analysé par le journal "L’Union"
      28 juin 2006

    7. Les cérémonies du 11 novembre 2006 dans la Marne
      22 novembre 2006

    8. Actualités des Anciens Combattants de la Marne - année 2007
      24 décembre 2006

    9. Des mesures au profit des anciens combattants
      23 janvier 2007

    10. Assemblée Générale de l’AFMD de la Marne le 28 janvier 2007
      23 janvier 2007

    11. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne 2007/1
      28 janvier 2007

    12. Le film vidéo de la cérémonie commémorative du cessez le feu de la guerre d’Algérie au Monument Aux Morts de Reims, le 19 mars 2006.
      4 février 2007

    13. Cérémonie commémorative du cessez-le-feu en Algérie, le 19 mars 2007 à Reims.
      20 mars 2007

    14. Cérémonie commémorative du cessez-le-feu en Algérie, le 19 mars 2007 à Reims.
      20 mars 2007

    15. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne 2007/2
      26 avril 2007

    16. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne 2007/3
      1er juillet 2007

    17. La galère d’un anticolonialiste durant la guerre d’Algérie
      13 juillet 2007

    18. La Marne en fête pour le 14 juillet 2007
      16 juillet 2007

    19. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne 2007/4
      29 septembre 2007

    20. Marnais morts pour la France pendant la guerre d’Algérie
      16 octobre 2007

    21. Déclarations de personnalités marnaises à propos de l’inauguration du Mémorial AFN de la Marne le 16 février 2007
      17 octobre 2007

    22. L’hommage à Guy Môquet dans la Marne à l’occasion du 22 octobre 2007
      23 octobre 2007

    23. Journal de l’AFMD51, N°1
      30 décembre 2007

    24. Actualités des Anciens Combattants de la Marne - 2008 - 1er semestre
      1er janvier 2008

    25. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2008 - 1/4
      1er janvier 2008

    26. Notre Camarade Fernand Eliet est mort.
      21 janvier 2008

    27. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2008 - 2/4
      9 avril 2008

    28. Les derniers combats décisifs de la guerre 1914-1918
      7 juin 2008

    29. Journal de l’AFMD51, N°2
      12 juin 2008

    30. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2008 - Troisième trimestre.
      2 juillet 2008

    31. Actualités des Anciens Combattants de la Marne - 2008 - 2ème semestre
      2 juillet 2008

    32. Les cérémonies et festivités de la Fête Nationale du 14 juillet 2008 dans la Marne.
      17 juillet 2008

    33. Hommage aux Poilus marnais de 1914-1918 à partir des documents conservés par les familles.
      4 août 2008

    34. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2008 - Quatrième trimestre.
      1er octobre 2008

    35. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2009 - Premier trimestre.
      2 janvier 2009

    36. Actualités des Anciens Combattants de la Marne - 2009 - 1er semestre.
      2 janvier 2009

    37. Les cérémonies et festivités dans la Marne, le 8 mai 2011, pour le 66e anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazi.
      11 mai 2011

    38. Rapports des travaux de février 2009 des commissions de l’UDAC de la Marne.
      28 février 2009

    39. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2009 - deuxième trimestre.
      2 avril 2009

    40. Les cérémonies et festivités du 64e anniversaire de la victoire sur le nazisme, le 8 mai 2009, dans la Marne.
      17 mai 2009

    41. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2009 - troisième trimestre.
      1er juillet 2009

    42. Actualités des Anciens Combattants de la Marne - 2009 - 2ème semestre.
      1er juillet 2009

    43. Les cérémonies et festivités de la Fête Nationale du 14 juillet 2009 dans la Marne.
      30 juillet 2009

    44. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2009 -quatrième trimestre.
      6 octobre 2009

    45. Cérémonies du 11 novembre 2009 dans la Marne pour la célébration du 91ème anniversaire de la victoire de 1918.
      14 novembre 2009

    46. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2010 - premier trimestre.
      31 décembre 2009

    47. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2010 - premier semestre.
      31 décembre 2009

    48. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2010 - deuxième trimestre.
      2 avril 2010

    49. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2010 - troisième trimestre.
      1er juillet 2010

    50. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2010 - deuxième semestre.
      1er juillet 2010

    51. Les cérémonies et festivités de la Fête Nationale du 14 juillet 2010 dans la Marne pour la commémoration de la Révolution.
      23 août 2010

    52. Marche, le 30 octobre 2010 à Paris, pour la reconnaissance des soldats morts ou blessés en Afghanistan.
      13 septembre 2010

    53. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2010 - quatrième trimestre.
      2 octobre 2010

    54. Les cérémonies et festivités dans la Marne, le 11 novembre 2010, pour le 92ème anniversaire de la victoire de 1918.
      13 novembre 2010

    55. Les cérémonies et festivités dans la Marne, le 11 novembre 2010, pour le 92e anniversaire de la victoire de 1918.
      16 novembre 2010

    56. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2011 - 1er trimestre
      2 janvier 2011

    57. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2011 - 1er semestre.
      2 janvier 2011

    58. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2011 - 2ème trimestre
      3 avril 2011

    59. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2011 - 2ème semestre.
      1er juillet 2011

    60. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2011 - 3ème trimestre
      1er juillet 2011

    61. Les cérémonies et festivités de la Fête Nationale dans la Marne, les 13 et 14 juillet 2011, pour la commémoration de la Révolution.
      17 juillet 2011

    62. essai
      10 août 2011

    63. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2011 - 4ème trimestre
      30 septembre 2011

    64. Les cérémonies dans la Marne, le 11 novembre 2011, pour le 93ème anniversaire de la victoire de 1918.
      14 novembre 2011

    65. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2012 - 1er trimestre
      2 janvier 2012

    66. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2012 - 1er semestre.
      2 janvier 2012

    67. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2012 - 2ème trimestre
      1er avril 2012

    68. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2012 - 3ème trimestre
      24 juillet 2012

    69. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2012 - 2ème semestre.
      24 juillet 2012

    70. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2013 - 1er trimestre
      1er janvier 2013

    71. Revue de presse sur les Anciens Combattants de la Marne - 2013 - 1er semestre.
      1er janvier 2013

    72. Articles du journal « l’Union » sur les Anciens Combattants de la Marne - 2013 - 2ème trimestre
      18 avril 2013

    73. 70 ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 dans le supplément du journal « l’union » du 18 juin 2010.
      18 juin 2010